Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Le cercle Polar (Télérama)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 16, 17, 18
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Fév 21, 2021 11:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Entre 2 vidéos, le Cercle Polar publie aussi régulièrement des chroniques sur Telerama.fr. Je trouve la dernière en date, signée Michel Abescat, intéressante :

Citation:

Polars : quand deux romans noirs décrivent les dérives cruelles de notre société

L’un explore le désespoir d’un salarié de plateforme de livraison à vélo ; l’autre décrit une redoutable injonction au bonheur… Deux romans noirs, “Tous complices !”, de Benoît Marchisio, et “Les Fragiles”, de Maud Robaglia, retracent avec acuité la férocité de notre époque. Glaçant.


Il se nomme Abel et survit en pédalant jour et nuit dans le dédale parisien pour livrer des cheeseburgers supplément bacon, des poulets tikka ou des sundaes vanille. Elle s’appelle Jérémiade et tente sans succès de cacher à ses voisins et collègues un mal-être devenu inacceptable dans une société vouée à la dictature du bonheur, lisse comme une pub d’assureur santé, où les vieux habillés de blanc font tous du tai-chi. Abel et Jérémiade sont chacun au centre de deux premiers romans qui marquent cette rentrée polar par l’acuité de leur regard sur la férocité de l’époque où nous vivons. Celle du chacun pour soi, du tous concurrents et de l’individu, unique responsable de sa condition.

Le premier de ces romans, Tous complices !, est signé Benoît Marchisio. Il met donc en scène un tout jeune homme, Abel, 19 ans, étudiant contraint de travailler pour aider sa mère, qui surnage entre deux ou trois emplois de femme de ménage. Rincé par les galères du salariat occasionnel, genre serveur dans un resto, Abel croit trouver le graal en devenant auto-entrepreneur et « coursier-partenaire » d’une boîte de livraison de repas à domicile, l’Appli. Il y croit dur comme fer et imagine entrer dans la nouvelle économie, celle qu’on lui décrit comme « libérée des archaïsmes et des conservatismes ». Le voila donc, en quelques clics, « son propre patron, maître de son destin ».

Esclave à vélo

Le roman suit Abel dans son parcours d’entrepreneur du nouveau monde à celui, plus trivial, d’esclave à vélo. Achat d’un VTT premier prix, maîtrise progressive de la ville dont il va bientôt connaître la géographie intime alors qu’il a toujours vécu à Corbeil-Essonnes, premières courses. Et premières désillusions. « Cette soirée lui aura rapporté 35,30 euros brut. Il aura travaillé cinq heures et quarante-trois minutes », et il en reviendra le T-shirt trempé de sueur et les mollets en feu.

De mois en mois, Abel va découvrir le durcissement des conditions de l’Appli, la fin du tarif minimum de la course, la brutalité des strikes, c’est-à-dire des blâmes infligés au moindre retard, deux strikes signifiant désactivation définitive du compte, la lutte entre livreurs, l’arrivée des scooters qui vont peu à peu remplacer les vélos. Et le phénomène des loueurs de comptes, ces coursiers qui prêtent leur coordonnées à ceux qui ne peuvent pas en avoir, mineurs ou migrants sans papiers, moyennant un pourcentage sur chaque course.

Abel va s’accrocher malgré tout, accepter l’inacceptable, rester à l’écart des mouvements de protestation. « Il pédale, c’est tout ce qui lui reste. » Jusqu’au moment où le bon garçon va comprendre dans quelle impasse il s’est engagé. Une fois essoré, isolé, désespéré, il va se rebiffer, laissant monter la rage. Et la violence.

Plongée glaçante dans le nouveau lumpenprolétariat

Tous complices !, qui met en jeu de nombreux autres personnages, en particulier dans le milieu des chaînes d’info continue qui exploitent également une majorité de précaires, est ainsi une mise à nu implacable des pratiques de cette nouvelle économie des services au quotidien, d’Uber à Deliveroo.

Minutieusement documenté, le roman de Benoît Marchisio est une plongée glaçante dans le quotidien, dans l’intimité de leurs espoirs, de leurs gestes, de leurs combats, de leurs souffrances, de ce nouveau lumpenprolétariat de l’économie disruptive. Le style est vif, le rythme soutenu, le regard au couteau. Tous complices ! est un formidable thriller d’une rare brutalité. Le roman noir ultra réaliste d’un monde en perdition dominé par la loi du plus fort.

Chasse aux “faibles”

Noir, le premier roman de Maud Robaglia, Les Fragiles, l’est tout autant, qui navigue entre fiction, et même anticipation, et ressemblance tout sauf fortuite avec le monde contemporain.

Jérémiade, dont on suit, comme celui d’Abel, le parcours, travaille au Parfait Nettoyeur, où elle vend, avec talent, des aspirateurs dernier cri et des shampouineuses à moquette. Ironique passion pour le nettoyage dans une société occupée à faire le ménage parmi ses habitants, comme on nettoie impitoyablement les taches qui salissent la moquette.

Quand s’ouvre le roman, Jérémiade vient de rater sa énième tentative de suicide et s’efforce tant bien que mal de le cacher à ses voisins et collègues de travail. Car la société où elle vit fait la chasse aux « Fragiles », à tous ceux qui ne sourient pas, à tous ceux qui font preuve de la moindre faiblesse.

Après avoir constaté, quelques années auparavant, une hausse brutale des gestes suicidaires et une croissance exponentielle de la consommation de psychotropes, le gouvernement a pris des mesures. Désormais, une crise de larmes peut vous conduire directement dans un Pavillon de la Fragilité, d’où il sera difficile de sortir. N’importe quel membre de votre famille peut demander votre mise sous tutelle, comme l’a fait la fille de Jérémiade, qui a toujours considéré que sa mère avait « une araignée au plafond ». À moins que vous ne tombiez entre les pattes des Patriotes du Vivant, milices de volontaires adeptes de la chasse aux Fragiles.

Injonction au bonheur

Maud Robaglia distille une ironie discrète, déroule son histoire en forme de conte cruel qui met en scène une société dominée par l’injonction au bonheur, l’interdiction des comportements négatifs, la mise sous le boisseau du deuil et de l’échec. Une société qui ressemble beaucoup à la nôtre où les gourous du développement personnel et leurs conseils du genre « Ressens de la gratitude tous les jours », « Rêve ta vie en couleurs » ou « Fais de ton mieux et n’oublie pas d’être heureuse » occupent les pages des magazines. Désormais, il faut être positif, résilient, exposer sans fin sur les réseaux sociaux les images de son bonheur, bouquet de fleurs sur la table basse ou fous rires en famille ou entre potes. Belle manière de rendre chacun responsable de ce qui lui arrive et de dépolitiser le regard.

Belle manière aussi pour Maud Robaglia de nous ouvrir les yeux. Et si, par notre acceptation silencieuse, nous étions tous complices, comme l’affirme un des personnages du roman de Benoît Marchisio ? Complices d’évolutions qui pourraient bien conduire à la violence incontrôlable ? « C’est nous tous qui avons créé ce monstre, et on s’étonne qu’ils se rebellent ? Mais nous sommes tous complices ! Tous ! »

Citation:
À lire
Tous complices ! de Benoît Marchisio, éd. Les Arènes, 304 p., 20 €.
Les Fragiles, de Maud Robaglia, éd. Le Masque, 198 p., 19 €.





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 16, 17, 18
Page 18 sur 18

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com