Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Dans la rue j'entends les sirènes - Adrian McKinty (Stock)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Juin 20, 2017 1:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Polarbear a écrit:
Dossier à suivre de près,

faisant partie de mes toutes prochaines lectures. Selon les critiques vues ici et là, il a tout pour me plaire cet auteur, je devrais me régaler.


Je pense aussi, en tout cas je l'espère ! Bonne lecture Polarbear ! Wink

(le topic dédié à Une terre si froide se trouve ici sur le forum)
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Aoû 03, 2017 10:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant




norbert a écrit:
>> La chronique de Yan sur Encore du Noir


Citation:

Dans la rue j'entends les sirènes, d'Adrian McKinty



Deuxième volet d’une trilogie mettant en scène le policier catholique de la RUC Sean Duffy au début des années 1980, Dans la rue j’entends les sirènes reprend le cours de l’histoire du héros quelques mois après les événements contés dans Une terre si froide.
La guerre des Malouines commence, les tensions sont toujours aussi fortes en Ulster et Duffy doit enquêter sur un torse découvert dans une valise.
Bien entendu, en Irlande du Nord, les soupçons se portent vite sur l’IRA ou les Loyalistes.
Mais les choses apparaissent vite plus compliquées et Sean Duffy, toujours aussi borné, va soulever des pierres dont beaucoup de monde voudrait qu’elles ne bougent pas.
De la campagne irlandaise à la banlieue de Boston en passant par son propre corps de police et l’usine DeLorean de Belfast, Duffy n’a pas fini de donner de l’urticaire à ceux qui voudraient étouffer l’affaire, ni de s’attirer des ennuis.


On avait eu plaisir à retrouver en début d’année, après une longue absence, Adrian McKinty et son nouveau héros.
Le plaisir perdure avec ce deuxième roman en un an mettant en scène Sean Duffy mais aussi, plus largement, l’Irlande du Nord du début des années 1980.


Car plus que l’enquête – bien menée – c’est tout ce qu’il y a derrière que nous donne à voir McKinty.
Une Irlande du Nord en plein marasme, le racisme ordinaire, l’incapacité de la population à s’extraire de l’ethnotype dans lequel elle s’enferme (l’Irlandais porté sur l’alcool, bagarreur, têtu, superstitieux, rétif à toute autorité et lavant son linge sale en famille) et, bien entendu, la violence au quotidien de ce qui n’est rien d’autre qu’une zone de guerre.
Ainsi en va-t-il de cette routine, chapitre après chapitre qui voit Sean Duffy regarder tous les matins si sa voiture n’a pas été piégée dans la nuit :

« J’éteins la radio, prépare du café, enfile un col roulé noir, un jean et des Doc, puis je sors. J’inspecte le dessous de ma voiture, ne découvre pas de bombe à interrupteur au mercure. À ce moment précis, sept mille hommes et femme du Royal Ulster Constabulary procèdent tous à la même vérification. Un ou deux vont trouver une bombe, appeler la brigade de déminage et, après avoir fait dans leur froc, se féliciteront de s’être astreints à leur routine matinale. »


L’autre atout d’Adrian McKinty et qu’il a en commun avec nombre de ses confrères irlandais, de Ken Bruen à Gene Kerrigan en passant par Colin Bateman, c’est cette formidable capacité à traiter cette violence sans jamais se départir d’un humour cynique bienvenu qui ne tombe pour autant jamais dans la grossière pantalonnade.


Avec cette trilogie qui, pour le lecteur français qui s’était arrêté aux aventures agréables mais plus proches de la série B de Michael Forsythe, McKinty semble avoir gagné en maturité, se libère quelque peu des archétypes américains du roman hardboiled et, partant, fait encore mieux entendre sa voix et donne plus de profondeur à ses romans et à ses personnages.


Noir, violent, mais amusant, sérieux mais pas guindé, Dans la rue j’entends les sirènes continue de confirmer le talent d’Adrian McKinty.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Aoû 04, 2017 10:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:
TaiGooBe a écrit:
Une réponse du Livre de poche à ma question

Le livre de poche a écrit:
L'éditeur d'origine de cette série étant Stock, les traductions sortiront d'abord en grand format chez eux.


Mais Stock n'ayant plus leur collection Cosmopolite Noire (et la directrice de collection Marie-Pierre Gracedieu étant partie chez Gallimard et au Mercure de France où elle dirige le Mercure Noir, collection dans laquelle elle avait reprise Dolores Redondo parue initialement chez Stock, mais pas McKinty), il ne faut pas compter sur eux.

