Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

My Absolute Darling – Gabriel Tallent (Gallmeister)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10202
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Jan 23, 2019 5:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

JohnSteed a écrit:

Citation:
Une de mes connaissances, un lecteur assidu, m’indiquait dernièrement que les meilleurs livres étaient ceux qui dérangeaient.


Je partage assez cet avis.
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9244
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Jan 23, 2019 11:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mein Kampf s'est d'ailleurs très bien vendu. Mr. Green
#pointGodwin
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10202
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 24, 2019 1:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mr. Green
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Le Poète


Age: 43
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 2160
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Mer Fév 06, 2019 10:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'en ressors mitigé.
C'est une œuvre forte,dérangeante,puissante. Le personnage de Julia alias "Turttle" est assez incroyable, j'en ai peu lu des comme elle, en permanence tiraillé entre l'amour et la haine qu'elle voue pour son père qui abuse d'elle, la recherche perpétuelle de reconnaissance de sa part.
Mais, sans doute à cause du sujet qu'on peut difficilement trouver plaisant, je n'ai jamais trouvé l'histoire prenante.
Le talent d'écrivain de Tallent est indéniable (oui elle est facile) mais même si j'ai aimé ses qualités d'écriture,je n'ai pas apprécié son sujet ce qui fait que je me forçais à reprendre ma lecture.
Et pourtant je ne peux pas dire que ce n'était pas bien. Une drôle de sensation finale pour une drôle de lecture
_________________
À chaque décision que nous prenons, nous créons un nouvel avenir. Et, ce faisant, nous détruisons tous ceux que nous aurions pu avoir à la place.
Lou Berney November Road
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Polarbear
Meurtrier


Age: 54
Inscrit le: 02 Nov 2015
Messages: 494
Localisation: Belin Beliet 33


MessagePosté le: Mer Fév 06, 2019 12:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Fab a écrit:
J'en ressors mitigé.
C'est une œuvre forte,dérangeante,puissante. Le personnage de Julia alias "Turttle" est assez incroyable, j'en ai peu lu des comme elle, en permanence tiraillé entre l'amour et la haine qu'elle voue pour son père qui abuse d'elle, la recherche perpétuelle de reconnaissance de sa part.
Mais, sans doute à cause du sujet qu'on peut difficilement trouver plaisant, je n'ai jamais trouvé l'histoire prenante.
Le talent d'écrivain de Tallent est indéniable (oui elle est facile) mais même si j'ai aimé ses qualités d'écriture,je n'ai pas apprécié son sujet ce qui fait que je me forçais à reprendre ma lecture.
Et pourtant je ne peux pas dire que ce n'était pas bien. Une drôle de sensation finale pour une drôle de lecture


J'en suis à 100 pages de la fin, et j'ai exactement le même ressenti.
_________________
"Ce qui compte dans le polar, ce n'est pas le crime, mais le monde dans lequel il se produit." Richard Price
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Polarbear
Meurtrier


Age: 54
Inscrit le: 02 Nov 2015
Messages: 494
Localisation: Belin Beliet 33


MessagePosté le: Dim Fév 10, 2019 6:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon vote 7/10
Citation:
Je ressors chamboulé de cette lecture. J'ai apprécié l'écriture, belle, ambitieuse, poétique dans les descriptions et collée à la réalité dans les dialogues, jusqu'à le rendre lourd (putain!). Mais que cette découverte fut longue, pénible par moments. Le thème est dérangeant, la destinée de Turtle m'a remué mais comment apprécier ces états d'âme à n'en plus finir pour décrire et tenter d'expliquer, parfois même excuser l'inexcusable?!! Non, mon esprit n'a pas pu intégrer la moindre compassion vis à vis de Martin. J'ai compris que c'était l'esprit blessé, troublé, on e serait à moins, de Turtle, qui le faisait, mais cette insistance !... pfff fatiguant! Autre bémol, j'ai trouvé les scènes d'action confuses parfois, presque abstraites, improbables et trop lyriques. Bref, je suis mitigé, et content d'en avoir fini. Je comprends que l'on puisse aimer et détester ce livre, moi je suis resté entre les deux sentiments, mais marqué, assuréme

_________________
"Ce qui compte dans le polar, ce n'est pas le crime, mais le monde dans lequel il se produit." Richard Price
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6570
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Fév 10, 2019 9:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Plus je lis les critiques et plus j'y vais à reculons vers ce livre... Neutral Neutral
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
charlice
Complice


Age: 57
Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 101
Localisation: PAU


