Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Edgar Allan Poe, Contes, essais, poèmes
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Aoû 20, 2020 10:16 am    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
Je n’ai jamais connu personne qui eût plus d’entrain et qui fût plus porté à la facétie que ce brave roi. Il ne vivait que pour les farces. Raconter une bonne histoire dans le genre bouffon, et la bien raconter, c’était le plus sûr chemin pour arriver à sa faveur. C’est pourquoi ses sept ministres étaient tous gens distingués par leurs talents de farceurs. Ils étaient tous taillés d’après le patron royal, – vaste corpulence, adiposité, inimitable aptitude pour la bouffonnerie. Que les gens engraissent par la farce ou qu’il y ait dans la graisse quelque chose qui prédispose à la farce, c’est une question que je n’ai jamais pu décider ; mais il est certain qu’un farceur maigre peut s’appeler rara avis in terris.



Mon avis :

Citation:
Hop-Frog, c'est un nain boiteux. C'est aussi et surtout le bouffon du roi dans une époque qui rappelle le Moyen Age. Un roi tyrannique, qui l'a enlevé et le martyrise. Hop-Frog encaisse, jour après jour. Mais lorsque le roi s'en prend à son amie, Tripetta, naine comme lui, l'heure est à la vengeance. Une fin certes prévisible mais bien menée avec un clin d’œil appuyé à Double assassinat dans la rue Morgue.
Une nouvelle réussie a l'ambiance prenante (livre audio).

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Aoû 20, 2020 10:17 am    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
Je suis issu d'une race qu'ont illustrée une imagination vigoureuse et des passions ardentes. Les hommes m'ont appelé fou ; mais la science ne nous a pas encore appris si la folie est ou n'est pas le sublime de l'intelligence, si presque tout ce qui est la gloire, si tout ce qui est la profondeur, ne vient pas d'une maladie de la pensée, d'un mode de l'esprit exalté aux dépens de l'intellect général. Ceux qui rêvent éveillés ont connaissance de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis. Dans leurs brumeuses visions, ils attrapent des échappées de l'éternité et frissonnent, en se réveillant, de voir qu'ils ont été un instant sur le bord du grand secret. Ils saisissent par lambeaux quelque chose de la connaissance du Bien, et plus encore de la science du Mal. Sans gouvernail et sans boussole, ils pénètrent dans le vaste océan de la lumière ineffable, et comme pour imiter les aventuriers du géographe nubien, aggressi sunt Mare Tenebrarum, quid in eo esset exploraturi.


Résumé :

Citation:
Dans cette nouvelle, le jeune narrateur évoque son amour pour sa cousine, Eléonora dans une vallée verdoyante, et comme à l'écart du monde. Mais Eléonora est malade et vient à mourir. Avant de partir, il lui jure de ne jamais se marier ; elle lui promet qu'elle veillera sur lui au-delà de la mort.
Des années plus tard pourtant, le narrateur rompt son serment...
Une nouvelle lyrique, joliment écrite.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Aoû 20, 2020 10:18 am    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
Et tenez, la femme tressaille des pieds à la tête ; la statue respire enfin ! La pâleur de ce visage de marbre, le gonflement de cette poitrine de marbre, jusqu’à la blancheur de ces pieds de marbre, on les voit s’animer tout à coup sous le flot d’une rougeur involontaire.
Un léger frisson parcourt son corps délicat, semblable aux beaux lis argentés qu’agite, au milieu de l’herbe, la douce brise du climat napolitain.
[…]
« Tu as vaincu, murmure-t-elle […], — tu as vaincu ! Une heure après le lever du soleil, je serai au rendez-vous. Soit ! »



Mon avis :


Citation:
Un texte étrange, onirique, à Venise... une lecture plaisante et malgré deux écoutes (très bonne lecture de Vincent de l'Epine), je ne suis pas sûr d'en avoir saisi tous les aspects mais je me suis laissé porter et ce fut très agréable.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Aoû 20, 2020 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
Dire qu'à l'époque dont je parle existait dans le centre de la Hongrie une croyance secrète, mais bien établie, aux doctrines de la métempsycose. De ces doctrines elles-mêmes, de leur fausseté ou de leur probabilité, je ne dirai rien.
J'affirme, toutefois, qu'une bonne partie de notre crédulité vient, comme dit La Bruyère qui attribue tout notre malheur à cette cause unique de ne pouvoir être seuls. Mais il y avait quelques points dans la superstition hongroise qui tendaient fortement à l'absurde.


Mon avis :

Citation:
La nouvelle se passe en Hongrie. Deux familles nobles se vouent une haine tenace à travers les âges. Lorsque le comte Berlifitzing meurt dans un incendie, son ennemi le baron Metzengerstein s'empare de son cheval. Quelques temps plus tôt, Metzengerstein avait observé un cheval fougueux sur un tableau. Le baron va vouer une passion extrême pour ce cheval, passion qui va le mener à sa mort.
Ambiance gothique une fois de plus chez Poe et si je n'ai rien de spécifique à reprocher à ce texte, je dois avouer qu'il ne m'a pas emballé et que je n'en retiendrai probablement pas grand-chose.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Aoû 20, 2020 10:21 am    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
"Souvenirs de M. Auguste Bedloe" ("A Tale of the Ragged Mountains") est une nouvelle de l'écrivain américain Edgar Allan Poe publiée pour la première fois en avril 1844 dans le journal "Godey's Lady's Book", basée en partie sur ses expériences en tant qu'étudiant alors qu'il était à l'Université de Virginie. Elle se passe aux alentours de Charlottesville et c'est la seule nouvelle de Poe qui se situe en Virginie.


