Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les romans de Georges Simenon
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
patoche77
Complice


Age: 56
Inscrit le: 07 Mar 2020
Messages: 104
Localisation: 77 sud


MessagePosté le: Dim Juin 07, 2020 6:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

et bien voilà ...mon premier Simenon
à noter que le l'ai eu à l’écoute avec la voix de Bruno Solo .
Pas encore habituer à ce système de lecture ,y'as pas je préfère la version papier .
je continuerais à en lire un de temps en temps



ma note 7

mon avis

Citation:
je n'avais pas lu de Maigret depuis 1900 ... et quelques , bref çà remonte à vachement loin ,une chose est sure çà ne me rajeunit pas .
Rien à redire , c'est très bien écrit ,"hé c'est Simenon qu'on as là " , un roman court ou l'intrigue est intrigante , tout çà est plutôt plaisant .
C'est un roman qui a bientôt 90 ans , écrit en 1931 , c'est une toute autre atmosphère que nos romans contemporains , et j'avoue que j'ai eu un peu de mal a m'y faire au début . Bien loin de ce je lis habituellement .
Si comme moi vous aimez les thrillers ou çà " tabasse dur " vous allez être un peu paumé au départ avec ce genre de lecture mais l’expérience est quand même enrichissante .
Honnêtement ,je ne sais pas si je vais renouveler un Simenon , ou pas tout de suite , ce n'est pas ce que j'ai envie de lire en ce moment ,mais il ne faut jamais dire jamais .

_________________
Je vais toujours bien.....ou presque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Lucas 2.0
Complice


Age: 43
Inscrit le: 22 Mar 2020
Messages: 104
Localisation: Pays de Fontainebleau (77)


MessagePosté le: Sam Juin 13, 2020 7:12 am    Sujet du message: Répondre en citant

On zappe sur toutes les petites nouvelles impliquant Maigret, et on se retrouve en période de conflit mondial (39-45). Des événements qui ne vont pas transpirer dans l’œuvre de Simenon, alors qu’il s’est fixé en Charente depuis un bon moment, et où se retrouveront nombre de réfugiés belges. La guerre est là, mais l’impacte peu. Dès lors, on retrouve un Maigret qui poursuit ses enquêtes comme si de rien n’était.




Pour les avis, le site PP, pour la lecture, des intégrales existent.

J’ai pas été sévère niveau notes. Ca m’a titillé d’inscrire un misérable 6 à certaines d’entre elles, mais non finalement. Une préférence pour « les caves du Majestic », j'ai un peu surnoté « l’inspecteur cadavre ». Du coup, c'est pas franchement une période intéressante de mon point de vue, pour découvrir l'auteur.

Alors dans les clichés Simenon = atmosphère, tonton Georges nous fait découvrir :
- La « campagne », en particulier l’esprit village des régions côtières (atlantique), d’abord avec « La Maison du juge », puis « l’inspecteur cadavre ».
- Et Paris, il y est très souvent, dans « les caves du Majestic », « Cécile est morte », « Signé picpus », ou en proche banlieue, à Poissy, avec « Félicie est là »

Pas beaucoup de diversité, ce coup-ci…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 41
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9810
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Lun Juin 22, 2020 6:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Il arrêta le camion plein de paniers de moules en face du bistrot où l’on lisait, sur la façade, les mots Chez Mimile en lettres jaunes. Par l’autre portière, Doudou le Muet descendit en même temps que lui et le suivit sans bruit, comme sans déplacer d’air, pieds nus, les jambes du pantalon de toile bleue haut troussées, comme d’habitude.


Mon vote :