Pour être tout à fait honnête, l'éditeur idéal pour Mckinty serait Rivages, c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à leur envoyer des mails d'encouragements pour qu'ils récupèrent ce grand auteur ! Wink


En effet, Rivages hésite encore mais serait tenté de reprendre la traduction française de cette superbe série Sean Duffy !
Alors n'hésitez pas à leur faire part de vos encouragements, et à leur dire combien vous avez aimé Une terre si froide et/ou Dans la rue j'entends les sirènes, et combien vous aimeriez pouvoir enfin lire en français la suite de cette série (qui compte déjà au moins 3 autres opus non traduits) en leur envoyant un petit message à :
editions[at]payotrivages.com


Merci d'avance à tous pour votre participation ! Wink Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
grolandrouge
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 44
Inscrit le: 16 Fév 2017
Messages: 605
Localisation: Sarthe

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Aoû 23, 2017 10:57 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon vote sur Polars Pourpres: 7/10
Citation:
Une bonne suite aux aventures de Duffy même si j'ai trouvé ce deuxième volet un peu moins passionnant que le premier. Une bonne intrigue, un bon personnage central, et toujours ce style d'écriture très plaisant. Quelques longueurs toutefois mais ça reste bon dans l'ensemble.

_________________
"On respire mieux dans la tempête."
Michel Bakounine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Mar 20, 2018 9:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

Excellente nouvelle :


Adrian McKinty, bientôt de retour... chez Actes Noirs / Actes Sud !!


Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Polarbear
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 55
Inscrit le: 02 Nov 2015
Messages: 557
Localisation: Belin Beliet 33


MessagePosté le: Mar Mar 20, 2018 9:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Cette nouvelle va égayer ma journée! Very Happy Very Happy Very Happy Merci Norbert de l'avoir partagée.
_________________
"Ce qui compte dans le polar, ce n'est pas le crime, mais le monde dans lequel il se produit." Richard Price
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Mar 20, 2018 9:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

Polarbear a écrit:
Cette nouvelle va égayer ma journée! Very Happy Very Happy Very Happy Merci Norbert de l'avoir partagée.


Oh de rien, je viens juste de l'apprendre, donc t'imagines à quel point je suis heureux !! Youhou !!! Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
grolandrouge
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 44
Inscrit le: 16 Fév 2017
Messages: 605
Localisation: Sarthe

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Mar 21, 2018 7:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Très bonne nouvelle en effet Very Happy
_________________
"On respire mieux dans la tempête."
Michel Bakounine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10509
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Fév 16, 2020 6:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis récemment tombé sur un article d'Actualitté, à propos d'Adrian McKinty, qui date de juillet dernier et m'a mis une petite claque car je ne savais pas que l'auteur avait été à deux doigts d'arrêter d'écrire tellement il était dans une situation financière plus que précaire, malgré sa réputation et les récompenses obtenues par certains de ses romans.

Heureusement que Don Winslow, également fan de McKinty, lui est venu en aide...

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/la-redemption-d-un-auteur-de-polar-devenu-chauffeur-uber-pour-survivre/95825

Citation:

La rédemption d'un auteur de polar, devenu chauffeur Uber pour survivre


Les récompenses, les articles dans la presse, les tournées de libraires, les dédicaces à rallonge… parfois, rien ne fonctionne pour faire décoller les ventes, alors que tous les leviers traditionnels sont activés. Pour Adrian McKinty, auteur de plusieurs romans policiers, la situation était des plus catastrophiques : il en avait perdu sa maison, tant ses finances dégringolaient…


L’histoire est digne, en soi, d’un début de polar : Adrian McKinty, malgré les éloges reçus pour ses romans, était financièrement dans ce qu’il est convenu d’appeler la panade. Depuis Melbourne où il résidait, il en était arrivé à travailler comme chauffeur pour Uber. Cette nuit-là, il rentrait à 1 h 30 du matin, après avoir déposé son dernier client à l’aéroport...

Et le téléphone sonna.

De l’autre côté, Shane Salerno, agent littéraire, qui compte un certain Don Winslow dans son écurie. « Don m’a dit que vous alliez arrêter d’écrire », explique Salerno au romancier — qui l’avait en effet confessé récemment sur son blog. Son détective irlandais, Sean Duffy, ne connaîtra pas de nouvelles aventures, après quelques livres pourtant salués.