MessagePosté le: Lun Fév 11, 2019 5:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Juge Wargrave a écrit:
Plus je lis les critiques et plus j'y vais à reculons vers ce livre... Neutral Neutral

Faut faire le métier jusqu'au bout Wink
_________________
Promis, ce soir je ne lis pas et me couche plus tôt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6570
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Lun Fév 11, 2019 7:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

charlice a écrit:
Le Juge Wargrave a écrit:
Plus je lis les critiques et plus j'y vais à reculons vers ce livre... Neutral Neutral

Faut faire le métier jusqu'au bout Wink


Je le ferai, j'a toujours lu les livres reçus du passe-livre. Wink
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10202
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 15, 2019 10:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

Mieux vaut tard que jamais…



Je ne l’avais pas lu l’an dernier, mais j’en avais beaucoup entendu parler. J’ai rattrapé mon retard.
Quelle claque ! My Absolute Darling de Gabriel Tallent.


Turtle Alveston, 14 ans, vit seule avec son père, Martin, dans une maison qui tombe en ruine en bordure de la petite ville de Mendocino au nord de la côte californienne. Une relation plus que toxique entre ce père charismatique, écologiste misanthrope proche des théories survivalistes qui apprend à sa fille à tirer, à survivre dans la nature, abuse d’elle, lui déclare un amour absolu et la martyrise, l’appelle indifféremment son amour absolu et petite conasse.

Face à lui Turtle oscille entre amour et haine, dévotion absolue et rejet. Convaincue de sa faiblesse et de sa nullité, elle préfère partir seule en forêt qu’aller à l’école où elle fuit les relations avec les autres adolescents. Jusqu’au jour où, lors d’un de ses périples en forêt, elle aide deux lycéens perdus sous la pluie et découvre alors que d’autres modèles de familles et de relations humaines existent. Une découverte qui, peu à peu, va remettre en question l’acceptation de sa situation. Jusqu’à l’explosion.


J’arrive un peu après la bataille, et nombreux sont les blogs qui ont déjà dit tout le bien que l’on pouvait penser de ce roman. Je ne peux que me joindre au chœur des louanges.


Oui Turtle et Martin forment un couple inoubliable. Et si le père entre dans le panthéon des monstres, mais des monstres ô combien humains, c’est Turtle qui vous hantera longtemps.


Il est incroyable de voir comment l’auteur, dont c’est le premier roman, a réussi à créer ce personnage auquel on croit immédiatement, mélange de solidité et de dureté de diamant, alliées à une fragilité extrême due au mépris qu’elle a pour elle-même.
A la fois fière de ses compétences, terriblement dure au mal, et persuadée par un père manipulateur qu’elle est une petite merde, incapable de vivre sans lui, indigne de l’attention et de l’amour des autres, justement parce qu’elle se laisse dominer par ce père. Honteuse d’aimer le pervers qui l’asservit. Coupable de ce dont elle est victime.


C’est ce balancement permanent qui vous tordra les tripes.


Autour de cette relation hors normes, par petites touches et sans avoir l’air d’y toucher, l’auteur sait également éclairer le récit par ailleurs bien sombre de superbes descriptions de la nature environnante où Turtle trouve un peu de paix et de joie, ou suggérer sans en avoir l’air l’hypocrisie et la lâcheté d’une petite ville qui, sous couvert de se montrer libérale et respectueuse des différences, s’arrange très bien de ne pas voir une situation qui pourtant saute aux yeux.


Un livre qui marque, qui vous flanque dès le premier chapitre une grand baquet d’eau glacée dans la figure, et ne vous lâche plus, bien longtemps après l’avoir refermé.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6570
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Mar 03, 2019 11:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai commencé hier soir, j'en suis au moment où Turtle fait la connaissance de Jacob. Jusqu'ici j'accroche bien même si j'ai eu la nausée à la fin du chapitre 1 (horrible, abject).
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6570
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Mar 05, 2019 10:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-de-juliette-arnaud/la-chronique-de-juliette-arnaud-03-septembre-2018

J'aime beaucoup ses chroniques en général, elles donnent souvent envie de lire les titres chroniqués.

