Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 34
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 10759
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Jeu Déc 08, 2011 9:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ma chronique vient de paraître sur Polars Pourpres. J'ai lu Les visages écrasés deux fois et comment dire... ben, c'est la deuxième fois que je mets 5 cigognes (après Les derniers jours d'un homme de Pascal Dessaint), c'est dire.



Citation:
Souffrir et mourir au travail

Carole Mathieu est médecin du travail à Valence. Elle s'occupe particulièrement des employés d'une plate-forme téléphonique. Exerçant depuis des années, elle ne peut que constater la dégradation inéluctable de leurs conditions de travail et l'augmentation parallèle de leur mal-être. Face à ces dépressions et autres suicides et surtout, face à l'inertie et au déni des dirigeants, pourtant maintes fois alertés, elle décide d'agir. Vincent Fournier est un employé au bout du rouleau, qui a déjà essayé de mettre fin à ses jours. Lorsque le Dr Mathieu se rend compte que malgré les médicaments et tout ce qu'elle a fait pour le guérir, il va de moins en moins bien, elle décide d'abréger ses souffrances de manière... radicale.

Le personnage principal des Visages écrasés est sans aucun doute le Dr Carole Mathieu, qui en est aussi la narratrice. Il est central, comme l'est son rôle dans l'entreprise, qui lui permet de savoir beaucoup de choses et de côtoyer les dirigeants comme les employés lambda. Pour beaucoup, elle est la seule personne de confiance, celle à qui l'on peut tout raconter. Ce déversement de souffrances, elle l'encaisse depuis longtemps sans broncher. Mais chacun a ses limites, et la larme qui fera déborder son vase, ce sera donc celle de Vincent Fournier. Dès lors, elle est tout autant médecin que malade et doit avaler pilule sur pilule pour tenir debout et finir ce qu'elle a à faire. Elle est complètement perdue, souhaitant à la fois se faire démasquer par le lieutenant Revel et poursuivre son combat, qu'elle sait perdu d'avance.
S'il s'agit bien d'une fiction, tout (ou presque) y est vrai. Le monde de l'entreprise est mis en scène avec un réalisme criant, comme rarement il l'a été dans la littérature. Et pour cause, Marin Ledun a travaillé pendant près de sept ans à France Télécom. On sent le vécu, la connaissance du terrain et, plus que dans tous ses autres romans, on ressent son engagement et sa colère. On peut s'imaginer qu'à la manière d'un Flaubert, le Dr Carole Mathieu, c'est (un peu) lui.
L'identité de l'assassin étant connue dès le départ, on peut penser qu'il n'y aura guère de surprises de ce côté-là. Ce serait mal connaître l'auteur. Les rebondissements produisent leur effet et le suspense est maintenu jusqu'à la toute fin du roman, très réussie d'ailleurs.
Peut-être plus encore que dans ses précédents textes, Marin Ledun met l'écriture totalement au service de son propos. Il va à l'essentiel, préférant l'action aux longues descriptions et privilégiant les phrases courtes, parfois même nominales. Seule exception notable, l'usage de la litanie, à plusieurs reprises, l'auteur listant médicaments ou autres symptômes, oscillant entre inventaire déshumanisé et poésie macabre. Il faut ajouter à cela une bonne trouvaille : l'insertion entre les chapitres de courriers internes à l'entreprise et de rapports médicaux, venant renforcer l'aspect réel de ce que vivent les personnages.
Après tant d'éloges, il faut bien reconnaître quelques faiblesses à ce formidable roman. Certains passages – dans les premiers chapitres surtout – paraissent un peu trop didactiques, voire démonstratifs, comme si l'auteur tenait vraiment à nous montrer qu'il maîtrise totalement son sujet et à nous convaincre. Enfin, bien qu'il ne fasse pas de doute qu'un nombre de plus en plus important de personnes souffrent au travail aujourd'hui, une telle accumulation de mal-être dans le même lieu paraît exagérée (ici, tous les salariés semble concernés) et peinera peut-être à convaincre certains lecteurs attachés à un grand réalisme. Ceci dit, et on s'en convaincra aisément en parcourant Pendant qu'ils comptent les morts (entretien de l'auteur avec une psychiatre spécialiste de la souffrance au travail, aux éditions La Tengo), il y a fort à parier que Marin Ledun n'a malheureusement rien inventé, intrigue criminelle mise à part. Ce n'est pas nouveau dans le roman noir contemporain, et on avait déjà relevé que ce procédé littéraire consistant à accumuler sur un même lieu et en un même temps de nombreux évènements, plus ou moins véridiques et souvent inspirés de faits divers, a ses limites (c'était déjà le cas dans Bien connu des services de police ou L'honorable société).

