Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Froid comme la mort - Antonio Manzini (Denoël)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 8:46 am    Sujet du message: Froid comme la mort - Antonio Manzini (Denoël) Répondre en citant

Après Piste noire (en poche chez Folio Policier le 10 mars, sélectionné pour le Prix Violeta Negra 2016 de Toulouse Polars du Sud), le sous-préfet Rocco Schiavone est de retour dans Froid comme la mort, le nouveau roman de Antonio Manzini, qui vient de paraître dans la collection Sueurs froides de Denoël, traduit par Anaïs Bouteille-Bokobza.






Le livre :

Rocco Schiavone a une nouvelle affaire sur les bras, et il est bien décidé à la régler presto.

Ester Baudo est retrouvée morte dans son salon, pendue.
Le reste de l’appartement a été saccagé, et ce qui semble à première vue être un suicide se révèle vite un meurtre.
On fait appel à Rocco Schiavone, ce drôle d’inspecteur, amateur de joints matinaux et de jolies femmes.
Dans la petite ville grise et froide d’Aoste, il croise et interroge les proches de la victime.
Il y a Patrizio le mari, Irina, la femme de ménage biélorusse à l’origine de la découverte du cadavre, ou encore celle qui semble avoir été la seule amie de la défunte, Adalgisa.
Si la vie de la victime se dessine peu à peu, le mystère reste entier.
Qui pouvait bien en vouloir à la calme et tranquille Ester Baudo ?

Cette deuxième enquête de Rocco Schiavone, vice-préfet râleur, macho et doté d’un humour cinglant, ravira les amoureux du commissaire Montalbano, de l’Italie et des polars à l’humour grinçant.



>> Lire un extrait



>> La page Facebook de l'auteur : https://www.facebook.com/pista.nera.7



L'auteur :

Né à Rome en 1964, Antonio Manzini est acteur, scénariste, réalisateur et romancier.
Il vit en Italie.
Après Piste noire, son premier roman traduit en français, Manzini revient avec Froid comme la mort, une nouvelle aventure du vice-préfet Rocco Schiavone.





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Mar Sep 05, 2017 8:41 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9168
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 4:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Vous n'en avez jamais marre de ces titres de polars avec "noir" "sang" ou "mort" ?
Moi ça me rebute un peu à la longue. Les éditeurs pourraient faire gaffe. Et pas sûr que ce soit vraiment plus vendeur... Confused
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 4:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hoel a écrit:
Vous n'en avez jamais marre de ces titres de polars avec "noir" "sang" ou "mort" ?
Moi ça me rebute un peu à la longue. Les éditeurs pourraient faire gaffe. Et pas sûr que ce soit vraiment plus vendeur... Confused


Eh, oh ! J'y suis pour rien, moi ! Mr. Green

Bah, c'est vrai que dans le registre du polar, on retrouve une certain de mots-clés identiques et souvent répétés.. Dans d'autres "genres", je suis sûr qu'on y retrouve aussi d'autres mots-clés ou expressions, mais le registre change (SF, comédie, romans sentimentaux, etc).

C'est d'ailleurs pour ça que pour le second roman noir du Brésilien Edney Silvestre, j'avais plutôt été surpris qu'ils aient osé un :




Pas courant, non ? (mais pas terrible non plus, pour le coup...)

Tu n'aurais pas besoin d'une petite cure de romans non-noirs sinon, Hoel ?... Wink
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Avr 07, 2016 6:55 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

Rocco à la montagne, suite.


On a découvert Antonio Manzini et son flic odieux, Rocco Schiavone, romain exilé dans le val d’Aoste, dans Piste noire.
Le revoici dans Froid comme la mort.


Rocco est donc toujours flic dans le val d’Aoste, il use toujours ses Clarks à une vitesse incroyable, refuse toujours de porter des chaussures de montagne, et est toujours aussi désagréable avec presque tout le monde.
Alors que partout ailleurs le printemps s’annonce (ici il neige !) il est appelé chez les Baudo.
La femme de ménage a trouvé l’appartement dévasté et a appelé la police.
Qui trouve Ester pendue dans sa chambre.

Très rapidement, l’hypothèse du suicide est écartée, et l’enquête commence, alors que Rocco rumine son passé, se languit de Rome, et envoie bouler tout le monde.


J’avais beaucoup aimé le premier, j’aime beaucoup la suite.


Une fois de plus, rien de révolutionnaire dans une intrigue par ailleurs fort bien troussée.
Une fois de plus, tout repose sur le personnage central et sur l’acidité de l’écriture.
Rocco a la dent toujours aussi dure, il est toujours aussi désagréable, toujours très limite dans son application de la loi.
Et pourtant on l’aime encore plus que dans le premier.


Ses fêlures, ses fragilités se révèlent, son passé remonte à la surface, et sous la carapace l’humanité à vif du personnage perce.
Un vrai régal pour un roman qui termine sur des notes très émouvantes (comme le précédent).


Bref, c’est ma période italienne, de la Calabre aux Alpes, de Gangemi à Manzini, de Lenzi à Schiavone, je me régale avec ces enquêteurs au caractère de cochon, dignes héritiers du grand Montalbano.


