Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Trouver l'enfant - Rene Denfeld (Rivages/Noir)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10126
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Jan 17, 2019 4:42 am    Sujet du message: Trouver l'enfant - Rene Denfeld (Rivages/Noir) Répondre en citant

Déjà très remarquée avec En ce lieu enchanté, Prix du premier roman étranger 2014, l'Américaine Rene Denfeld inaugure une série avec Trouver l'enfant, qui paraît aujourd'hui chez Rivages/Noir dans une traduction de Pierre Bondil.






Le livre :

Un thriller littéraire sur une disparition d'enfant dans les forêts enneigées de l'Oregon.

Madison Culver a disparu alors que ses parents choisissaient un arbre de Noël dans la forêt nationale de Skookum, Oregon.
Elle aurait aujourd'hui huit ans.
Certains qu'elle est encore vivante, les Culver se tournent vers Naomi Cottle.
Enquêtrice privée connue de la police comme « la femme qui retrouve les enfants », Naomi est leur dernier espoir.
Sa recherche méthodique l'emmène dans les terres sauvages du Nord-Ouest Pacifique, et au coeur de son propre passé.
Alors que Naomi suit la piste de l'enfant, les fragments d'un rêve sombre viennent lui rappeler une perte terrible depuis longtemps refoulée.



« Alliant la pensée magique de l'enfance, des contes de fées, des rêves, des souvenirs et des cauchemars, Trouver l'enfant est un roman terrifiant et exaltant. » A. M. Homes

« Un miracle littéraire. » Nickolas Butler

« Il règne entre ces pages un froid comme on en lit chez Jack London, dans le ventre d’une forêt où se matérialisent les peurs ancestrales. » Franck Thilliez




>> Le site de l'auteur : http://renedenfeld.com/author/

>> Sa page Facebook : https://www.facebook.com/renedenfeldauthor/




L'auteur :

Rene Denfeld est romancière, journaliste et enquêtrice au service des condamnés à mort.
Elle a collaboré au New York Times Magazine et a été primée aux Etats-Unis pour ses essais.
Après En ce lieu enchanté (Prix du premier roman étranger, Fleuve, 2014), Trouver l'enfant est son deuxième ouvrage à paraître en France, et le début d'une série.





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10126
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Jan 23, 2019 5:32 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Karen Lajon dans Le JDD :

Citation:

Trouver l’Enfant : à la recherche de la fille de la neige


Dans son précédent et premier roman, Rene Denfeld explorait les dossiers afin de découvrir la faille. Celle qui ferait libérer le coupable présumé.
Son deuxième livre, Trouver l’Enfant, l'idée de retrouver le fil, l'indice, reste la même. La romancière s'évertue encore une fois et avec une délicatesse de poète à creuser dans sa propre vie pour créer des personnages de roman et une intrigue tendue comme un fil d’acier.




Naomi, c'est la dame qui retrouve les enfants.
Pas un médium. Non, une jeune femme unique en son genre, une enquêtrice spécialisée dans la recherche de jeunes, voire très jeunes disparus. « Chaque année, il y a plus de mille disparitions d'enfants signalées aux États-Unis, mille façons de disparaître. Souvent on ne les retrouve pas. Une centaine de cas par an correspondent à des enlèvements avérés, perpétrés par des inconnus. »
Alors, Naomi déplie la carte. Repère l'endroit où Madison Culver a été enlevée. Les journaux en ont parlé puis plus rien.


Le temps a passé, le cas est presque devenu un de ces Cold Case qui hantent les enquêteurs toute leur vie. C'est précisément à ce moment-là que souvent Naomi intervient. A la demande de parents désespérés qui eux ne peuvent lâcher. « Dans ses rêves, cette nuit-là, les enfants qu'elle avait retrouvés s’alignèrent, composant comme une armée. »


Madison a cinq ans lorsqu'elle disparaît. Depuis, elle est devenue « La fille de la neige ».
Formule magique. Poétique et légère. Un leurre. Un tour de magicienne. En réalité, ce sont les mots du monstre qui la retient.
Le huis clos se met en place. Étouffant, perturbant.
Mr B ne comprend rien à « La fille de la neige ».