J'arrive à mi-chemin du roman. Quelle claque. Marty et Turtle, des personnages incroyables, probablement trop tôt pour dire inoubliables mais marquants, assurément. Je lis en apnée. Allez, je prends une grande respiration, et j'y retourne.
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 34
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6570
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Mar 31, 2019 10:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis sur ce terrible roman :

Citation:
Avec My Absolute Darling, Gabriel Tallent a écrit une œuvre profondément dérangeante et assurément marquante.
Deux personnages hors du commun : le père, Martin, tout d'abord. Un monstre pervers, manipulateur, incestueux, un ogre des temps modernes. Un homme complexe, érudit, lecteur d'ouvrages philosophiques, misanthrope et misogyne, un authentique croque-mitaine dont le but n'est pas de rendre sage sa fille, Turtle/Croquette, mais bien de la terroriser, d'osciller sans cesse entre violence physique, viol et mots cajoleurs.
Et il y a donc Turtle. Une adolescente totalement paumée, à mi-chemin entre la bête et la femme, dont "l'éducation" pervertie du père a rendu totalement désorientée. Entraînée au maniement des armes, bercée par des discours pseudos-philosophique sur la fin du monde et son après, frappée de temps en temps, "visitée" la nuit par son ogre de père, en retard sur le plan scolaire, sans amis, sans vie sociale autre que celle se résumant à quelques échanges avec son grand-père, Turtle nous émeut autant qu'elle nous questionne et nous désoriente à son tour : pourquoi ne pas partir, pourquoi ne pas assassiner son monstre de père ?
Un roman perturbant dont il est impossible, pour ma part, d'en ressortir en disant "j'ai aimé ce livre". En revanche, oui, c'est un bon roman car il nous questionne sans cesse et la cruauté qui y est à l’œuvre nous marque au fer rouge.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9244
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Avr 07, 2019 9:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et un prix de plus pour ce roman, un !
Prix Mystère de la Critique du meilleur roman étranger.
Il n'aura raté que le Prix Polars Pourpres Découverte. Mr. Green
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9244
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Juil 23, 2019 12:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mieux vaut tard que jamais, mon avis vient de paraître sur Polars Pourpres.



Sur Polars Pourpres, Hoel a écrit:
Turtle a la peau dure

Julia Arveston, dite « Turtle », quatorze ans, n’a pas la vie facile. De caractère réservé, elle n’a pour ainsi dire pas d’amis. Elle n’aime pas aller à l’école. Les cours y sont barbants. Elle préfère de loin les bois, la côte sauvage, et s’exercer avec ses armes à feu. Son grand-père est particulier et boit comme pas deux, mais il est encore plus normal que son père, un être intense mais tyrannique, qui l’aime et la déteste tout à la fois, de façon maladive.
Sa rencontre fortuite avec deux lycéens blagueurs et philosophes va l’amener à réfléchir. Et à devoir prendre des décisions fortes.

Premier roman de Gabriel Tallent, My Absolute Darling a été en 2017 un grand succès aux États-Unis où il a occupé une place de choix dans le classement des meilleures ventes. Sa fortune n’a pas été autre en France puisqu’en plus d’être un succès de librairie, le roman a remporté prix sur prix depuis sa sortie.
D’aucuns diraient qu’il s’agit d’un roman initiatique, ce qui n’est pas tout à fait faux. D’autres qu’on a affaire à un roman noir, à un roman d’amour ou encore à du nature writing. En vérité, My Absolute Darling est tout cela à la fois et bien plus encore. Tantôt très éprouvant – certaines scènes sont difficilement soutenables – tantôt à pleurer de beauté, il est assurément un texte qui ne peut laisser indifférent. À l’instar de Turtle, jeune fille maigrichonne et un peu garçon manqué, qui a effectivement la carapace bien solide pour tenir debout après avoir encaissé tout ça. À cet égard, la question de la résilience est aussi au cœur de ce récit, passionnant d’un bout à l’autre bien qu’assez pauvre en surprises en un sens. L’alternance entre les moments difficiles et les instants plus calmes est bien gérée. On a plaisir à voir évoluer Turtle dans la magnifique nature sauvage de Californie ou jouer aux cartes avec son grand-père, qui la couve d’un œil bienveillant, comme on redoute certains moments passés avec son père. On le hait en même temps que, tour de force de l’auteur, on en vient presque à le comprendre. C'est que Gabriel Tallent ne verse pas dans le manichéisme et ses personnages sont aussi réussis que complexes, chacun ayant une – plus ou moins grande – part d’ombre et de lumière.

Bien qu’il ne conviendra vraisemblablement pas à tout le monde, on comprend très aisément à la lecture de My Absolute Darling pourquoi il a autant fait parler de lui. Après un tel premier roman, Gabriel Tallent est attendu au tournant. Mais on peut raisonnablement penser, au vu de cette réussite, que l’homme a suffisamment de qualités pour ne pas décevoir son public.


_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com