Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Polémiques sur le prochain Crichton Etat d'Urgence

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Ven Fév 04, 2005 2:22 am    Sujet du message: Polémiques sur le prochain Crichton Etat d'Urgence Répondre en citant

article du Parisien du Mercredi 02 Février 2005


Quand un roman américain nie les évidences

L'auteur américain de polars Michael Crichton n'a pas l'ambition modeste : en plus d'être un des écrivains les plus vendus au monde, il est habité de prétentions scientifiques. A 62 ans, cet ancien médecin diplomé d'Harvard base régulièrement ses ouvrages sur les avancées de la science : dans "Jurassic park", il recrée des dinosaures grâce à leur ADN ; dans "Prisonniers du Temps", il envoie ses héros au Moyen Age grâce à la physique quantique ; et dans la série télévisée "Urgences" dont il est le créateur, le jargon médical occupe plus de place que les confessions amoureuses.
Mais voilà que dans son dernier livre, "State Of Fear" (Etat de Peur) qui vient de paraitre aux Etats Unis, Crichton a ajouté un ingrédient à son récit sur le réchauffement climatique : la politique.
CRichton narre l'histoire d'un groupe d'écoterroristes ayant décidé de provoquer des catastrophes naturelles (tremblements de terre et tsunamis) afin de convaincre le monde de la réalité du réchauffement de la planète et se remplir les poches au passage.
Ce récit machiavélique serait resté dans le rayon fiction des librairiessi l'auteur n'avait pas choisi de parsemer son récit d'abondantes notes renvoyant à des publications scientifiques et d'une postface où il explique sa conviction que les craintes d'un changement climatique sont basées davantage sur des considérations politiquesque scientifiques.
Selon lui, "les puissances mondiales utilisent le réchauffement climatique, comme elles ont utilisé autrefois la guerre froide, pour maintenir les citoyens dans un état de peur."
Au passage, Crichton oublie dans ses notes de bas de page les miliers d'études sérieuses confirmant le réchauffement de la planète.

Une aubaine pour les opposants au traité

Le livre, tiré à deux millions d'exemplaires, a immédiatement fait vibrer la corde sensible d'un grand nombre de chroniqueurs et d'hommes politiques américains qui dénoncent depuis des années les théories sur le réchauffement de la planète.
Un des principaux s&nateurs républicains a assuré la promotion du livre et un commentateur conservateur influent a écrit : "Michael Crichton va permettre au public de comprendre pourquoi le protocolede Kyoto est une oeuvre de fiction."
Belle aubaine pour les opposants au traité : ils bénéficient enfin de l'assistance d'un best-seller plutôt que les rapports arides d'une poignée de scientifiques marginaux.
Hélas pour Crichton, ses nouveaux amis sont de plus en plus minoritaires chez eux. Depuis un an, la Maison Blanche a publié plusieurs documents gouvernementaux reconnaissant la validité du réchauffement climatique, ce qu'elle avait toujours refuser de faire jusqu'ici. Ce qui ne l'empêche pas de toujours refuser la ratification du protocole de Kyoto.
En attendant, le romancier vient d'être nominé au premier prix de la terre plate, attribué par l'université de Middlebury à ceux qui ient les consensus scientifiques.

Thomas Cantaloube.


Je ne sais pas ce que vous pensez de tout ça, mais moi, je suis vraiment écoeuré.
Je suis un fan de Crichton, j'ai tout ses bouquins, mais j'ai vraiment l'intention de boycotter ce dernier.
Ca me dégoute de me dire qu'en achetant ce livre, je participe peut être à une entreprise de désinformation visant à minorer les effets des diverses pollutions et interventions des multinationales sur l'état de la planète.
Quand on sait les quantités de merdes que les USA balancent dans l'atmosphère et les ravages des exploitations à outrance dans les forêts d'Amazonie et d'ailleurs ...
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok


Dernière édition par Fredo le Mer Aoû 15, 2007 10:38 pm; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
The O
Complice



Inscrit le: 27 Mai 2004
Messages: 183
Localisation: Aix-en-Provence


MessagePosté le: Lun Fév 07, 2005 2:49 pm    Sujet du message: re Répondre en citant

euh... bon je soutiens Fredo dans son boycott... d'autant qu'à part Soleil levant, je trouve les bouquins du sieur Crichton particulièrement chiants et pompeux...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger  
Klèms.
Témoin