Rene Denfeld a puisé dans sa propre enfance

Deux regards. Celle qui cherche et celle qui doit être trouvée. La première a aussi subi un enlèvement enfant. C'est sa force, le plus, par rapport à n'importe quel autre enquêteur. Elle peut se mettre dans la peau de la victime, elle le fut. Naomi est bien mieux qu'un médium, elle est l'expression de l'espoir, du possible, du rêve devenu réalité.


Les années ont passé.
« La fille de la neige » et Mr B sont encore ensemble. Il a assoupli les règles de la séquestration, elle peut désormais l'accompagner à l’extérieur. Il faut dire quelle sait le calmer, « La fille de la neige », elle le devine si justement maintenant.
Elle comprend même que bientôt elle sera trop vieille. Ce n’est pas dans l’ordre des choses, « La fille de la neige » ne devrait pas avoir cette maturité. Mais les circonstances sont hors-norme.


L'auteur et son héroïne ne font qu’un.
Rene Denfeld a puisé dans sa propre vie cabossée. Mr B fut aussi le sien. Elle, aussi, a été abusée par son beau-père.
Son histoire personnelle associée à un talent, une délicatesse dans la façon de raconter l’inavouable, donnent au roman une légitimité singulière.
Comment expliquer, comment dire la relation mystérieuse qui se noue entre le ravisseur et sa victime.
Une relation hors des autres, incompréhensible, vertigineuse.
Le Financial Times, quotidien anglais de référence, ne s'y est pas trompé en allant jusqu'à évoquer l'auteur Danois Peter Hoeg pour caractériser l'écriture de la romancière.
Un bien joli compliment pour une bien belle personne.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Le Poète


Age: 37
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2006
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Mer Jan 23, 2019 7:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ayant adoré "En ce lieu enchanté", je n'ai pas résisté à celui-ci !
Je suis pressée de le commencer.
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10126
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Fév 07, 2019 4:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Franck Thilliez dans Le Monde :

Citation:

Trouver l’enfant, de Rene Denfeld : la chronique « polar » de Franck Thilliez


Le coin du crime. Dans une forêt profonde de l’Oregon, une détective recherche une fillette disparue depuis trois ans. L’Américaine Rene Denfeld signe de sa plume lumineuse un addictif huis clos à ciel ouvert.




Un voyage au bout de l’enfer qui débute le long d’une route enneigée, dans les profondeurs d’une forêt de l’Oregon.
Naomi, détective spécialisée dans la traque d’enfants disparus, y recherche la petite Madison, volatilisée trois ans plus tôt. Son unique indice se résume à un ruban accroché à la branche du sapin choisi par la gamine pour Noël.
Il règne entre ces pages un froid comme on en lit chez Jack London, dans le ventre d’une forêt grande comme la Belgique où se matérialisent les peurs ancestrales, dont celle de s’y perdre ou, pire, d’y être retenu captif, des mois, pourquoi pas des années.


Malgré l’air vif et une poudreuse immaculée qui coiffe les cimes des conifères, ce bijou de huis clos à ciel ouvert étouffe et brûle la gorge avec la férocité d’une rasade de bourbon.
Rene Denfeld, écrivaine américaine multirécompensée, nous abandonne au cœur de cette nature aussi belle qu’hostile, celle des trappeurs, des survivants, des monstres des abîmes qu’aucune carte ne recense.


Vaincre les ténèbres

Armée du flair d’une louve en chasse, son enquêtrice embarque le lecteur dans la psyché labyrinthique des auteurs d’enlèvements et de ceux qui les pistent.
Chaque enfant que Naomi arrache à son ravisseur, chaque victoire sur les ténèbres est à la fois une naissance et une mort, un livre tragique que la logique lui intime de refermer mais qu’elle rouvre inlassablement. Sauver toujours plus d’enfants pour se sauver elle-même, pour fuir de chambre d’hôtel en chambre d’hôtel, afin que, peut-être, on ne la retrouve jamais. Car elle aussi fut une fillette disparue, infoutue de résoudre sa propre histoire.


