Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Whiskey Tango Foxtrot - David Shafer (Actes Sud)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8895
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Mai 18, 2017 10:34 pm    Sujet du message: Whiskey Tango Foxtrot - David Shafer (Actes Sud) Répondre en citant

Techno-thriller pimenté de paranoïa et d'humour noir acclamé par la critique lors de sa parution en 2014 aux Etats-Unis, au point d'être élu comme l'un des 10 meilleurs livres de l'année par le Time, Whiskey Tango Foxtrot, premier roman de David Shafer, vient de paraître dans la collection Actes Noirs d'Actes Sud, traduit par Laure Manceau.






Le livre :

Le Comité, réseau international d’industriels et de magnats des médias, s’apprête à privatiser les données du monde entier.
Une organisation utopiste souterraine, Dear Diary, tente de contrer ces sombres desseins.
Dans cette bataille secrète débarque un trio improbable : Leila, travailleuse humanitaire chargée par une ONG en mal d’idées de sponsoriser des projets féministes au Pakistan ; Leo, rentier dysfonctionnel doublé d’un jean-foutre, fumeur de joints et bizarrement doué pour le job d’assistant maternel ; et Mark Deveraux, gourou bidon en développement personnel, juste assez lucide pour ne pas gober lui-même les formules creuses qu’il enfile comme des perles dans ses publications pour gogos.
Si demain les hommes ont encore droit à une vie privée, c’est peut-être à eux qu’ils le devront…

Thriller pop parano dans l’esprit de William Gibson et de Chuck Palahniuk, Whiskey Tango Foxtrot habille de loufoquerie déjantée, d’humour noir et de poésie une réflexion sur les big data et la privatisation en marche de nos vies.




« Emule de Welsh et Palahniuk, David Shafer nous a ainsi concocté un premier roman prometteur, Whiskey Tango Foxtrot, cocktail d’action, de poésie et d’humour noir. L’excentricité de Pynchon, le cyberpunk de Neal Stephenson et la loufoquerie des frères Coen : David Shafer synthétise tout ça avec ce thriller jouissif et définitivement WTF — les initiales de Whiskey Tango Foxtrot… » Léonard Desbrières - Technikart

« Ce premier roman nous vient des Etats-Unis où la critique n’a pas hésité à évoquer Thomas Pynchon, Don DeLillo, David Foster Wallace, Philip K. Dick. Même si ces références peuvent paraître quelque peu éclectiques, elles placent d’emblée ce livre — entre thriller cyberpunk et roman d’espionnage décalé — dans la catégorie de ces grands livres qui décryptent avec acuité, finesse et intelligence les absurdités de notre vie moderne. Avec un sens du dialogue mordant et un humour ravageur, David Shafer s’interroge sur le monde contemporain et ses dérives. » Renaud Junillon - Sang Froid





>> Lire un extrait




L'auteur :

David Shafer, diplômé de Harvard et de l'école de journalisme de Columbia, est né et a grandi à New York.
Il a vécu à Dublin et à Buenos Aires, a exercé les métiers de journaliste, de charpentier, de chauffeur de taxi et a même été brièvement attaché de presse pour une ONG.
Il se consacre désormais à l'écriture, et vit à Portland avec sa femme et leurs deux enfants.
Whiskey Tango Foxtrot est son premier roman.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8895
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mai 26, 2017 12:08 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> Le Coup de coeur de Sylvie Sagnes sur Onlalu :

Citation:

« Thriller pop parano »



Elle s’appelle Leila et bosse dans l’humanitaire, ils s’appellent Mark et Léo, ont été très amis avant de se perdre de vue.
En Birmanie, Leila est témoin de quelque chose qu’elle n’aurait pas dû voir.
Léo, avant de perdre pied et contact avec la réalité, a tenu un blog pertinent qui a viré au conspirationnisme.
Mark, enfin, est devenu riche et célèbre en acceptant de voir remanier son essai brillant en une sorte de manuel de développement personnel bidon.
Ils vont tous trois tremper les pieds dans un truc énorme…


« Thriller pop parano » annonce la 4° de couv, et c’est bien trouvé.
On est à la croisée de plusieurs genres et le mariage est réussi.
On s’amuse comme des petits fous avec les trouvailles ingénieuses et souvent très drôles de l’auteur (et de la traductrice !*), comme les noms que se choisissent les membres de Dear Diary : Matt Moissa, Dune Seultrett, Roman Igance, Sarah Tonine, Tom Ahawk, Brice Glass, Mild Max, Mike Rosoft ou encore Casper Plex, ou même rien que le titre : Whiskey Tango Foxtrot (WTF).


