Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Empty Mile - Matthew Stokoe (Série Noire)
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Juin 07, 2014 8:11 pm    Sujet du message: Empty Mile - Matthew Stokoe (Série Noire) Répondre en citant

Après La belle vie, roman choc et dérangeant, Matthew Stokoe revient cette année avec Empty Mile, un roman totalement différent, toujours publié à la Série Noire.





Le livre :

Quand Johnny Richardson revient à Oakridge, il n'a qu'une idée en tête : réparer la terrible erreur qui l'a poussé à s'exiler de sa ville natale pendant huit ans.
Mais renouer avec le passé peut être une entreprise risquée dans l'Amérique provinciale.
Lorsqu'une expérience sexuelle anodine pousse au suicide la femme d'une personnalité locale, Johnny devient la cible d'une vendetta qui menace de détruire l'existence fragile qu'il s'est bâtie au coeur des anciennes collines aurifères de la Californie du Nord.
En possession d'un terrain légué par son père mystérieusement disparu, Johnny devra percer le voile pour protéger ceux qu'il aime.
Mais ses efforts auront des conséquences funestes.
Il sera alors non seulement confronté à ses propres démons, mais à la nature même de la culpabilité.

Méditation saisissante sur la futilité du pardon et les incertitudes d'une nation, Empty Mile transpose avec maestria les codes du roman noir urbain dans les vastes étendues de l'Amérique rurale.

(Traduit de l'anglais par Antoine Chainas)


« Deux ans après La Belle Vie, roman choc et trash, à la limite de l'insoutenable, sur les bas-fonds de Los Angeles, l'écrivain et scénariste britannique Matthew Stokoe retrouve la Californie dans un registre moins glauque mais tout aussi sombre...
Histoire d'une réparation impossible, de vengeance et de rédemption sur fond de grands espaces contrastant avec des vies étriquées, Empty Mile est surtout le récit d'un amour fraternel poignant. De ceux qui survivent aux plaies les plus profondes. »

Guillaume Fraissard, Le Monde


L'auteur :

Matthew Stokoe est né en Grande-Bretagne. Il partage désormais son existence entre Sidney et la Californie.
Après La belle vie, Empty Mile est son deuxième roman à paraître à la Série Noire.



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Juin 08, 2014 4:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu-du-Noir :

Citation:
Après La belle vie, Empty Mile

Matthew Stokoe, déjà traduit par Antoine Chainas avait fait irruption en 2012 avec un roman terrifiant, La belle vie. Cela avait été l’occasion ici d’un échange avec Aurélien Masson et Antoine Chainas. Il revient en ce début 2014 avec un nouveau roman Empty Mile, où il change complètement de style et de propos.

Suite à un événement traumatisant, Johnny Richardson a quitté la petite ville californienne de Oakridge. Huit plus tard il revient, rongé de remords, retrouver son père, son plus jeune frère Stan et son amour de jeunesse. Et essayer de réparer les tords causés. Peu de temps après son retour, son père disparaît après lui avoir parlé d’un terrain en bordure de la ville qu’il vient d’acquérir, et Johnny s’aperçoit qu’il est la cible d’une vendetta sans pitié. Il va devoir comprendre ce qui se trame pour sauver ce qui peut encore l’être.


Impressionnant de voir la différence entre les deux romans de cet auteur anglais. Autant La belle vie est complètement déshumanisé, totalement dépourvu d’empathie et de sentiment, autant celui-ci vous prend au tripes. Autant le premier frappe par sa froideur et le vide des personnages, autant celui-ci est émouvant.


Cela commence avec les personnages. Stan et Rosie resteront pour moi parmi les grands personnages noirs, de la trempe d’un Lennie, c’est dire. Mais tous les autres aussi, tous rongés par la douleur, la culpabilité, l’impossibilité à exprimer certains sentiments, la rage, la vengeance, l’amour et la haine, la confiance aveugle ou le doute … Tout cela est mis à nu page après page et vous retourne le cœur.


Et quelle putain d’histoire ! J’ai vu chez les Unwalkers qu’un des chroniqueurs parlait de nœud coulant. C’est bien l’impression que l’on a, ou celle de sables mouvants. Quoi que fasse Johnny, le nœud se resserre, il s’enfonce un peu plus, entrainant à sa suite ceux qu’il aime. Désespérant, implacable, jusqu’au final inévitable.


Autant il est difficile de conseiller aveuglément La belle vie, autant là je peux y aller sans crainte : lisez Empty Mile.



>> La chronique de Holden sur Unwalkers :

Citation:
Matthew Stokoe avec Empty Mile, ou le principe de la corde et du noeud

Après La belle vie, l'auteur change radicalement de style, de manière, de trame, sans perdre une once de son talent. Je dirai même que je préfère ce livre, l’auteur fait preuve d’une maitrise digne des grands, (il en est un), un livre puissant et lourd qu’on ne quitte que rarement.

