Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les romans de James Anderson (Belfond)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10422
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 02, 2020 5:55 am    Sujet du message: Les romans de James Anderson (Belfond) Répondre en citant

Paru au printemps 2017, ce n'est que quelques mois plus tard que je l'ai remarqué, mon intérêt titillé par les vives recommandations de Christine Ferniot et Michel Abescat dans un Cercle Polar. Après la lecture du résumé et des quelques très bonnes critiques parues sur le net (aujourd'hui le roman a une moyenne de 4,22/5 pour 20 votes sur Babelio..), je me suis finalement décidé à l'acheter.
Mais, comme souvent avec moi, il aura finalement fallu attendre plus de 2 ans avant que je le commence. Premier constat après en avoir lu plus de la moitié quasiment d'une traite : aucun regret, c'est une pépite !

Desert Home, premier roman de James Anderson, a été traduit par Jérôme Schmidt chez Belfond.






Le livre :

« Un roman noir où brillent des fulgurances littéraires. Desert Home a quelque chose d'un mirage. Et, à la fin, comme des visions chimériques dans la chaleur du désert, tout apparaît : une remarquable histoire, formidablement écrite, drôle, audacieuse, intelligente et profondément touchante. »
Colum McCann


La route 117 coupe le désert de l’Utah.
Le long de cette route, il n’y a rien. Ou si peu. De la poussière à perte de vue, un resto fermé depuis des lustres, quelques maisons témoins d’un vague projet immobilier suspendu pour l’éternité. Et là, dans cette immense solitude, des âmes perdues qui ont fui le monde : les frères Lacey, criminels prêts à tout pour sauver leur peau ; Walt, vieux solitaire dévoré par les remords, qui ne veut plus voir personne et se cloître dans son diner ; John, pécheur repenti, qui traîne chaque été une croix grande comme lui pour échapper à la tentation…

La route 117, Ben la connaît par cœur, lui qui la sillonne toute l’année au volant de son camion.

Et puis, un jour, une apparition. Une jeune femme, belle, étrange, qui joue d’un violoncelle sans cordes. Elle s’appelle Claire, elle est en fuite et Ben est irrésistiblement attiré.

Mais sur la route 117 où règne la folie des hommes, quelle place pour la douceur d’une rencontre ? Le désert n’est pas un lieu pour les rêveurs ; Ben et Claire pourraient bien l’apprendre à leurs dépens…



Citation:

ILS EN PARLENT


« Puissant, aride et magnifique… un premier roman merveilleusement étrange. »
New York Times Book Review

« Le coup d’essai de James Anderson est très bon… Vous n’avez pas lu un livre comme Desert Home depuis longtemps, si ce n’est jamais. Dès que vous l’aurez ouvert, vous comprendrez que vous avez à faire à un roman étonnamment puissant. »
The Huffington Post

« Exceptionnel, extraordinaire à tout point de vue, qu’il s’agisse de l’écriture, de l’intrigue, des dialogues, du suspense, de l’humour, et de l’atmosphère. »
The Washington Post

« Un thriller étrange et décalé, servi de surcroît par une intrigue tout en crescendo jusqu'à la dernière ligne. »
Philippe Blanchet - Le Figaro Magazine

« James Anderson a le sens de l'humour et des dialogues, et il aime chacun de ses personnages. De visions poétiques en lieux intrigants, il donne à son désert une atmosphère étrange, quasi fantastique. Un premier roman très prometteur. »
Le Parisien Magazine

« Un premier roman noir poignant et onirique. Une oeuvre puissante et originale. [...] James Anderson joue de main de maître avec les codes du roman noir en y apportant la touche d'onirisme et d'étrange qui font la marque de son talent. [...] Tour à tour drôle et mélancolique, virile et délicate, haletante et poignante, cette histoire s'inscrit dans la mythologie américaine de la route et des grands espaces sauvages que les derniers hommes libres arpentent sans trop savoir où le destin les mènera. Envoûtant. »
Pierre Morel - Serengo

« Un premier roman noir qui trouve sa poésie dans chacune des phrases de cet auteur américain. Les personnages apparaissent tels des mirages, et font naître une nouvelle histoire dans ce récit captivant. »
Eva Roque - Télé 7 Jours