Citation:
… ou comment Victor Lecoin, dit « le riche homme », en vient à nourri un amour soudain, inattendu et exclusif pour Alice, la nouvelle domestique de la maison qu’il occupe avec son épouse, et de plus de trente ans sa cadette. Physiquement solide et imposant, cultivateur de moules, Lecoin a réussi dans la vie mais n’est guère très épanoui aux côtés de sa femme frigide, Jeanne, au point qu’il doit aller satisfaire ses besoins sexuels auprès d’autres dames. Mais l’arrivée dans sa sphère de la (très) jeune Alice va changer la donne : il va rapidement nourrir pour elle des sentiments passionnés, même si l’adolescente, déjà bien heurtée par la vie après être passée par l’assistance publique et avoir subi des gestes inappropriés de la part de son ancien patron, ne lui offre pas en retour les sentiments qu’il ressent. Une œuvre encore une fois fort sombre de la part du gigantesque (tant du point de vue de la quantité d’œuvres produites que de leur qualité) Georges Simenon, et typique : écriture minimaliste, acide lorsqu’il s’agit de pointer les contradictions, mœurs, et faiblesses de ses contemporains, décrivant avec une tempérance de mots remarquable cette espèce de déclivité qui va conduire Lecoin vers une inclination puissante et obsédante. Certains passages sont assez crus du point de vue charnel, d’autant qu’ils mettent en scène un quadra-quinqua en train de déflorer une ado de seize ans, et le final est à l’instar de l’opus : noir, dur, désespéré. Quelques pages de férocité, où se mêlent les conséquences inattendues d’une forte humanité, abattement moral et chicanes de couple (à cet égard, les deux dernières lignes sont un véritable brûlot). Bref, encore une fois, une œuvre à la fois mordante et toxique, au scénario pourtant très simple et crédible, mais dont Georges Simenon tire la substantifique moelle de cruauté.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7292
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Juil 16, 2020 12:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Résumé :

Citation:
Qui a tué Louise Filon, alias Lulu, ancienne prostituée du quartier de La Chapelle, alors qu'elle était enceinte ? Et qui payait son appartement cossu, dans le quartier des Ternes ? En cherchant la réponse à ces questions, Maigret va découvrir deux hommes dans la vie de la victime : Pierrot, le musicien de musette, et le professeur Etienne Gouin, une sommité du monde médical. Il va aussi plonger dans deux Paris on ne peut plus dissemblables : celui des pauvres et des mauvais garçons, celui - feutré, silencieux, orgueilleux aussi - d'une bourgeoisie opulente...Reste à découvrir le coupable. Et son mobile. Et pour cela, à affronter la personnalité imposante du médecin, que Maigret semble redouter...


Mon avis :

Citation:
J'ai trouvé ce Maigret très classique, presque du déjà-lu. Le commissaire enquête dans le milieu bourgeois dont il n'est pas issu. D'habitude, il n'hésite pas et questionne qui bon lui semble mais ici, et de manière surprenante, il repousse sans cesse l'interrogatoire d'un ponte de la chirurgie, un homme froid qui couche avec toutes les femmes qui croisent sa route. Un personnage assez détestable dont on ne comprend pas bien pourquoi Maigret le préserve si longtemps.
Pas convaincu, une fois n'est pas coutume, par la démonstration de l'auteur belge.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 41
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9810
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Juil 17, 2020 7:29 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Élie Nagéar doit se cacher après avoir assassiné, pour le voler, un très riche Hollandais dans un train. Il se réfugie dans la pension pour étudiants que tient Mme Baron, la mère de sa maîtresse, à Charleroi. C'est dans la cuisine qu'il passe le plus clair de son temps, à guetter les autres locataires, de plus en plus soupçonneux...


Mon vote :

Citation:
… ou comment Elie Nagéar, trentenaire professionnellement raté et au physique médiocre, en vient à se cacher dans la pension tenue par la mère de sa compagne, à Charleroi, après avoir tué un commerçant et volé son pécule. On retrouve la plume si particulière du génialissime auteur belge, Georges Simenon, avec tout ce qu’elle véhicule : rongée jusqu’à l’os, et ne conservant que cette substantifique moelle qui caractérise son style épuré. Ici, c’est Elie qui retient l’attention : esthétiquement passable, toujours couvert de sueur, capable d’être démonté par un simple torticolis et en proie à des crises de déprime au point de geindre comme un enfant, il a manqué un contrat juteux ayant trait à des tapis, et a été pris d’une folie meurtrière en massacrant avec pas loin d’une vingtaine de coups avec une clef anglaise sa proie. Une série de paradoxes émotionnels et psychologiques, comme quoi l’écrivain est doué pour dépeindre avec simplicité des âmes et situations que ne le sont pas. L’ambiance est toujours aussi pesante et lourde de suspicions, notamment dans la pension, avec quelques trahisons à la clef, jusqu’à l’épilogue, intéressant. Néanmoins, après avoir lu pas mal d’ouvrages du grand monsieur, j’ai trouvé celui-ci un peu moins prenant, symbolique, mémorable : il manque un je ne sais quoi dans l’histoire ou la peinture morale des autres protagonistes pour rester définitivement gravé dans mon esprit. Une bonne lecture néanmoins, pour cet écrivain qui demeure l’un de mes préférés.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7292
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Juil 17, 2020 4:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu et bien aimé