Une angoisse sourde s’installe tout au long du livre, puis va crescendo pour finir en apothéose. Les thèmes de la culpabilité, du pardon sont travaillé à l’excès, mais sans jamais devenir lourds.

On pourrait simplement évoquer avec facilité la comparaison avec une tragédie grecque, tous les ingrédients sont présents.

On pourrait aussi s’appesantir sur la qualité narrative, la trame inventive, les multiples rebondissements, tout cela sur fond de mélancolie et d’une narration parfaite.

Il n’y a pas grand-chose d’autre à louer chez cet auteur, qui ne s’enferme pas dans un style, change et réussit encore plus grandement.

On revient sur la corde pour bien insister sur cet impression d’étranglement et d’étouffer tout au long du livre, jusqu’à la rupture finale.

Nota bene : Prévoir un litre d’eau pour la lecture.

Une grande série noire, à n’en pas douter. Premier choc frontal, avec un clin d’œil au traducteur Antoine Chainas qui a du se régaler pour la traduction…..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Juin 08, 2014 6:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai commencé ce matin et viens de dévorer la moitié du livre (environ 200 pages), c'est effectivement du très bon pour les amateurs de romans noirs. La tragédie pointe, se met peu à peu en marche, et l'étau commence à se resserrer sur les personnages...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil
Serial killer : Le Poète


Age: 39
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2240
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Dim Juin 08, 2014 8:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis bien tentée ! Déjà par le premier mais que finalement je n'ai toujours pas lu, et toi Norbert non plus ?
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Juin 08, 2014 9:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Emil' a écrit:
Je suis bien tentée ! Déjà par le premier mais que finalement je n'ai toujours pas lu, et toi Norbert non plus ?


Non, je n'ai pas encore lu La belle vie, il m'attend toujours dans ma Pal. Il est d'ailleurs sorti en poche chez Folio Policier. Et c'est vrai que je suis aussi curieux de tenter l'expérience, tellement le roman a été controversé.

Pour Empty Mile, rien à voir, il s'agit d'un roman noir plus "classique", dans la lignée de l'excellent Ghosting de Kirby Gann. Wink




Dernière édition par norbert le Mar Juin 10, 2014 8:34 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil
Serial killer : Le Poète


Age: 39
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2240
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Lun Juin 09, 2014 7:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:
dans la lignée de l'excellent Ghosting de Kirby Gann. Wink



Qui m'attend aussi bien sagement ! et qu'il faut que tu notes Norbert !
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Juin 09, 2014 9:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

Emil' a écrit:
norbert a écrit:
dans la lignée de l'excellent Ghosting de Kirby Gann. Wink


Qui m'attend aussi bien sagement ! et qu'il faut que tu notes Norbert !


Oui, il faut que je le note et que j'essaie de faire un commentaire digne du roman. Ghosting est loin des freaks et/ou des bains de sang d'un Frank Bill par exemple, même s'il y a malgré tout des éclairs de violence qui éclatent parfois, au sein d'une atmosphère viciée où la violence est comme intériorisée, sous-tendue, tout au long du récit. Lequel, écrit superbement en maniant ellipses et non-dits avec brio, dégage une mélancolie accablante qui finit par prendre à la gorge.


Pour Empty Mile, je reviendrai poster un autre commentaire, mais je l'ai finalement terminé hier soir tard dans la nuit, je l'aurais lu en une journée finalement, captivé par ce récit aussi implacable que douloureux. Contrairement à certains qui trouvaient qu'il aurait pu être dégraissé d'une centaine de pages, je n'y ai pas trouvé de longueur, c'est le genre d'histoire qui a besoin de temps pour se développer et démarrer vraiment, afin que les différentes relations entre personnages se nouent (ou plutôt pour ici : se renouent, puisqu'il est question d'un retour dans sa petite ville natale après avoir fui pendant 8 ans), et j'ai été captivé d'un bout à l'autre du roman.
Brillant et implacable.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Juin 11, 2014 1:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

>> Dans le Cercle Polar #136, Michel Abescat et Christine Ferniot disent tout le bien qu'ils pensent d'Empty Mile : à écouter ici.

Citation:
Son premier roman traduit en français, La Belle Vie, avait fait beaucoup parlé de lui. Par sa violence, sa noirceur, la trajectoire de son personnage prêt à toutes les abjections pour se faire un nom à Hollywood. Matthew Stokoe faisait pourtant oeuvre de moraliste. A l'instar de son nouveau livre, très différent. Beaucoup moins choquant, mais tout aussi noir. L'histoire d'un homme qui revient chez lui, dans un bled de Californie, après huit ans d'absence. Parti brusquement, incapable d'assumer sa responsabilité après l'accident survenu à son jeune frère, Johnny Richardson revient pour tenter de réparer le passé. Tentative vaine évidemment et qui va au contraire virer à la tragédie. Roman très noir, subtil et sensible, Empty Mile offre une belle réflexion sur la culpabilité et une formidable histoire d'amour fraternel.