Les premières pages – de présentation des personnages – ont tout de suite un ton, auquel j’ai adhéré sans réserve.
C’est comme si l’auteur parvenait à établir une connivence immédiate avec le lecteur, on a un peu l’impression d’être dans un roman d’apprentissage, on se sent en prise avec le monde bien contemporain et on a hâte de voir évoluer les trois héros.


Et puis ça se décale, on entre dans un roman d’espionnage, toujours plein d’humour (ou d’étrange ! : « Mais voilà : nos ordinateurs, on n’a pas besoin de les brancher, mais par contre, il faut les arroser et les exposer à la lumière du soleil. Et ils peuvent communiquer entre eux sans, euh, sans Internet quoi. »), un brin de SF ou de fantastique se promène aussi, et puis le rythme s’intensifie, ça devient de l’Aventure, bourrée de technologie.


On s’amuse toujours et sans s’en être aperçu on s’est bien attaché à ces trois-là, au point de regretter que ça se termine.
Premier roman de David Shafer, un auteur que je vais suivre attentivement !



* D’ailleurs l’auteur lui-même le signifie dans les remerciements : « Et toute ma reconnaissance à Laure Manceau, praticienne de l’art mystique de la traduction. C’est sa voix que vous avez entendue dans ces pages. »


(J’avais tout de suite apprécié la dédicace, aussi : « A Fiona, sans qui que dalle. »)



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8895
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Juin 16, 2017 9:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Dance Flore sur Quatre Sans Quatre :

Citation:

WHISKEY TANGO FOXTROT de David Shafer



« Que faire quand Internet vous traite de menteur ? »


Trois personnages vont avoir des démêlés avec le Comité, une entreprise internationale très très puissante de collecte de données qui cherche à les privatiser pour en tirer de l'argent et du pouvoir.

Le but est de maîtriser jusqu'à la pensée humaine et de faire payer ceux qui le peuvent pour leur garantir une vie sans contrôle.
Plein de pognon à se faire et une surveillance incroyablement précise et étendue sur la population mondiale.
Le moindre de nos mouvements est enregistré et analysé, notre pisse même en prime !






« Savoir rayonner : les idées brillantes des vrais leaders pour sortir de la pénombre. »


Leila, jeune femme d'origine iranienne maintenant américaine, travaille pour une ONG, Main Tendue, qui vient en aide aux jeunes femmes méritantes birmanes susceptibles de faire de belles études dans le domaine médical mais n'en ont pas les moyens.
Leila est chargée de trouver les jeunes femmes et du suivi des colis humanitaires, le tout en Birmanie... elle se heurte à la misogynie de base, à la corruption endémique et au fait que son combat résulte d'une façon très occidentale de voir les choses alors que la réalité est tout autre.
Les femmes, même lorsqu'elles rencontrent un succès professionnel, sont retenues par la nécessité de faire vivre leur famille.
Elles ont du mal à se projeter dans le futur que leur propose Leila, qui travaille cependant d'arrache-pied, contournant les difficultés pour réussir à aller de l'avant.
Elle est intelligente, déterminée et foncièrement du côté des opprimés.
Sa famille a émigré aux EU à cause de la répression iranienne qui s'est abattue sur eux, et son père est maintenant un principal de collège apprécié à Tarzana, en Californie.