Inscrit le: 17 Fév 2004
Messages: 63
Localisation: Lyon


MessagePosté le: Sam Fév 12, 2005 8:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je

Dernière édition par Klèms. le Dim Oct 20, 2013 4:04 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Déc 25, 2005 1:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L’état de confusion de Michael Crichton


par Gavin Schmidt (traduit par Alain Henry)

Ce post s'écarte des pratiques habituelles de ce site pour commenter une pièce de pure fiction (au contraire des autres posts qui abordent le sujet sous un angle plus subtil). Le nouveau roman de Michael Crichton, « Etat de peur »(la traduction française devrait sortir en janvier 2006) raconte comment une ONG encourage la recherche scientifique sur le réchauffement global pour servir les objectifs de méchants éco-terroristes. Le roman nous amène inévitablement à la conclusion que le réchauffement global est un faux problème. Une leçon pour notre époque? Malheureusement, je ne le pense pas.
(suite....)
Comme le film récent « Le jour d'après », ce roman aborde des sujets et controverses scientifiques réels, mais il est également sélectif (et parfois erroné) quand il s'agit des faits scientifiques de base. Je voudrais discuter une sélection des thèmes liés au réchauffement global qui sont abordés entre les poursuites, les fusillades, les rites cannibales et autres prouesses. Le héros scientifique de Crichton est un professeur du MIT (Massachussetts Institute of Technology) devenu agent secret, qui étend ses tentacules intellectuels autour des autres personnages. Les sujets scientifiques sont abordés au cours de conversations et de séances de questions-réponses entre lui (et d'autres « bons ») et 2 autres personnages, un acteur (un type pas très brillant) et un avocat (un innocent dupé), dont les connaissances scientifiques sont plutôt limitées.

Donc, pour tous les acteurs et les avocats de par le monde, voici quelques éclaircissements.

Le sujets abordés par Crichton sont familiers à ceux qui travaillent dans ce domaine [les changements climatiques] et reviennent souvent dans les discussions. Certains sont réels et évalués correctement, tandis que d'autres ne sont que des diversions utilisées pour semer la confusion plutôt que pour éclairer.
Les premiers commentaires abordent la question de l'attribution de la tendance récente au réchauffement à l'augmentation du CO2. Un personnage suggère: « Si le CO2 n'a pas causé le refroidissement global entre 1940 et 1970, comment pouvez-vous être sûr qu'il soit responsable du réchauffement récent? » (paraphrasé de la page. 86 – NdT: l'édition française étant prévue pour 2006, les numéros de page se réfèrent à l'édition anglaise.) Les températures moyennes de l'hémisphère Nord ont effectivement baissé sur cette période, alors que les concentrations de CO2 continuaient à augmenter. Si les autres conditions étaient restées semblables, c'est un réchauffement qu'on aurait du observer. Mais sont-elles restées semblables? En fait, non. En réalité, le climat peut être influencé à la fois par sa variabilité interne comme par des causes externes (c-à-d autres que le CO2). D'autres « forçages » peuvent causer un refroidissement (par exemple les aérosols à base de sulfates et de nitrates, des changements dans l'utilisation des sols, l'irradiation solaire ou les aérosols volcaniques). Pour faire correspondre notre évaluation de ce aurait du arriver avec la réalité, il faut inclure TOUS les forçages (du mieux que nous pouvons). Même dans ce cas, une différence peut être causée par une variabilité interne (principalement liées aux océans, à l'échelle de plusieurs décennies). Dans les meilleures estimations actuelles, les changements globaux de température moyenne (y compris la période 1940-1970) correspondent de très près à l'effet combinés des forçages. Les impacts régionaux semblent être beaucoup plus liés à la variabilité interne (en particulier le réchauffement des années 30 dans l'Atlantique Nord). Toutefois, jamais personne n' a pu montré que le réchauffement récent pouvait être reproduit sans prendre en compte l'augmentation du CO2 (et des autres gaz à effet de serre comme le méthane).