_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Juin 27, 2014 3:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

>> La chronique de Laurent Greusard pour K-Libre.fr :

Citation:

Désirs et pénitences

Au centre de l'intrigue de ce nouveau roman de Matthew Stokoe, une question étrange que se pose l'un des habitants de la zone rurale d'Oakridge : pourquoi, en photo aérienne, les arbres d'un coin paumé n'ont-ils pas la même couleur que les arbres environnants ?
La réponse est simple : parce qu'au fil du temps, les bouleversements géologiques ont changé le cours des ruisseaux et que l'ancienne coulée d'eau se cache à présent en sous-sol.
Cette donnée concrète qui irrigue le roman est aussi une donnée métaphorique car les personnages qui parcourent Empty Mile ont l'air calme en façade mais bouillonnent intérieurement : le père du narrateur, Johnny, ne dit rien mais aime ses enfants et sa maîtresse, femme d'un riche notable local. Ledit notable est troublé car il sait confusément que sa femme a d'autres passions. Et d'autres personnages sont eux aussi coincés entre leurs envies et leur statut social.

Au cœur de l'intrigue, le narrateur vit un cauchemar : huit ans plus tôt, amoureux de la petite amie de son copain, il l'a embrassée tandis que son frère se noyait à moitié et restait handicapé. Alors, il a préféré partir, mais lorsqu'il revient des années plus tard, c'est pour voir son frère mener une petite vie tandis que son ex-compagne est devenue prostituée.
Bien entendu, son retour va provoquer des séismes, quasiment d'ordre géologiques. Les événements s'enchaînent et les actions des uns entraînent des montées de haine chez les autres.
Toutes ces tragédies obligent les protagonistes à travailler sur le pardon : peut-on pardonner à sa femme un écart ? À un ami la trahison ? À l'amour de jeunesse d'avoir survécu comme elle pouvait ?
Face au pardon impossible, il n'y a parfois comme issue que la mort : celle des autres ou la sienne, et les personnages de ce roman en font la triste expérience.
Revenu pour repartir du bon pied, le narrateur peu à peu s'enfonce car tous se liguent contre lui.
La tragédie se resserre de manière implacable, ce que rend à merveille le style de Matthew Stokoe.
Amoureux, Johnny doit composer avec des ennemis, doit frapper son amie qui veut ainsi expier son passé, doit reconstituer la vie de son père qui disparaît à peine est-il arrivé.
Une description méticuleuse de la tragédie que Matthew Stokoe insère avec soin dans des paysages quasi sauvages, en utilisant l'intrigue de la ruée vers l'or comme une parabole de cette folie humaine, dont nombre de personnages de Empty Mile font preuve pour créer un tourbillon de passions, comme le tourbillon du courant pousse sur la rive les pépites d'or.

_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Empty Mile a été nominé dans la sélection "romans étrangers" pour le Grand Prix de Littérature Policière 2014.
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ssarlotte
Serial killer : Le Poète


Age: 35
Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 2182
Localisation: St Maur des Fossés


MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Emprunté aussi à la bibli ce matin, je le lirai en août.
_________________
http://destinationpolar.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ssarlotte a écrit:
Emprunté aussi à la bibli ce matin, je le lirai en août.


Ah, bien joué, Ssarlotte !! Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ssarlotte
Serial killer : Le Poète


Age: 35
Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 2182
Localisation: St Maur des Fossés


MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'étais au taquet, avec les p'tits vieux juste avant l'ouverture, j'ai foncé dans les rayons ! Bon, je n'ai aucun mérite, j'étais la seule au rayon polar Laughing
_________________
http://destinationpolar.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 44
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10709
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ssarlotte a écrit:
J'étais au taquet, avec les p'tits vieux juste avant l'ouverture, j'ai foncé dans les rayons ! Bon, je n'ai aucun mérite, j'étais la seule au rayon polar Laughing


Laughing
Tu as pris quoi d'autre ? (Il faut vraiment lire Né sous les coups)
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ssarlotte
Serial killer : Le Poète


Age: 35
Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 2182
Localisation: St Maur des Fossés


MessagePosté le: Sam Juil 26, 2014 1:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'emprunterai une prochaine fois, je suis au max de mes réservations.

J'ai emprunté







Dieu me déteste, de Holly Seamon (conseillé aussi ici) et un livre de Katarina Mazetti.
_________________
http://destinationpolar.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com