Complètement par hasard, lors d'un déplacement avec son chauffeur pour le compte de son ONG, elle entend une conversation qui ne lui est pas destinée.
A partir de ce moment-là, elle est espionnée, traquée, suivie et plutôt que de vivre dans la peur, elle alerte tous ceux qu'elle connaît par mail, et c'est ce geste qui déclenche la mise en action des Démolisseurs, le bras armé du Comité, une sorte d'Etat souverain et secret :

« Ils s'appellent le Comité, et ils sont en train de mettre en place un système extralégal de données payantes, un système tellement rémunérateur qu'ils auraient vocation à se substituer à l'Etat. »


Trois personnages vont se retrouver mêlés aux agissements du Comité, à leurs risques et périls : Leila, bien sûr, dont les agissements ont mis la puce à l'oreille de tous les systèmes de surveillance occultes, mais aussi Leo, alcoolique et drogué complètement paumé qui développe sur un blog une peur obsessive des méthodes de surveillance sophistiquées et invisibles et qui a très bien compris la façon dont elles sont implantées et ce qu'elles impliquent de danger pour chacun de nous.
Il tient un blog – pas malin car c'est ainsi qu'on se fait repérer – dans lequel il développe ses théories conspirationnistes.
Puis Mark, un raté complet qui, pendant des flash dûs au percodrin, a écrit un livre de développement personnel et devient une sorte de gourou auprès de qui ?
Eh bien justement, d'un des magnats de la surveillance généralisée, James Straw, qui ne jure plus que par lui.
Il le trimballe partout comme sa patte de lapin personnelle.


« Finalement, ce type qui avait un pot à crayons marqué Crayons était sûrement le docteur. »


Les deux hommes, Leo et Mark, se connaissent, anciens amis de fac, chacun complètement barré dans la drogue et l'alcool pour supporter la réalité qui les entoure et le sentiment de ne pas être à la hauteur.
Leo se fait virer régulièrement, parce qu'il finit toujours par déconner grave dans ces emplois (il a été viré, par exemple, d'un emploi de charpentier dans l'entreprise d'un ami après être monté sur le toit complètement bourré armé d'un pistolet à clous), il finit par être placé d'office par ses soeurs dans un centre de désintoxication appelé Les Pins Tremblants.
Et Mark essaie d'exploiter le filon de son ouvrage absolument inepte, mais qui est considéré comme très profond par des tonnes de gens très riches, en tâchant tant bien que mal de ne pas laisser voir quel imposteur il est et la quantité de benzos-alcool qu'il a ingurgitée :

« Défoncé à l'Oxy-Contin et au pouilly-fuissé (puis au riesling une fois le chardonnay fini), il avait écrit dix pages sans se lever. »


Très rapidement après l'envoi des mails d'alerte à ses amis, le père de Leila est accusé de détenir des images pédopornographiques, ce qui, pour un principal de collège, est particulièrement ennuyeux, vous l'admettrez.
La situation se complique parce qu'il fait un problème cardiaque suite au stress auquel il est soumis.
Leila doit donc prendre des décisions très risquées pour sauver sa famille.


En face du Comité, il y a une association, Dear Diary, qui essaye de contrecarrer les plans machiavéliques et en apparence inéluctables du Comité pour mettre la main sur le monde entier.
Dans cette association, les gens ont des pseudonymes en forme de jeu de mot genre Mike Rosoft ou Nico Rette et doivent passer un test rétinien – je n'en dis pas plus -, on y entre, on en devient membre, c'est une grande famille, dit l'une d'entre eux.
Et nombreux sont ceux qui s'opposent souterrainement au Comité, même si cette lutte est dangereuse et rappelle la Résistance par son organisation clandestine et par les dangers encourus.
Leo, Mark et Leila vont unir leurs drôles de destins pour aider Leila et pour le plaisir de contrecarrer le Comité et son empire qui ne cesse de s'étendre et de se renforcer.
Whiskey Tango Foxtrot, non ?


On entre alors dans un roman d'action palpitant, de la Birmanie à Portland en passant par Dublin, avec planques, courses-poursuites, espions et surveillance invisible mais constante.
La menace, c'est de devenir une marchandise à vendre au plus offrant, contrôlée sans cesse, jamais libre.
Le moindre de nos faits et gestes alimentera leur immense banque de données, sera une source de profit pour une toute petite élite toute-puissante, si puissante que la démocratie ne sera plus qu'un déguisement ridicule destiné à calmer les inquiétudes qui ne seraient pas déjà sous contrôle.