Ensuite, en puisant abondamment dans les données de stations météo, l'auteur mentionne un certain nombre d'enregistrements provenant de de stations particulières où la tendance de long terme est au refroidissement. Ils visitent en particulier Punta Arenas (à la pointe sud de l'Amérique), où (au grand plaisir de l'institution où je travaille ) les enregistrements de la station GISTEMP affichés au mur montrent une tendance de long terme au refroidissement (même s'il y a un léger réchauffement depuis 1970). « Et voilà votre réchauffement global » déclare un des héros. Je ne peux pas être d'accord avec ceci. Le réchauffement global est défini par la moyenne globale des températures de surface. Cela ne signifie pas que tout le globe se réchauffe uniformément (ce qui n'est évidemment pas le cas). (Mais ça n'empêche pas un des personnage de déclarer plus tard (page 381) : « Cet effet est probablement le même partout dans le monde. C'est pour ça qu'on l'appelle réchauffement global »). Si les personnages avaient visité la station toute proche de Santa Barbara Cruz Aeropuerto, le graphique affiché aurait montré une tendance positive. Est-ce que cela aurait été une preuve réchauffement global? Non. C'est seulement en amalgamant tous les enregistrements dont nous disposons (après correction pour les problèmes connus, comme discuté ci-dessous) que nous pouvons nous faire une idée de comment évoluent les moyennes régionales, hémisphériques ou globales. C'est cela, la signification de « réchauffement global. »

Crichton soulève ensuite le fait apparemment non reconnu (en tous cas par l'avocat) que l'intérieur de l'antarctique se refroidit (page 196), un thème discuté dans un autre post (refroidissement antarctique, réchauffement global?). C'est plus ou moins correct, étant donné les incertitudes évidentes dans les données de long terme pour l'intérieur du continent, mais, comme expliqué ci-dessus, un refroidissement local n'est pas contradictoire avec un réchauffement global.

Après cela, et de façon un peu plus troublante, nous avons quelques rappels plutôt trompeurs et sélectifs à propos du témoignage de Jim Hansen au Congrès en 1988. « Le Dr Hansen a surestimé [le réchauffement global] de 300% » (page 247). Ce témoignage conduisit effectivement à une forte augmentation de la prise de conscience du fait que le réchauffement global était un sujet important, mais pas parce qu'il exagérait le problème de 300%. Dans un article publié peu après son témoignage (Hansen et al. 1988), il présente des simulations pour trois scénarios de croissance des GES et des autres forçages. Le scénario A présentait une croissance exponentielle du CO2, le scénario B contenait une hypothèse plus modeste de scénario à politique inchangée (business as usual) et dans le scénario C, il n'y avait plus d'augmentation du CO2 après l'an 2000. Les scénarios B et C incluaient tous les deux une grande éruption volcanique en 1995. Très justement, les auteurs ne supposaient pas qu'ils savaient quelle serait la croissance des émissions de CO2. Ils présentaient donc plusieurs scénarios. Le scénario qui se trouve être le plus proche de la croissance réelle des forçages est le scénario B, à la différence que l'éruption du Pinatubo eut lieu en 1991 et non en 1995. Dans ce scénario, les changements de température de la décennie sont très proches de la valeur observée de 0,11°C/décennie (voir figure). Donc, à partir d'une bonne estimation des forçages, le modèle fit un travail raisonnable. En fait, dans son témoignage, Hansen ne montra que les résultats du scénario B et déclara clairement qu'il était le plus probable. L'erreur de 300% vient du « sceptique » bien connu Patrick Michaels, qui dans son témoignage au Congrès de 1998 effaça les deux courbes du bas pour donner l'impression que les modèles ne sont pas fiables.

Le Dr Hansen est encore cité (un peu hors contexte) en disant : « Les forçages qui déterminent les changements climatiques de long terme ne sont pas connus avec assez de précision pour définir les changements climatiques à venir. » Etant donné ce que nous venons de dire au paragraphe précédent, il est clair que sans une bonne estimation des forçages, les différences entre modèles peuvent être considérables. Il est communément accepté qu'une prévision exacte de l'évolution du climat dans les 50 ou 100 prochaines années est impossible. Le futur est en grande partie inconnaissable. Une nouvelle source d'énergie pourrait remplacer les combustibles fossiles, les gouvernements pourraient contrôler les émissions, ou nous pourrions avoir de nombreuses éruptions volcaniques. Il est donc beaucoup plus raisonnable de se demander ce qu'il adviendrait du climat si la concentration de CO2 doublait. Ou si ceci ou cela arrivait. Ces questions sont beaucoup mieux définies. La citation de Hansen est souvent utilisée pour soutenir que les modèles sont si peu fiables qu'ils sont inutiles pour aider à évaluer la situation. En fait, c'est le contraire - ce que Hansen dit, c'est que l'incertitude des modèles (par exemple la sensibilité climatique) est maintenant plus faible que l'incertitude sur les scénarios d'émission (c'est-à-dire l'incertitude sur les forçages, qui est responsable de l'incertitude des projections).