Résumé :

Citation:
Enfant déjà il savait qu'il ne serait ni ouvrier, ni artisan, ni commerçant, qu'il vivrait comme le premier clerc vu chaque dimanche à la messe, toujours correct, avec un rien de lenteur majestueuse. Le fils Cardinaud a tenu ses promesses. M. Mandine, l'assureur des Sables-d'Olonne, parle de lui comme son successeur. On le salue en ville. Jusqu'à ce que sa femme le quitte avec l'argent du ménage. Lui qui croyait être devenu quelqu'un est rappelé à sa condition de roturier. Le voile se déchire. Cardinaud découvre un monde de laideur où seule son intuition, comme son amour, pourra désormais le soutenir. Une seule certitude : il retrouvera sa femme.


Mon avis :

Citation:
Hubert Cardinaud est issu d'un milieu modeste mais contrairement à ses frères et sœurs il a étudié et obtenu un poste dans une compagnie d'assurances, le patron lui faisant même comprendre qu'il sera son successeur. Il a épousé une femme, Marthe, dont il est tombé amoureux adolescent, qui lui a donné deux enfants, Jean 3 ans et Denise 8 mois. Sa vie est bien réglée, il est fier de sa réussite, à tel point que certains le trouvent un peu hautain voire méprisant.
Un dimanche, en rentrant de la messe avec son fils, il découvre la maison vide. Sa femme est partie, sans même prendre des affaires et en laissant le repas de midi brûler dans le four. La petite a été laissée chez une voisine. Affolé, désorienté, Hubert s'agite pour la retrouver. Le scandale ne manque pas d'éclater, les regards sur l'homme sûr de lui changent. Le voilà obligé de s'adresser à sa famille, à ses vieilles connaissances. De retourner, au moins un temps, dans son milieu modeste.
Assez vite il découvre que sa femme est partie avec un voyou du coin de retour du Gabon. Un être mauvais, fourbe mais son éternel amour de jeunesse...
Malgré l'humiliation, le déshonneur, Hubert Cardinaud fait le choix de retrouver coûte que coûte l'épouse coupable d'adultère. Car il souhaite que le monde qu'il a patiemment bâti retrouve sa normalité.
Un texte court, efficace, au style assez nerveux (peu de description), de la psychologie évidemment et de l'action. On navigue entre les Sables-d'Olonne où se déroule l'histoire mais aussi Port-Gentil au Gabon et on parcourt la Vendée en car. Une intrigue plaisante, qui a bien vieilli (comme très souvent chez l'auteur belge), j'ai aimé le personnage d'Hubert Cardinaud en père courage et j'ai trouvé sa quête, si elle étonne voir déroute, respectable.
J'ai vu que le roman a été adapté au cinéma sous le titre Le Sang à la tête (1956) avec Jean Gabin dans la peau de Cardinaud, je n'aurais pas vu cet acteur pour jouer le rôle mais j'ai quand même envie de découvrir cette adaptation.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Lucas 2.0
Complice


Age: 43
Inscrit le: 22 Mar 2020
Messages: 104
Localisation: Pays de Fontainebleau (77)


MessagePosté le: Ven Juil 17, 2020 9:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un petit topo sur les Maigret post conflit mondial. Et çà va beaucoup mieux, niveau écriture.
Basé sur la côte atlantique, lorsque les forces alliées progressent, Simenon décide de se rapprocher d’elles, et de se ressourcer en bords de Seine. Jusque-boutiste, il décide carrément de les suivre par-delà l’océan, et s’installe aux states (Canada d’abord, road-trip, puis il se fixe en Arizona).
Ou alors, c’est plutôt parce qu’il est soupçonné « d’intelligence avec l’ennemi ». Mais pour ceux qui ont lu ses romans (et pour les autorités), c’est franchement pas flagrant, et classé sans suite. Période charnière aussi sentimentalement, de même il change d’éditeur, bref, une seconde vie qui s’annonce pour l’auteur.