La société telle qu'elle apparaît dans le récit est la nôtre, ce roman fout les boules en fait, parce que c'est à peine de l'anticipation, c'est pendu à notre nez, là on y vient tout doucement à cette surveillance généralisée et au fait de laisser les compagnies financières et marchandes faire de nous un produit qu'elles manipulent et façonnent – j'allais dire modulent !- à leur guise.
Et ceux qui le peuvent financièrement pourront s'affranchir de cette surveillance, en tous cas pourront payer pour le croire.

« D'ici cinq ans, je veux que tout Homo Sapiens non démuni possède un Node. », dit Straw, le magnat qui emploie Mark, et il a les moyens d'exaucer ses vœux.


Bon, ben, c'est pas le tout, on se retrouve sur le Net, Twitter et FB ?...



>> Lire l'intégralité de la chronique ici


_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8895
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Aoû 10, 2017 10:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Léonard Desbrières dans Technikart :

Citation:

WHISKEY TANGO FOXTROT de David Shafer (Actes Sud)

ALLÔ PAPA TANGO CHARLIE




Le thriller pop et déjanté, parfois un peu ringard, se porte bien, merci.
Émule de Welsh et Palahniuk, David Shafer nous a ainsi concocté un premier roman prometteur, Whiskey Tango Foxtrot, cocktail d'action, de poésie et d'humour noir.


Il y met en scène un trio détonnant : Leila, une travailleuse humanitaire au caractère bien trempé, Léo, un héritier qui dilapide son pognon dans une consommation délirante de joints, et Mark, un gourou qui a fait fortune dans le business du développement personnel.
Tout ce petit monde se retrouve plongé dans une lutte infernale entre un conglomérat des plus puissants décideurs de la planète et une société secrète type Anonymous.
L'enjeu est de taille : le contrôle de toutes les données privées mondiales.


L'excentricité de Pynchon, le cyberpunk de Neal Stephenson et la loufoquerie des frères Coen : David Shafer synthétise tout ça avec ce thriller jouissif et définitivement WTF - les initiales de Whiskey Tango Foxtrot...



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8895
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Aoû 19, 2017 5:40 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Léa sur Lea Touch Book :

Citation:

Whiskey Tango Foxtrot - David Shafer



Whiskey Tango Foxtrot est un roman d'une originalité folle, un roman unique qui ne correspond à aucun genre, qui en réalité est un mélange de nombreux styles et univers : une vraie et belle découverte !


Comme pour tout roman qui sort indéniablement des sentiers battus, le lecteur adhère ou n'adhère pas à l'univers proposé, pour ma part j'ai été complètement happée par cette intrigue qui joue sur les codes du roman d'anticipation, du thriller et du roman noir, avec en plus un côté jubilatoire et déjanté bien prononcé.
Il y a tout pour en faire une lecture inoubliable !


Il ne faut pas forcément s'attendre à des scènes d'action extraordinaires comme dans un film d'espionnage, il faut plutôt s'attendre à voir le destin de plusieurs personnages, leurs pensées, leurs actes face à une situation mondiale catastrophique et qui risque d'empirer au point d'empêcher quiconque d'avoir une vie privée.
Dès lors, je dirais que le gros point fort du livre repose sur ses personnages.


Mon personnage préféré restera Leila, car j'ai trouvé que c'était le protagoniste le plus développé dans son histoire et introspection personnelles, j'ai aussi beaucoup aimé Leo et Mark car ils sortent complètement du lot, ils sont très intrigants, ce sont des êtres qui possèdent une personnalité très forte.
L'écriture est vraiment très bien traduite par Laure Manceau : elle est fluide et addictive à souhait !
Mon seul petit bémol serait sur la fin qui m'a laissée dubitative mais cela ne m'empêche pas de garder un très bon souvenir de l'ensemble du livre.


En définitive, un roman TRES original qui ne laissera personne indifférent, que cela soit dans le bon ou mauvais sens.
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé et je le recommande !







_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com