Ensuite, page 315, on trouve « dans les années 70, tous les spécialistes du climat croyaient qu'une période glaciaire allait arriver (et comme décrit en page 563, le professeur du MIT le pense toujours). Cette affirmation n'est pas correcte. Les pages de William Conolley sur ce sujet sont une lecture éclairante pour ceux qui voudraient plus d'information.

Un autre sujet qui revient souvent dans les discussions sur les données de température de surface est l'impact de l'effet « îlot de chaleur urbaine » (urban heat island effect). Il apparaît page 370. Il est incontestable que les centres de villes comme New-York sont significativement plus chauds que les régions avoisinantes. Ce sujet a été étudié en détail et des corrections sont faites pour en tenir compte dans toutes les analyses des évolutions de température globale. Pour voir s'il pourrait encore y avoir un effet résiduel dans les données corrigées, un article récent (Parker, Nature, 2004) examine les différences de tendance entre les conditions venteuses et sans vent. On sait que le vent diminue l'effet du réchauffement urbain. La tendance au réchauffement devrait donc être plus faible les jours venteux que les jours calmes, si cet effet restait important. Les deux tendances sont en fait quasi identiques. Il existe d'autres observations qui valident les ajustements de température de surface. Ce sont les océans, qui se réchauffent depuis plusieurs décennies. Même Richard Lindzen, habituellement un archi-sceptique sur ces sujets, a déclaré que « les augmentations de la température des océans soutiennent les données de température de surface » (Lindzen 2002). Une autre démonstration que les corrections sont suffisantes: sur le continent Nord-américain, où de nombreuses villes ont un effet de réchauffement du centre ville, la moyenne des données corrigées est en fait plutôt plate (page 8Cool – c'est-à-dire que le fort biais urbain des USA n'influence pas la moyenne régionale ou globale de température.

Un thème central du livre est l'augmentation du niveau des mers. Vanuatu reçoit une attention spéciale, car ses habitants se sentent à juste titre concernés par la transformation de leur île – très basse – en marécage. Le niveau des mers est toutefois quelque chose d'horriblement difficile à mesurer. Les jauges à marée donnent des données parasitées et sont en général situées sur les côtes continentales. La tendance globale estimée à partir de ces jauges est de 1,7 à 2,4 mm/an. Mais le niveau des mers n'augmente pas partout. La Scandinavie est toujours en train de rebondir depuis la dernière période glaciaire et la mer recule de ses côtes. Les observations par satellite (TOPEX / POSEIDON et JASON) peuvent donner une image globale. Elles indiquent que, même si l'augmentation moyenne des dernières années (2,8 mm/an) est significativement plus grande que la tendance de long terme estimée à partir des jauges de marée, les changements du niveau des mers sont en fait très dynamiques. On observe beaucoup de comportements différents, en particulier dans le pacifique, associés à la variabilité de El Niño, qui pourraient être reliées au fait qu'on n'observe pas d'augmentation du niveau des mers à Vanuatu depuis 40 ans. Curieusement, Crichton cite les données estimées des satellites pour prétendre que le taux d'augmentation n'a pas augmenté récemment (« [le niveau des mers] augmente rapidement, les satellites le prouvent. En fait, ils ne le prouve pas »), page 424. Comparer des données de satellites et des jauges à marée pose clairement des problèmes. Les données des satellites peuvent aussi avoir leur propres problèmes (voir les données MSU), mais les valeurs citées ne soutiennent en fait pas du tout l'affirmation du livre. Il serait toutefois plus juste de dire que les données obtenues par satellite sont compatibles avec une augmentation récente du taux, plutôt qu'une preuve qu'il existe effectivement.
Il n'y a que peu de véritables erreurs, mais, pour être généreux, elles ont probablement échappés à l'éditeur. Par exemple, page 187, « une température plus élevée entraîne plus de vapeur d'eau dans l'air et donc moins de nuages. » On peut supposer qu'il voulait dire que si les température sont plus élevées, l'humidité relative pourrait être plus basse (et il pourrait alors y avoir moins de nuage). A la page 368, « les régions agricoles sont plus chaudes que les forêts. » C'est probablement une confusion avec la question du réchauffement urbain, mais l'effet réel est le contraire: les zones agricoles ont un albédo plus élevé que les forêts, reflètent plus de radiations solaire et sont donc plus froides. En fait, même si ce n'est pas encore complètement quantifié, il semble qu'il y ait eu un terme significatif de refroidissement dans le budget global des 150 dernières années. A la page 461, « Le Groënland montre que, dans les derniers centaines de milliers d'années, il y a eu 4 changements abrupts de climat. » Plutôt 40, en fait. Et c'est probablement sous-évalué, puisque le Groënland ne peut garder des traces de changements qui ne seraient apparus que sous les tropiques.