Viva Italia !



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mai 27, 2016 1:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Pierre Faverolle sur Black Novel :

Citation:

Froid comme la mort d’Antonio Manzini


Voici la deuxième enquête de Rocco Schiavone, vice-préfet à Aoste après l’excellent Piste Noire.
Pour résumer mon avis, dans ce deuxième roman, on prend les mêmes recettes que le premier et on enfonce le clou.
Je vous offre le tout début du roman qui donne le ton et montre l’humour cynique que j’adore :

« C’était le mois de mars, où les journées offrent des instants de soleil et la promesse du printemps à venir. Des rayons encore tièdes, souvent fugaces, qui colorent le monde et ouvrent à l’espoir.
Mais pas à Aoste. »



Irina, originaire de Biélorussie, vit de ménages qu’elle fait chez les gens soit âgés, soit fortunés.
Elle est amoureuse d’Ahmed, originaire d’Egypte, et espère bien qu’il l’épousera.
Ahmed a un fils, Helmi, de 18 ans, qu’elle accepte volontiers.
Arrivée chez les Baudo, la porte de l’appartement est ouverte.
Inquiète, elle entre et voit le désordre qui y règne.
Elle comprend qu’il vient d’y avoir un vol.
Puis, elle imagine que les voleurs sont peut-être encore là !
Alors, elle ferme la porte d’entrée à clé et se jette dans la rue en hurlant comme une damnée…
Jusqu’à ce qu’elle rencontre un adjudant de l’armée en retraite qui promène son chien aveugle.


Rocco Schiavone a un gros problème : la femme avec qui il passe quelques nuits, Nora, va bientôt fêter son anniversaire.
Il doit donc trouver un cadeau qui ne l’engage pas trop, mais qui lui fera plaisir.
Quand ils reçoivent l’appel téléphonique, Rocco et son adjoint Italo foncent Via Brocherel.
L’appartement est en effet en grand désordre.
Un téléphone portable est en miettes dans la cuisine.
La porte de la chambre est fermée mais pas à clé, et plongée dans la pénombre.
Rocco actionne l’interrupteur quand les plombs sautent : il y a eu un court-circuit.
Quand Italo propose d’ouvrir les volets, ils découvrent Ester Baudo pendue.
Si on peut penser à un suicide, Rocco se demande comment une personne peut, après son suicide, fermer les volets et éteindre la lumière.
Assurément, Rocco a devant lui un emmerdement puissance 10.


Il suffit de lire le premier paragraphe pour être conquis par le personnage de Rocco Schiavone, ce vice-préfet (équivalent de commissaire chez nous), doué d’une déduction et d’une intuition hors norme et qui traite ses contemporains comme des moins que rien.
Cela donne des remarques méchantes, des situations drôles et des dialogues parfois décalés, parfois cyniques.
Le roman comporte une intrigue construite avec toutes les qualités que j’avais aimé dans le premier : un meurtre, une énigme difficile à résoudre, des indices semés au long des 250 pages du livre, et une résolution toute en logique.


A cela, on ajoute ce formidable personnage à la fois méchant et attachant.
On en apprend un peu plus sur son passé, ou du moins sur la raison pour laquelle il a été muté à Aoste, au milieu des montagnes, les pieds enfoncés dans la neige qu’il déteste.
On a aussi droit à un personnage dont on creuse un peu plus la psychologie, sa soif de justice et la tentation de la vengeance à tout prix, ainsi que la loyauté envers ses amis.
Bref, cela peut sembler classique, mais quand c’est aussi bien fait et bien écrit, cela donne du pur plaisir !
Je tiens aussi à signaler l’excellent travail de la traductrice qui arrive à rendre aussi bien tout l’humour des situations et du personnage.
Bravo !



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ssarlotte
Serial killer : Le Poète


Age: 33
Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 2182
Localisation: St Maur des Fossés


MessagePosté le: Mar Jan 03, 2017 10:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai commencé tout à l'heure et j'adore déjà.
Je suis complètement fan des polars italiens !
_________________
http://destinationpolar.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2017 1:00 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ssarlotte a écrit:
Je l'ai commencé tout à l'heure et j'adore déjà.
Je suis complètement fan des polars italiens !


Champagne ! Very Happy

D'ailleurs, il va falloir que je le lise aussi, Rocco Schiavone me manque !

Et puis j'ai pas mal d'autres auteurs italiens sous le coude, entre Mimmo Gangemi, Valerio Varesi, Giampaolo Simi, Alberto Garlini, Maurizio de Giovanni et tutti quanti...
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 58
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 993
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2017 9:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Alessandro Perissinotto et son "Train 8017" n'est pas mal non plus.
_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Polarbear
Meurtrier


Age: 54
Inscrit le: 02 Nov 2015
Messages: 485
Localisation: Belin Beliet 33


MessagePosté le: Jeu Jan 05, 2017 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ssarlotte a écrit:
Je l'ai commencé tout à l'heure et j'adore déjà.
Je suis complètement fan des polars italiens !