Amateur de polars guillerets, passez votre chemin. Rarement un roman noir n'aura aussi bien porté son nom (au-delà de l'entreprise, la ville elle-même semble être l'antichambre de l'enfer). Mais si vous pensez pouvoir tenir le choc, alors n'hésitez pas. Les visages écrasés est un de ces textes qui remuent les tripes du lecteur et lui reste en mémoire pour longtemps. Marin Ledun signe à ce jour son meilleur roman – qui fera certainement date en matière de fiction sur le monde du travail – et mérite largement son Trophée 813.



Pour le Prix Polars Pourpres, les deux autres ont intérêt à être bon s'ils veulent avoir une chance, pour ma part en tout cas. Smile
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
holden
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 54
Inscrit le: 02 Avr 2007
Messages: 3669
Localisation: restons pragmatique

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 09, 2011 9:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

putain, oups

ca valait le coup que je te le file, bordel de nouilles
_________________
lisez ce vous voulez . . .

http://unwalkers.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
taylor
Serial killer : Leland Beaumont


Age: 44
Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 1483
Localisation: Haute normandie

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Déc 13, 2011 8:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai terminé samedi dans le train. Dans ce roman, c'est le contexte qui tient le role principal : les méthodes de travail, les pratiques managériales douteuses, la pression.
Carole se sent démunie face à tout ça tel Don Quichotte devant ses moulins. A mon sens, elle est autant victime que les salariés de cette entreprise.

C'est un roman très noir qui m'a fait penser à Cadres Noirs pour le contexte mais la comparaison s'arrete ici.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
holden
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 54
Inscrit le: 02 Avr 2007
Messages: 3669
Localisation: restons pragmatique

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Déc 13, 2011 11:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

j'espere bien...
il y en au qui est pas terrible comme thriller, quel gachis d'ailleurs je ne m'en remet toujours pas,

et l'autre sublime comme roman noir
_________________
lisez ce vous voulez . . .

http://unwalkers.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
sylio
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 57
Inscrit le: 23 Oct 2008
Messages: 578
Localisation: Val d'Oise

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 16, 2011 8:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

malheureusement je n'ai pas été aussi emballée que certains ! je ferai le même reproche que pour "Modus operandi", c'est trop dans la démesure (je me demande comment les deux héros de ces deux romans font pour tenir encore debout avec tout ce qu'ils avalent entre l'alcool et les médicaments !)et puis j'imagine le plateau sur lequel je travaille avec 95% de dépressifs au bord du suicide c'est carrément délirant. Oui c'est un sujet d'actualité mais quand on lit Marin on a l'impression de n'être entouré que de gens "malades".
_________________
"Si l'on vit sa vie en ouvrant son coeur, avec intégrité, si l'on vit vraiment pour l'instant présent, on n'a jamais le temps de regarder en arrière et d'avoir des regrets" R.J. Ellory

http://gillescaillot.forumactif.net/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
holden
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 54
Inscrit le: 02 Avr 2007
Messages: 3669
Localisation: restons pragmatique

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 16, 2011 9:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

je pense qu tu as du bol, viens par ici, ou va la bas, quan d à prendre des medocs pour l'avoir fait, je peux te dire que....en fait quand on n'est pas dedanszc'est dur de réaliser, je te comprend, et remercie dieu
_________________
lisez ce vous voulez . . .

http://unwalkers.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
sylio
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 57
Inscrit le: 23 Oct 2008
Messages: 578
Localisation: Val d'Oise

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 16, 2011 9:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

holden a écrit:
je pense qu tu as du bol, viens par ici, ou va la bas, quan d à prendre des medocs pour l'avoir fait, je peux te dire que....en fait quand on n'est pas dedanszc'est dur de réaliser, je te comprend, et remercie dieu


je parle toujours de ce que je connais, et la prise de médoc je connais puisqu'actuellement je suis sous traitement Confused
_________________
"Si l'on vit sa vie en ouvrant son coeur, avec intégrité, si l'on vit vraiment pour l'instant présent, on n'a jamais le temps de regarder en arrière et d'avoir des regrets" R.J. Ellory

http://gillescaillot.forumactif.net/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
holden
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 54
Inscrit le: 02 Avr 2007
Messages: 3669
Localisation: restons pragmatique