« James Anderson mêle ses histoires avec un grand talent, des histoires d’amour belles et tragiques, des histoires de trahison, de vengeance, de meurtre. [...] Un premier roman aux allures de chef-d'oeuvre ! »
Nyctalopes






Lire les premières pages



L'auteur :

James Anderson est né à Seattle et a grandi dans le Nord-Ouest Pacifique. Il est diplômé du Reed College et d'un master d'écriture du Pine Manor College. Ses écrits ont été publiés par de nombreux magazines dont The Bloomsbury Review, New Letters, Northwest Review...
Il a notamment été éditeur et rédacteur en chef chez Breitenbush Books.
Desert Home est son premier roman.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Jeu Jan 16, 2020 11:05 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10422
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 03, 2020 1:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant




Christine Ferniot et Michel Abescat en parlent dans ce Cercle Polar (à partir de 7' 00") :





La chronique de Raccoon sur Nyctalopes :

Citation:

DESERT HOME de James Anderson


Originaire de la côte Nord du Pacifique, James Anderson est diplômé d’un master en écriture. Certains de ses écrits ont été publiés dans des revues mais il a longtemps été éditeur. Desert Home est son premier roman publié. C’est un roman noir et magnifique dont le décor est une route que James Anderson connaît bien puisqu’il partage son temps entre l’Oregon et la région des « four corners ».

Tout se passe le long de cette route 117 que Ben Jones emprunte tous les jours pour effectuer ses livraisons à ceux qui y vivent : des êtres cabossés, qui pansent leurs plaies, expient leurs fautes ou tout simplement se planquent. Ce coin de désert aride, hostile est vraiment hors du monde : aucun réseau, aucun signal radio, rien ne passe, même pas le facteur, une sorte de triangle des Bermudes d’où il est facile de disparaître au sens figuré comme au sens propre car l’espérance de vie dans ces conditions extrêmes est courte. James Anderson décrit ce paysage lunaire dans un style magnifique, on étouffe de chaleur, on voit la poussière et surtout la lumière du désert, magique.

Dans cet univers, Ben, le narrateur, est bien plus qu’un livreur. Il connaît tout le monde, il sait que tous ont de bonnes raison d’avoir choisi et accepté l’isolement, que les questions ne sont pas les bienvenues et il a dompté sa curiosité. Il porte sur lui-même et le monde un regard lucide assez désespéré mais non dénué d’humour et avec une empathie extraordinaire. Il comprend la solitude, le malheur, la souffrance, il connaît, il ne se permet pas de juger. C’est un personnage fort, profondément humain qu’on aime tout de suite. Cette vie lui convient, il y a trouvé la paix à défaut du bonheur, mais elle est en train de déraper, il est au bord de la faillite et sa rencontre avec Claire va tout faire voler en éclats.

James Anderson mêle ses histoires avec un grand talent, des histoires d’amour belles et tragiques, des histoires de trahison, de vengeance, de meurtre. Tous les personnages sont sublimes, paumés, désespérés, un peu barjots ou simplement malchanceux. Le désert les a dépouillés de toute vanité, ils ont renoncé au rêve américain de réussite et James Anderson plonge ainsi au plus profond de l’humanité de chacun avec tout ce qu’elle peut comporter de violence, de noirceur mais aussi d’amour et de rédemption.

Tous ces destins humains réunis créent une atmosphère noire, envoûtante et poétique : on partage une « air cigarette » sur le bord de la route, on joue du violoncelle sans corde, on va jusqu’au bout de la route… autant de scènes étranges et magnifiques que je n’évoquerai pas plus pour ne rien dire de l’histoire. Car il y a en plus le récit principal, le mystère de la présence de Claire qui n’est pas là par hasard bien sûr...

Un premier roman aux allures de chef-d’œuvre !


