Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Greenland - Heinrich Steinfest (Carnets Nord)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8377
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Avr 17, 2017 4:49 am    Sujet du message: Greenland - Heinrich Steinfest (Carnets Nord) Répondre en citant

Après notamment Sale cabot, Le Onzième Pion, Le Poil de la bête, Requins d'eau douce et Le Mondologue (voir ici sur le forum), déjà quatre fois lauréat du Prix du roman policier allemand, le fameux auteur autrichien Heinrich Steinfest est de retour avec Greenland, son nouveau roman paru aux éditions Carnets Nord, traduit par Corinna Gepner.






Le livre :

« Rien ici n'était comme dans un conte de fées. C'était la réalité de Greenland. »

Tout a changé pour Theo la nuit où est apparu devant la fenêtre de sa chambre d’enfant un store vert.
À sa surface, un paysage sous-marin et des hommes aux jumelles qui semblent l’épier.
Passé le premier effroi, il ne peut résister à l’envie d’aller observer l’étrange objet de plus près.
Et se retrouve happé dans le monde de Greenland.




« De la très grande littérature dans un style hilarant. Rares sont les écrivains qui réussissent à associer les deux. Heinrich Steinfest récidive. » WDR

« Ce roman est un mélange de science-fiction, de Kafka et de philosophie existentielle. » Die Rheinpfalz

« Heinrich Steinfest écrit avec délectation, fougue, intelligence. Il célèbre l’étrangeté, le mystère au sein du quotidien. » Süddeutsche Zeitung





L'auteur :

D'origine autrichienne mais vivant à Stuttgart, Heinrich Steinfest, né en Australie en 1961, a déjà été quatre fois lauréat du Prix du roman policier allemand.
Auteur culte outre-Rhin, il y multiplie les récompenses pour son oeuvre prolifique qui emprunte à de nombreux genres littéraires.
Greenland est son cinquième roman publié par Carnets Nord après Requins d'eau douce (2011), Le Onzième Pion (2012 ; paru sous le titre Le grand nez de Lili Steinbeck en Folio Policier, 2013), Le Poil de la bête (2013) et Le Mondologue (2015).












_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8377
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Avr 20, 2017 8:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Pierre Faverolle sur Black Novel :

Citation:

Greenland de Heinrich Steinfest



Quand on lit un roman de Heinrich Steinfest, il faut s’attendre à entrer dans un monde parallèle, à lire un roman décalé, à regarder le monde autrement, pour mieux y voir ses défauts et travers.
Greenland nous propose un conte, comme une invitation à retrouver notre âme d’enfant… mais pas seulement… comme d’habitude.


Theo est un enfant des années 2000.
Heureux dans une famille de 3 enfants mais solitaire, il s’est habitué à ne pas avoir de rideau sur la fenêtre de sa chambre.
Son monde va basculer le jour où on lui installe un store de couleur verte.
En regardant de plus près, il s’aperçoit qu’il y a un monde vert derrière le store.
Il y voit une jeune fille, attachée à une grosse corde.
Une nuit, il décide de plonger dans ce monde vert pour la sauver.
Il se trouve un compagnon, en la personne de Lucian, un grand couteau et va réussir à couper la corde.
Mais l’aventure ne fait que commencer…


Effectivement, ce roman n’est pas comme les autres.
Heinrich Steinfest écrivant des romans faisant appel à l’imaginaire, il était logique qu’il nous offre un conte.
Et quelle merveille que ce roman !
L’auteur pousse même le vice jusqu’à écrire les passages avec de l’encre verte quand le lecteur aborde des passages dans Greenland.
C’est amusant, et c’est surtout pas commun.


Dans la première partie, Théo März va donc tout faire pour sauver la jeune fille.
Il croit qu’elle s’appelle Hélène, mais il s’avèrera qu’elle s’appelle Anna, Hélène étant le nom de son chien !
De cette première partie, Steinfest fait appel à notre âme d’enfant, aux mondes imaginaires que l’on se créé au fond de notre lit, tout en gardant les pieds sur Terre quand il décrit le monde des adultes et leurs travers.


Dans la deuxième partie, nous sommes en 2046.
Théo a 46 ans et est deux fois divorcé.
Il est devenu divorcé et est en voyage vers Mars.
Ceci dit, avec un nom pareil, il ne pouvait pas faire un autre métier.
Il apprend, là haut, que Anna a disparu.
C’est alors qu’il décide de retourner à Greenland pour la trouver.
Et c’est une nouvelle aventure qui démarre.
Et Heinrich Steinfest en profite pour nous montrer l’évolution du monde vers plus de machines et plus d’ordinateurs, plaçant l’homme au deuxième plan.


Et c’est l’occasion pour Steinfest de défendre la puissance de l’imagination, l’importance de l’humanité à travers ce conte qui, personnellement, m’a fait fondre.
Outre sa forme originale, c’est une ode à l’Homme et à cette capacité à créer des choses plus grandes que lui.
Si c’est une lecture qui me change de mes habitudes, ce voyage vers un autre monde m’a définitivement conquis.
Un livre culte !



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8377
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mai 19, 2017 7:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Caroline de Benedetti sur Fondu au Noir :

Citation:

Greenland de Heinrich Steinfest



Le point de départ est simple : un store apparaît dans la chambre de Theo et irradie d’une lumière verte qui colore même les caractères du livre.
Le store attire l’enfant et le fait basculer de l’autre côté.
Et puis le temps passe et Theo devient adulte, mais il ne faut pas trop en dire de cette partie de l’aventure.
Elle permet à l’auteur de traiter de nombreux sujets.
On retrouve son questionnement sur l’art et l’esthétique, et son amour du cinéma, avec le vaisseau spatial qui s’appelle Malaparte, en référence notamment à la villa du Mépris de Godard.


Heinrich Steinfest renoue avec le meilleur de son univers, alliant originalité et sobriété.
L’auteur traite à sa brillante façon l’idée d’un monde parallèle.
Là où il nous emmène, d’étranges hommes ont des jumelles greffées aux yeux.
Les repères changent, il faut donc adapter son point de vue, se décaler.
Un pas de côté toujours important à faire, et une belle façon de voir la littérature.


Steinfest possède un grand sens de la description, qui emporte immédiatement le lecteur.

« Mme Leflor se tenait à côté de l’animal, sans me bousculer, les doigts entrelacés sur le ventre formant comme un poing en train de prier, la tête légèrement inclinée sur le côté. On aurait dit qu’elle laissait pénétrer une crème de visage, ce qui prend toujours un certain temps. »

Il suscite plaisir et émotion avec ce voyage et ses références (Le passe-muraille, pas pour rien…), dans un monde où l’imaginaire rappelle la réalité et la met en relief.

« L’habitude des écoutes, si prégnante encore au début de ce siècle, appartenait au passé. On y avait renoncé. Pas pour des raisons morales, non, c’est juste qu’à un moment donné le système de contrôle s’était effondré (…). »



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com