Les Maigret, écrit entre 1946 & 1949 :



Pour les avis, le site PP, pour la lecture, des intégrales existent.

Des enquêtes toutes très enrichissantes et bien écrites. De la diversité, et un esprit bien plus guilleret que sur la précédente période. Si « Maigret se fâche » est pour moi le moins bon, difficile de déterminer mon préféré, entre « Les Vacances de Maigret », « Maigret et son mort », ou « La Première Enquête de Maigret ».

Alors dans les clichés Simenon = atmosphère, l’auteur nous fait découvrir :
- Une première immersion aux Amériques, dans « Maigret à New York » !
- Des (vacances en) bords de mer ! aux Sables d’Olonne, dans « Les Vacances de Maigret », à Porquerolles, dans « Mon ami Maigret », l’inspecteur Pyke se permettant de suivre des interrogatoires en maillot de bain…
- Les bords de Seine toujours, à Orsenne, lieu inventé ressemblant étrangement à Morsang-sur-Seine, où se cache Nine, la femme du poignardé de « Maigret et son mort ».
A noter qu’il est à la retraite en bords de Loire, à Meung, point de départ des enquêtes « Maigret se fâche » et « Maigret à New York ». Et l’on découvre aussi le jeune Maigret, c’est sympa, dans « La Première Enquête de Maigret ».
Le reste à travers Paris.

Ah, et nos félicitations à l’inspecteur Janvier ! Marié depuis un an dans « Maigret et son mort », sa femme accouche, alors qu’il prend des nouvelles de son équipe, à Porquerolles… on saura prochainement que c’est un garçon !!! Quand on en arrive à ce niveau de familiarité dans la brigade du quai des orfèvres, c’est qu’on sent bien les personnages…

Bonne lecture,
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 35
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 7292
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Juil 26, 2020 9:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu et apprécié :



Résumé :

Citation:
Maigret s'en veut. Il aurait dû savoir. Elle lui avait pourtant demandé de l'aide. Cécile venait chaque matin, les derniers temps, l'attendre dans l'antichambre de son bureau de la P. J., à tel point que ses collègues jasaient et se moquaient de lui. Elle attendait, espérait, racontait à nouveau que quelqu'un, chez sa tante, entrait sans laisser de traces. Visitait... Maigret était occupé. Un gang de Polonais. Les affaires courantes... Il aurait dû savoir.



Mon avis :

Citation:
"Pauvre Cécile ! Elle était jeune, pourtant ! Maigret avait eu ses papiers en main : vingt-huit ans à peine. Mais il était difficile d'être plus vieille fille qu'elle, d'être moins gracieuse, malgré la bonne volonté qu'elle apportait à se faire aimable. Ses robes noires qu'elle devait couper elle-même sur de mauvais patrons... Ce ridicule chapeau vert... Impossible de deviner, là-dessous, des grâces féminines... Un visage trop pâle et, pardessus le marché, un léger strabisme..."
Voilà la description de celle qui, depuis six mois, arpente le 36 quai des Orfèvres pour s'entretenir avec le commissaire Maigret. Mais ce jour-là, Maigret n'est pas d'humeur et ne la reçoit pas. Las, elle est découverte morte dans la journée !
C'est un Maigret tendu, coupable et un peu honteux qui va enquêter pour comprendre ce qu'il s'est passé. Un vieille tante tyrannique, richissime mais avare, un frère pauvre comme Job et aux abois, un voisin, ex-avocat condamné pour ce que l'on qualifierait aujourd'hui de pédophilie, et proche de la vieille tante car gérant ses "affaires" main dans la main avec quelques mafieux, deux jeunes femmes d'origine étrangère qui ne cessent de tourner autour de Maigret, une concierge cacochyme... C'est presque à un huis clos auquel nous convie Simenon dans cet immeuble où un assassin a frappé...
Et c'est encore une fois un roman policier réussi de l'immense auteur belge, une enquête plaisante à suivre. 7.5


J'ajoute que j'avais beaucoup aimé l'adaptation TV de 1994 avec Bruno Cremer et surtout Claude Piéplu en Charles Dandurand (l'ex-avocat).
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
Page 13 sur 13

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com