_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
JohnSteed
Meurtrier


Age: 45
Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 280
Localisation: Moulins

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 03, 2020 8:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci norbert pour la mise en avant de ce livre. Il a tout pour me plaire. Cool
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10422
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2020 9:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

JohnSteed a écrit:
Merci norbert pour la mise en avant de ce livre. Il a tout pour me plaire. Cool



C'est un très beau roman, lumineux, subtil, plein d'humanité et d'empathie mais sans esbroufe, tout en nuances et formidablement dépaysant.
J'essaierai de revenir avec un avis un peu plus fouillé, je le conseille davantage à ceux qui veulent découvrir un beau et bon roman, avec des personnages aussi fascinants qu'attachants, une atmosphère envoûtante, un décor et une nature omniprésents (comme certains Gallmeister par exemple), plutôt qu'à ceux qui cherchent un polar pur.
Ici, l'intrigue criminelle n'est pas inintéressante, mais elle passe au second plan, sert davantage de fil rouge à diverses rencontres, etc.

Par contre, le 2ème roman de l'auteur, La Route 117 qui vient de paraître (et dans lequel on retrouve le personnage du chauffeur Ben Jones), a l'air quant à lui plus axé "polar"ou "noir".
De toute façon, j'ai tellement aimé Desert Home que je compte bien me prendre aussi cette Route 117, donc je finirai bien par donner mon avis aussi sur celui-là en temps voulu !

JohnSteed, si Desert Home t'intéresse et que tu ne le trouves pas à la médiathèque près de chez toi par exemple, n'hésite pas et envoie-moi un MP. Wink
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10422
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2020 11:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après le très beau Desert Home, on retrouve le personnage de Ben Jones dans La Route 117, le nouveau roman de James Anderson qui paraît aujourd'hui chez Belfond, traduit par Clément Baude.






Le livre :

Après l’hypnotique Desert Home, James Anderson livre un deuxième roman noir d’une étrangeté fascinante, un road novel magnétique, dans le décor envoûtant et apocalyptique du désert de l’Utah.

La neige et la glace ont envahi la route 117. Au milieu de ce décor lunaire, Ben, chauffeur routier, s’accroche à son volant comme à une planche de salut, pour oublier la disparition brutale, quelques semaines plus tôt, de la femme qu’il aimait.

Mais un matin, à la station-service, un étrange colis l’attend… Un gamin et son chien, laissés là avec ce mot : « S’IL TE PLAÎT, BEN. GROSSE GALÈRE. MON FILS. EMMÈNE-LE AUJOURD’HUI. CONFIANCE À TOI SEULEMENT. PEDRO. »

Pourquoi ce Pedro, un quasi-inconnu qu’il n’a pas revu depuis des mois, tient-il tant à lui confier son enfant mutique ?

Tandis que Ben reprend la route en quête de réponses, accompagné de ses improbables passagers, un drame l’oblige à interrompre ses recherches : son ami John, prédicateur qui arpente la 117 avec une croix sur le dos, vient d’être laissé pour mort sur le bord de la chaussée.

Dans ce coin perdu de l’Utah, les mystères et les dangers collent à l’asphalte. Pour Ben, c’est le début d’une enquête ahurissante, aux troublantes ramifications…



« James Anderson offre à ce coin de l’Utah sa déclaration d’amour la plus poétique et la plus glaçante. »
New York Times Book Review

« Tout comme avec son premier opus, Desert Home, James Anderson livre un nouveau polar qui brise les codes : la prose quasi lyrique se mêle à une atmosphère riche, dotée de personnages marginaux qui font la marque de fabrique de l’auteur. »
The Associated Press

« Prince des atmosphères à la limite de l'étrange, James Anderson fait vibrer les paysages dans ce polar décalé. Comme le décor, l'intrigue va crescendo, délicieusement glaçante. »
Telepro





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10422
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2020 7:12 am    Sujet du message: Répondre en citant





DANS LA PRESSE :

« James Anderson poursuit une série policière qui ne ressemble à nulle autre, peuplée de personnages émouvants et singuliers (un vieux prédicateur, trois mystérieuses pythies indiennes, etc), dans le décor somptueux d'un film de John Ford. »
Philippe Blanchet - Le Figaro Magazine

« Un formidable roman noir avec une exceptionnelle galerie de personnages. »
Jean-Paul Guéry - Le Courrier de L'Ouest

« Une aventure hypnotique, peuplée de personnages aussi pittoresques qu'attachants. »
Emmanuel Romer - La Croix





La chronique de Macha Séry dans Le Monde :

Citation:

Noir. « La Route 117 », de James Anderson



De tous les genres littéraires, celui du « roman de voyage routier » (road trip novel) demeure l’un des plus typiquement américains. Les Etats-Unis sont si vastes qu’on peut parcourir d’immenses étendues sans rencontrer âme qui vive, et échapper aux polices et aux administrations, en un mot disparaître des radars.