En France, ses livres avaient été publiés chez Stock et Gallimard, dans des traductions d’Eric Moreau, Florence Vuarnesson ou Patrick Carrer. Son dernier roman Dans la rue j’entends des sirènes, est paru en avril 2015 chez Livre de poche.

Plongée au fin fond du gouffre...

En 2008, McKinty avait quitté les États-Unis pour l’Australie — sa femme, universitaire et autrice, Leah Garrett, s’était vu proposer un emploi difficile à refuser. Et après huit années de vie dans une maison, toute la famille s’était fait mettre à la porte : McKinty, pour gagner trois francs six sous (à convertir en dollars australiens), travaillait pour Uber, comme taxi, et barman, pour quelques extras en liquide. Quand la famille s’est fait expulser, la première réaction fut : « Misère, Adrian, t’as fait quoi de ta vie ? » Pas assez d'argent des ventes de livres...

Mais Salerno avait manifestement des projets en tête : il suggère à McKinty, durant leur coup de fil d’écrire un roman avec son enquêteur, qui se déroulerait non plus à Belfast, mais aux États-Unis. Il y avait bien eu un bouquin qu’Adrian avait tenté d’écrire à Mexico, mais rien de convaincant. L’agent pousse, encourage : « Peut-être dans quelques années, quand mes finances seront assainies », rétorque l’auteur. « Et si je vous envoyais 10.000 $ sur votre compte ce soir ? », réplique Salerno.

Oui, non, on y pensera… « Non, va l’écrire », conclut l'agent. À 3 h du matin, les trente premières pages étaient envoyées à Salerno. À 4H15, l’agent rappelait : « Oublie le bar. Oublie ce maudit Uber. Tu écris ce livre ! »

Deux ans plus tard vient de sortir The Chain, qui s’amorce sur un kidnapping : une mère découvre le rapt de sa fille. Et vous, dans une pareille situation, que feriez-vous ?

Un contrat à six chiffres et un autre à 7 pour le cinéma

Ancien étudiant en philosophie, McKinty raconte qu’il voulait un protagoniste qui aille à l’encontre de tous les principes kantiens, aristotéliciens : bref, une personne qui enfreindrait tous les codes moraux admis. Et ce livre aurait pu, sans une pourtant brève rencontre avec Don Winslow voilà quelques années, et un coup de fil improbable, ne jamais voir le jour.

Car l'argent reste le nerf de la guerre. En 2018, rappelait une enquête de la Author’s Licensing ans Collecting Society, le salaire médian d’un auteur était de 10.497 £, soit un peu plus de 12.000 €, contre 18.000 £ en 2006. Les conséquences de cette déperdition se trouvent ici amplement illustrées…

« C’est vraiment bouleversant pour moi de voir comme il était traité », explique Winslow au Guardian. « Quelqu’un avec le talent d’Adrian devrait être en mesure, à tout le moins, de gagner sa vie comme il le souhaite. Il a été fauché, expulsé de son domicile et se démène. Il voulait arrêter. Et je connais ce sentiment. Il y a plusieurs années, je me suis retrouvé dans la même situation. »

C’est Orion qui publie le roman The Chain, qui aura été acheté avec un chèque à six chiffres et depuis la semaine passée, un accord à sept chiffre pour une adaptation au cinéma, par la Paramount…

Sacré conte de fées…




Et The Chain, La Chaîne d'Adrian McKinty, paraît en France le 11 mars prochain chez Mazarine :




Résumé :

Citation:


VICTIMES. SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.
VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.

Le téléphone sonne. Un inconnu a kidnappé votre enfant.
Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.
Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.
Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.

VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.
VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS.
VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.





En ce qui concerne la série Sean Duffy, j'ai contacté Manuel Tricoteaux d'Actes Sud qui m'a confirmé qu'elle serait bien publiée prochainement dans la collection Actes Noirs, mais sans me donner de date précise pour autant.

Bref, comme quoi la précarité des auteurs, et même des meilleurs, n'est malheureusement pas qu'un phénomène français... Et en attendant de retrouver Sean Duffy, j'ai déjà précommandé ce nouveau roman d'Adrian McKinty.
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6988
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Fév 16, 2020 7:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Norbert pour cette histoire. Hélas, beaucoup d'appelés, peu d'élus dans ce "métier"... Confused
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
grolandrouge
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 44
Inscrit le: 16 Fév 2017
Messages: 605
Localisation: Sarthe

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Fév 16, 2020 9:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

De nouveaux Sean Duffy, ça m'intéresse!
_________________
"On respire mieux dans la tempête."
Michel Bakounine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com