A la fin du livre, Crichton nous donne son message. Il réitère les points principaux de sa thèse, c'est-à-dire que certains vont trop loin pour susciter un soutien (et j'ai quelque sympathie avec ceci) et que, parce que nous ne savons pas tout, nous ne savons en fait rien (ici, je me permets de ne pas partager son avis). Il donne aussi son estimation (~0,8°C) du réchauffement global pour le 21ème siècle et prétend que, puisque les modèles diffèrents de 400% dans leurs estimations, sa supposition est aussi bonne que les leurs. Ceci n'est pas vrai. L'ensemble des modèles actuels ont une sensibilité climatique moyenne d'environ 3°C pour un doublement des concentrations de CO2 (dans l'intervalle de 2,5 à 4°C) (réunion du GIEC de Paris, juillet 2004), soit une incertitude de 30%. Comme on l'a vu ci-dessus, les plus grandes incertitudes sur l'avenir sont l'économie, la technologie et le taux de développement. La cause principale de l'étendue de l'intervalle de 1,5 à 5,8°C donné par le GIEC pour 2100 est en fait la variété des scénarios utilisés. Sans meilleure information, si on supposait (incorrectement) que tous les scénarios étaient également probables, l'erreur autour de la moyenne de3,6°C serait de 60%, et non de 400%. Crichton suggère également que la plus grande partie de ses 0,8°C viendrait des changements dans l'utilisation des sols. C'est en fait extrêmement improbable puisque l'utilisation des sols a en fait un effet de refroidissement (comme discuté plus haut). Des simulations basées sur les lois de la physique sont en fait meilleure que les devinettes.

Finalement, dans l'appendice, avec une logique assez curieuse, Crichton compare le réchauffement global avec le mouvement eugéniste au 19ème siècle. Il soutient que, puisque l'eugénisme était étudié dans de prestigieuses universités et soutenus par des organisations caritatives, et qu'il en va de même actuellement pour le réchauffement global, ils doivent être liés d'un façon ou d'une autre. Vraisemblablement, l'auteur ne croit en fait pas que les recherches académiques soutenues par des fondations sont ipso facto mauvaises et malavisées, mais c'est l'impression qu'il nous laisse.
En résumé, je suis un peu déçu, en particulier parce que, durant la phase de recherche pour son livre, Crichton est en fait venu dans notre labo pour discuter certains des thèmes avec moi et quelques collègues. Je suppose que nous n'avons pas fait un très bon boulot. Jugeant de sa liste de lectures, la prose plutôt sèche des rapports du GIEC n'est pas à la hauteur de quelques textes plus piquants écrits par des sceptiques. Si RealClimate avait existé il y a quelques années, peut-être que tout se serait passé différemment.

_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Mag
Serial killer : Le Poète


Age: 51
Inscrit le: 15 Nov 2005
Messages: 2278
Localisation: Dans le Sud !

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Déc 25, 2005 4:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je ne sais pas du tout...mais je pense quand meme le lire...il sort quand ce livre en France? jai bien apprécié Jurassik Park , Urgences (fan de la série)..