J'ai aussi un faible pour les auteurs italiens. Je lis actuellement Maurizio De Giovanni et son commissaire Ricciardi, un régal! j'ai adoré lire plusieurs roman de Andrea Camilleri, un peu toujours la même chose mais tellement savoureux, enfin ne passez pas à côté de Scerbanecco plein de charmes désuets. Luca Poldelmengo est prometteur, et il me tarde de découvrir Franco Di Mare, Donato Carisi, Marco Vichi, Mimmo Gangemi, Valerio Varesi, Giampaolo Simi, Sandrone Dazieri, Gianrico Carofiglio et Giancarlo De Cataldo. Antonio Manzini se rajoute à cette liste, les retours sont trop prometteurs pour passer à côté. Dans ma PAL figure Massimo Carlotto, donc 2017 risque d'être l'année de l'Italie, en ce qui me concerne...
_________________
"Ce qui compte dans le polar, ce n'est pas le crime, mais le monde dans lequel il se produit." Richard Price
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 05, 2017 10:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

TaiGooBe a écrit:
Alessandro Perissinotto et son "Train 8017" n'est pas mal non plus.


Jamais lu Perissinotto, ce n'est pas faute d'en avoir entendu parler, donc je note ce Train 8017.
Sinon, dommage que, comme malheureusement bien d'autres auteurs - et en particulier italiens - il ne soit visiblement plus traduit en France...


Polarbear a écrit:

J'ai aussi un faible pour les auteurs italiens. Je lis actuellement Maurizio De Giovanni et son commissaire Ricciardi, un régal! j'ai adoré lire plusieurs roman de Andrea Camilleri, un peu toujours la même chose mais tellement savoureux, enfin ne passez pas à côté de Scerbanecco plein de charmes désuets. Luca Poldelmengo est prometteur, et il me tarde de découvrir Franco Di Mare, Donato Carisi, Marco Vichi, Mimmo Gangemi, Valerio Varesi, Giampaolo Simi, Sandrone Dazieri, Gianrico Carofiglio et Giancarlo De Cataldo. Antonio Manzini se rajoute à cette liste, les retours sont trop prometteurs pour passer à côté. Dans ma PAL figure Massimo Carlotto, donc 2017 risque d'être l'année de l'Italie, en ce qui me concerne...


J'adore Carlotto, capable de décrire une scène d'action intense et palpitante en un seul paragraphe tellement son écriture est dégraissée, et d'ailleurs j'attends avec impatience la suite de Le Souffle court, qui inaugurait un cycle sur les nouvelles mafias.
Carofiglio était au Seuil dernièrement, mais depuis 2013, c'est silence radio.
J'ai découvert l'an dernier De Cataldo avec le magistral Romanzo criminale, je languis de me plonger dans son Suburra et sa suite, Rome brûle, co-écrits avec Carlo Bonini.
Beaucoup aimé Tu tueras le père de Dazieri, thriller au rythme haletant et début d'une trilogie dont le second volet devrait paraître en mai.
Et puis d'autres découvertes à faire avec les noms que tu cites.
Je me permettrais de conseiller aux amateurs de romans noirs le sublime Celui qui ne dormait pas d'Alessio Viola chez Rivages, ténébreuse pépite qui m'avait secoué comme rarement !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9146
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Fév 23, 2017 8:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Parution en poche le 18 mai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Mai 06, 2017 3:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant




El Marco a écrit:
Parution en poche le 18 mai.



Finalement, il vient de sortir en poche depuis jeudi chez Folio Policier :






Et on retrouve le vice-préfet Rocco Schiavone dans Maudit printemps, le nouveau roman d'Antonio Manzini qui vient lui aussi de paraître dans la collection Sueurs froides de Denoël (on en parle ici sur le forum) :





Citation:


Chiara Breguet, héritière d’une riche famille d’industriels du Val d’Aoste, étudiante brillante admirée de ses pairs, n’a plus donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours.
Persuadé que cette disparition est inquiétante, Rocco Schiavone se lance dans une course contre la montre pour sauver la jeune femme et découvrir ce que dissimule la façade impeccable de ce milieu nanti.
Pendant ce temps, la neige tombe sur Aoste en plein mois de mai, et cette météo détraquée ne fait qu’exacerber la mauvaise humeur légendaire de Rocco.






_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
grolandrouge
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 43
Inscrit le: 16 Fév 2017
Messages: 543
Localisation: Sarthe

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Sam Oct 06, 2018 4:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon vote sur Polars Pourpres: 7/10
Citation:
Je redoutais un peu les retrouvailles avec le vice-préfet Rocco Schiavone que j'avais trouvé odieux dans le premier épisode. ça c'est finalement bien passé. On se familiarise avec les personnages secondaires et même Schiavone est plus humain dans ce deuxième bouquin. L'intrigue est correcte et l'histoire agréable à suivre. "Maudit printemps" est donc inscrit au programme de mes futures lectures.

_________________
"On respire mieux dans la tempête."
Michel Bakounine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com