Ceux qui échouent dans le désert de l’Utah sont tous en rupture de ban et en retrait de la civilisation. Excentriques ou repris de justice menant « une existence de cul-de-sac », ils n’ont ni adresse ni boîte aux lettres. En ces lieux reculés, le réseau téléphonique ne fonctionne pas et, en cas d’urgence, les secours n’arrivent jamais à temps. Depuis vingt ans, Ben Jones ravitaille ces solitaires en eau, en pièces automobiles ou en sacs de nourriture pour chevaux. La route 117 qu’il sillonne tous les jours forme, entre deux villes, un tronçon de 160 kilomètres.


« L’indifférence était monnaie courante chez la plupart des clients, et chez moi aussi, même si j’y voyais plutôt une manière de me mêler de mes oignons, chose qui, dans le désert de l’Utah, contribue grandement à votre survie. »
Le chauffeur de poids lourd va pourtant faire un écart à sa ligne de conduite après le grave accident qui a laissé John, un prédicateur portant une lourde croix sur le dos en guise d’expiation, agonisant sur le bas-côté. Le matin même, il a dû embarquer à bord de son camion une petite fille abandonnée avec son chien dans une station-service ainsi que le bébé d’une jeune voisine. Au cours de sa tournée, il va mener une enquête à hauts risques sur le chauffard qui a percuté son ami, tout en recherchant le père de la fillette mutique.


La Route 117, de James Anderson, est la suite hivernale de Desert Home (Belfond, 2017) salué par Colum McCann. Soit un formidable roman noir aux allures de western dans ces contrées où souffle le blizzard et où le crime rôde comme un vent mauvais.



« La Route 117 » (Lullaby Road), de James Anderson, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Clément Baude, Belfond, 352 p., 21 €.







La chronique de Philippe Lemaire sur Onlalu :

Citation:

L’Amérique d’en-bas



La Route 117 sur laquelle nous entraîne James Anderson est un peu le bout du monde. Un tronçon à deux voies, sur quelques dizaines de kilomètres, dans le centre désertique de l’Utah, un des états américains les moins peuplés. L’auteur, qui a été un peu camionneur avant de plonger dans l’édition et l’écriture, nous installe dans le semi-remorque de Ben Jones, la quarantaine, du sang indien et juif, un casier et un cœur énorme. De sa cabine, il a appris à lire le peu de vie qui anime cette bande de bitume rectiligne, ses rituels et ses dangers. Un axe qu’empruntent seulement les locaux, les visiteurs égarés ou ceux qui fuient quelque chose (voir aussi Desert Home, sorti en 2017).


Ce jour-là, ses repères sont un peu brouillés. Il a son habituel chargement de bidons d’eau et de colis de toute sorte, et puis trois passagers qu’on lui a collés sur les bras. Le bébé de sa très jeune voisine, mère célibataire, mais aussi un enfant de cinq ou six ans, mutique et méfiant, flanqué d’un très gros chien un peu menaçant, tous deux abandonnés dans une station-service. La routine est cassée, et les incidents s’enchaînent. Un violent accrochage avec un camion-fantôme. Une rencontre tendue avec un jeune type armé. Et puis ce vieil illuminé qu’il voit souvent arpenter la route en traînant une immense croix, et qu’il découvre dans le fossé, salement amoché. Des personnes à sauver, aider, traquer, une foule d’urgences qui vient perturber les allers et retour de Ben sur la 117.


Au milieu de ce décor très cinématographique, sur cette route qui file comme allégorie de la vie, James Anderson installe une tension toute en retenue, sans coups d’éclat ni coups de théâtre. Sur un rythme hypnotique, cerné d’adultes sans but et d’enfants sans parents, le routier mélancolique et bagarreur tente de garder le contrôle de son convoi et de ses humeurs. C’est lui, le sang mêlé, qui fait le lien entre tous les paumés venus se perdre sur ce coin de désert sans charme ni ressources. Autour de cette belle pièce d’humanité, l’auteur bâtit un portrait touchant d’une autre Amérique, celle qui n’a rien et qu’on n’entend pas.


_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com