Edit : je viens de voir qu'il sort en janvier 2006 , sorry...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Steve-O
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 38
Inscrit le: 10 Juin 2004
Messages: 647
Localisation: Somewhere in the cold

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Sam Jan 07, 2006 1:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne suis pas particulièrement fan de l'auteur qui écrit pour moi très mal. Par contre les idées et les termes qu'il aborde sont plutôt interessant et réflechie.

Ici je crois qu'il a tout compris: le moteur du monde est la PEUR.

Quelle soit justifié ou non c'est bien la PEUR (des autres, de la guerre, de la délinquance, des catastrophes écologiques, de Dieu...) qui mène le jeu.
_________________
In girum imus nocte et consumimur igni
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Jan 08, 2006 3:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La peur n'est pas le moteur du monde, tu ne peux pas dire ça!! La peur est l'outil de ceux qui veulent contrôler le monde, ce n'est certainement pas la même chose.

Le moteur du monde, c'est l'amour.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Sam Jan 21, 2006 2:48 am    Sujet du message: Répondre en citant



Présentation de l'éditeur
Le réchauffement de la planète est-il un mythe ? Dans un techno-thriller d'une vitesse supersonique, Michael Crichton s'attaque aux tabous de l'écologie. San Francisco, corniche de Point Moody. Le milliardaire George Morton s'écrase du haut d'une falaise à bord de sa Ferrari - il venait d'annoncer qu'il retirait son soutien à la NERF, mouvement écologiste international... Meurtre ou accident ? Avant de disparaître, le milliardaire a laissé un message énigmatique. Peter, son avocat, et Sarah, son assistante, le décryptent... et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l'Antarctique aux forêts vierges de Mélanésie en passant par les déserts de l'Arizona... En face d'eux, un ennemi multiforme et insaisissable prêt à détruire la planète pour prouver qu'elle est en danger. Tremblement de terre, tsunami, cyclone... Si les idéalistes fous ne sont pas neutralisés, des centaines de milliers de gens vont mourir dans une série de catastrophes naturelles d'une ampleur sans précédent.

_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Jan 29, 2006 1:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens de prendre le livre chez France Loisirs et je suis surpris d'une chose : les deux livres sont identiques, tant au niveau du prix que de la couverture, et ils sortent tout deux en même temps, alors qu'elle est l'interêt d'une édition club dans ces conditions, je ne comprends pas...


_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
veilleur de Tsagaan-Nuur
Complice



Inscrit le: 23 Déc 2005
Messages: 128


Le Concile de Pierre

MessagePosté le: Mar Jan 31, 2006 11:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

les dernieres etudes britanniques annoncées aujourd'hui sont formelles. le réchauffement n'est pas une lubie.(pour ceux qui en doutaient). et il est plus catastrophique que prévu.

la peur est peut etre le moteur des politiques actuelles, et on peut apprecier l'audace d'un positionnement anticonformiste mais ya des limites. c'est comme pour l'humour. on peut rire de tout quand c'est bien fait. quand c'est douteux, on serre les dents. là, crichton est pas crédible. tout le monde sait qu'il est lié avec des mouvances aux interets économiques.
j'ai un pote consultant energetique de tout l'ocean indien. pour lui, les reserves de pétrole qui seront épuisées dans 30 ans c'est de la connerie. c'est une propagande des interessés pour vendre le pétrole plus cher ( ce qu'on croit rare est aussi cher que ce qui est rare).
alors bien sur la peur est un outil economique. crichton devrait la dénoncer dans ce sens, pas fournir des arguments à ceux qui n'en ont pas besoin..
mais peut on censuré un auteur pour ces idées. non.
pour les idées qu'il défend. non plus.
parce qu'on le trouve débile et dangereux. moi oui.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Jan 31, 2006 3:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne sais pas, sa démarche me fait réflechir: ça peut etre aussi un excellent moyen de faire parler de son livre, en positionnant le lecteur de manière à l'installer dans son roman, qui n'est peut être qu'un roman aussi, tout simplement...
il situe son roman dans un contexte assez tourmenté qui peut permettre au lecteur de s'identifier plus facilement aux perso de son histoire.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fredo
Michael Myers


Age: 48
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8973
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Aoû 15, 2007 10:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Etat d'urgence va sortir en poche le 11 octobre 2007.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com