Mon avis :

Citation:
M. Auguste Bedloe est un homme à qui il est difficile de donner un âge. Le narrateur de cette nouvelle parle d'un jeune gentleman mais estime qu'il pourrait avoir "une centaine d'années". Il est soigné par le docteur Templeton, disciple de Franz-Anton Mesmer.
"Par un jour sombre, chaud et brumeux, vers la fin de novembre", Bedloe part comme à son habitude pour une balade dans les Ragged Moutains, près de Charlottesville (Virginie). A son retour, le soir, Bedloe raconte son périple. Il semble avoir été en contact avec une ville qui ressemble fort à celle de Bénarès... en Inde.
J'ai aimé cette nouvelle, Poe ayant su m'entraîner avec lui dans ce récit aux accents oniriques. Des débuts intrigants (qui est donc ce M. Bedloe ?), un soupçon de suspense avec l'inquiétude du narrateur ne voyant pas revenir Bedloe de sa longue balade, un récit immersif dans cette ville étrange et incongrue dans le décor de Virginie, un peu d'histoire de la colonisation britannique, du fantastique pour finir et un brin de malice avec l'histoire de l'anagramme.
Du très bon Poe.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7656
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Mar 30, 2021 11:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai écouté (livre audio) et beaucoup apprécié :



Résumé :

Citation:
Il y a quelques années, j’avais retenu ma place à bord du beau paquebot l’Indépendance, capitaine Hardy, faisant la traversée de Charleston (Caroline du Sud) à New-York. Nous devions mettre à la voile le 15 juin, si le temps le permettait, et j’allai visiter le navire la veille, afin d’examiner ma cabine et prendre les arrangements nécessaires.


Mon avis :

Citation:
Fasciné par le récit (livre audio) de cette nouvelle de Poe dans laquelle le narrateur s'étonne de l'attitude d'un vieil ami, Cornelius Wyatt, qu'il sait certes excentrique mais qui semble aux abois.
Que cache-t-il ? Pourquoi une telle agitation ? Pourquoi avoir retenu trois chambres ? Et comment expliquer que sa femme, que l'on décrit si belle, se comporte de manière presque vulgaire et n'est point aussi jolie que Wyatt le prétendait... ?
Et cette drôle de caisse, que contient-elle ?
Que de mystères... que le narrateur va démêler à la suite d'une terrible tempête.
Un final particulièrement marquant que je n'avais pas vu venir (une écoute trop peu attentive de ma part ?) qui clôt un texte en tout point réussi !

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 42
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 10225
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Avr 13, 2021 7:18 am    Sujet du message: Répondre en citant



Mon vote :

Citation:
… ou comment le narrateur raconte qu’il a retrouvé un vieux camarade, peintre et pétri de qualités humaines, Cornelius Wyatt, dans un bateau. Des questions se posent alors rapidement : pourquoi Cornelius a-t-il retenu trois chambres au lieu d’une seule ? Qu’y a-t-il à l’intérieur de cette « caisse oblongue » de six pieds de long sur deux et demi de large ? Pourquoi ne l’a-t-il pas faite porter dans une des deux chambres surnuméraires, à la place de quoi il a décidé de la faire mettre dans la sienne ? Pourquoi porte-t-elle la mention de sa belle-mère ? Pourquoi Cornelius fait-il de son mieux pour éviter sa propre épouse ? Les réponses viendront après une tempête cataclysmique. Pour ma part, ayant lu pas mal d’œuvres d’Edgar Allan Poe, je n’ai pas été particulièrement saisi par la chute. Certes, elle est ingénieuse, mais pas mal d’éléments disséminés dans le récit (ou peut-être est-ce parce que l’univers de cet immense écrivain m’a imprégné au point que j’ai compris quelques gimmicks littéraires et autres « ficelles » dont il est passé maître) laissent présager le final. Même si cette (très) courte nouvelle est plutôt réussie, achevée intelligemment et avec une forme certaine d’émotion, tout cela ne parvient vraiment pas, selon moi, à la hisser au niveau d’autres histoires majeures de l’auteur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 42
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 10225
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Lun Juin 07, 2021 8:30 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
La Genèse d'un poème (Le Corbeau) (avril 1846) est une nouvelle écrite par Edgar Allan Poe puis traduite par Charles Baudelaire en 1864. La Philosophie de la composition (The Philosophy of Composition, Philadelphie, Graham's Magazine, avril 1846), est le titre exact de La Genèse d'un poème. Extrait : Scrutant profondément ces ténèbres, je me tins longtemps plein d'étonnement, de crainte, de doute, rêvant des rêves qu'aucun mortel n'a jamais osé rêver ; mais le silence ne fut pas troublé, et l'immobilité ne donna aucun signe, et le seul mot proféré fut un nom chuchoté : « Lénore ! » C'était moi qui le chuchotais, et un écho à son tour murmura ce mot : « Lénore ! » Purement cela, et rien de plus.


Mon vote :

Citation:
Une sorte de nouvelle dans laquelle l’immense écrivain revient sur la naissance et la composition de son poème le plus connu, « Le Corbeau ». Trois courts chapitres où il explique son amour pour la poésie en général, comment lui est venue cette idée – avec quelques passages fantasmagoriques avec la rencontre avec l’oiseau, sa « méthode de composition », les rouages de son procédé, les buts auxquels il souhaitait parvenir, la structure de cette œuvre, etc. Un texte riche et dense – surtout lorsqu’il décline l’organisation de cette œuvre, que seuls les spécialistes, je pense, pourront véritablement suivre dans la mesure où ce passage est vraiment consistant et destiné aux techniciens du genre, à réserver certes en priorité aux aficionados de l’auteur, mais qui constitue dans le même temps une lecture enrichissante et indéniablement intéressante.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com