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 16, 2011 4:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

bah alors, ca tombe bien
moi depuis delongues annes on peut en discuter, et ayant traine avec des cames, je peux te dire que le corps soutient bien , un peu d'entrainement et hop, j'ai fait dresser des cheveux sur la tete à certains toubibs et je ne suis pas le seul...malheuresement
_________________
lisez ce vous voulez . . .

http://unwalkers.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
erta
Meurtrier


Age: 49
Inscrit le: 09 Mai 2007
Messages: 325
Localisation: BZH

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Déc 16, 2011 11:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sylio a écrit:
malheureusement je n'ai pas été aussi emballée que certains ! je ferai le même reproche que pour "Modus operandi", c'est trop dans la démesure (je me demande comment les deux héros de ces deux romans font pour tenir encore debout avec tout ce qu'ils avalent entre l'alcool et les médicaments !)et puis j'imagine le plateau sur lequel je travaille avec 95% de dépressifs au bord du suicide c'est carrément délirant. Oui c'est un sujet d'actualité mais quand on lit Marin on a l'impression de n'être entouré que de gens "malades".

Je partage complètement ton point de vue. Je l'avais d'ailleurs évoqué dans les précédentes pages de ce post.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Xavier
Meurtrier


Age: 57
Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 472
Localisation: Paris

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Déc 17, 2011 6:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

Erta et Sylio, je venais juste d'écouter un discours de Carlo Lucarelli http://www.carlolucarelli.net/ qui expliquait que le noir ne décrivait pas la réalité, sa mission et son espoir sont de faire "changer" la société. Dans cette optique, on peut comprendre pourquoi on ne reste pas avec le banal de tous les jours, mais avec l'extra-ordinaire ou même la démesure, on peut avoir besoin de procédés pour créer un électrochoc. Dans ces deux romans de Marin, cet aspect ne m'avait pas du tout fait tiquer. Peut-être, au contraire, surtout dans "Les Visages écrasés', on peut mieux prendre la mesure du problème. En tout cas, ils sont mes romans préférés de notre auteur, de loin.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
clémence
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 39
Inscrit le: 10 Sep 2009
Messages: 882
Localisation: Ain

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Déc 31, 2011 11:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Brrr, ce roman fait froid dans le dos.
Toutefois, je l'ai peut être lu trop d' "une traite", comme conseillé par certains.
Je me suis émue pour ces salariés qui sont loin d'etre des cas isolés (parait-il. j'ai la chance d'évoluer ds un univers professionnel un peu différent, et heureusement!). La précision des termes employés, la solidité du décor, l'impact des images sont parmi les grandes forces de Marin Ledun, que j'ai adoré retrouver...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
MiKa
Meurtrier


Age: 41
Inscrit le: 30 Mar 2008
Messages: 476
Localisation: Bois Guillaume (76)

Miserere

MessagePosté le: Mar Jan 17, 2012 3:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je rejoins les avis positifs sur ce roman.
J'ai adoré, j'ai eu du mal à le lâcher. Je regrette d'ailleurs qu'il n'ait pas été plus long.
Le personnage de Carole est formidablement bien traité, j'ai vécu son histoire à travers ses yeux, je m'y suis cru ...
J'ai retrouvé pas mal de choses assez proches de ce que j'ai pus vivre quand je travaillais dans une très grosse société française. Notamment sur la manière de communiquer de la part de la direction ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 48
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 4595
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Fév 09, 2012 6:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis soufflée par l'écriture mais j'ai l'impression de lire un documentaire. Apparemment, je suis la seule à avoir eu cette sensation.
Le personnage de Carole est puissant, ses errances et conflits intérieurs sont parfaitement bien rendus mais je la trouve insupportablement hystérique.


Dernière édition par Ironheart le Ven Fév 10, 2012 6:34 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Walter
Meurtrier



Inscrit le: 01 Mar 2011
Messages: 270
Localisation: Au Bowling


MessagePosté le: Jeu Fév 09, 2012 9:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ca dépend ce que tu entends par documentaire ?
_________________
Mets-toi zéro !!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Fredo
Michael Myers


Age: 46
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8896
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Jeu Fév 09, 2012 9:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans ma chronique, j'ai fait un parallèle avec Pendant qu'ils comptent les morts. À lire à la suite pour se prendre une double claque.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur Facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 6 sur 9

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com