Par l’impeccable alternance des points de vue, l’auteure a pris le parti de donner une voix aux victimes de séquestration, d’aborder sur le fil du rasoir les contradictions et les ambiguïtés qui se nouent dans les rapports entre un bourreau et sa victime.
Un thème où la littérature rechigne à s’engager, car le sujet doit être manié avec subtilité, sans pour autant risquer de négliger la profondeur. Alors, pour raconter l’indicible, nous parviennent les pensées d’une petite fille de 5 ans, enfermée dans ses contes, qui réinvente le monde et se recrée une identité.
Ici, Madison est « la fille de la neige », personnage à la fois pétri de colère et d’amour. En dépit de son jeune âge, elle connaît le danger d’un cœur qui tombe amoureux de son ravisseur : la neige qui l’enveloppe fond et la fille risque de mourir.


Capacité de survie

Pourtant tranchante comme la glace, la plume de Denfeld est lumineuse et respire l’espoir.
Par la force de l’imaginaire et l’incroyable capacité de survie de l’espèce humaine, la reconstruction des êtres détruits reste toujours possible. La romancière a posé ses tripes sur la table, les sujets abordés résonnent avec sa propre histoire. Elle, la mère adoptive, l’enquêtrice qui a côtoyé les victimes d’abus sexuels, sait mesurer l’impact de chacun de ses mots.


Trouver l’enfant est un récit addictif, entre enquête policière minutieuse, roman noir et suspense hitchcockien.
Il associe le sublime et l’effroi et rappelle, dans un monde où les vies peuvent être fauchées à tout instant et en tous lieux, que nul n’est mort tant qu’il n’est pas oublié.







>> La chronique de François Lestavel de Paris Match sur Onlalu :

Citation:

l e c r i t i q u e i n v i t é


François Lestavel (Paris Match) a choisi
« Trouver l’enfant » de Rene Denfeld publié chez Rivages




Rene Denfeld avait remporté le prix du premier roman étranger pour En ce lieu enchanté il y a quatre ans.
Elle revient avec un thriller, dans lequel une enquêtrice, Naomi, spécialisée dans la recherche des enfants disparus, est mandatée par les parents de la petite Madison.
Celle-ci a disparu alors qu’ils se trouvaient tous les trois dans la forêt pour couper un sapin de Noël. En quelques secondes, elle s’est évaporée. Trois ans après, elle n’a toujours pas été retrouvée… Le lecteur sait qu’elle est vivante, car la voix de Madison alterne avec celle de Naomi. Elle se trouve à la merci d’un certain Mister B., un trappeur qui la séquestre dans une cave.


Cela pourrait être insoutenable, sordide, mais Rene Denver nous fait voir cette situation à travers les yeux de Madison, qui laisse parler son imagination et s’invente un monde supportable.
Cette lecture ressemble d’ailleurs à celle des contes de fées, des histoires assez cruelles mettant des scène des ogres malfaisants, mais qui se terminent bien en général. On s’attache aux deux personnages, la fillette et l’enquêtrice, et on reverra Naomi qui va devenir un personnage récurrent car elle a elle-aussi quelques affaires à régler de son côté.
Elle est une enfant adoptée, et on comprend qu’elle fut la proie d’un ravisseur lorsqu’elle était petite.


Comme la couverture la laisse supposer, ces pages dégagent une atmosphère ouatée, et l’écriture est à proprement parler extra-ordinaire.
L’héroïne, une femme forte et fragile, se retrouve confrontée à la fois à l’horreur et à la beauté, au ravisseur et au ravissement.
Avec Trouver l’enfant, Rene Denfeld signe un livre rare.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10126
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Fév 12, 2019 5:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

Promenons-nous dans les bois…



Le début d’une nouvelle série chez Rivages ?
Il semblerait que ce soit le cas avec Trouver l’enfant de l’américaine Rene Denfeld.


Madison Culver a disparu il y a 3 ans. Si elle est encore vivante, elle a aujourd’hui 8 ans. Les parents désespérés font finalement appel à Naomi la trentaine, détective privée, la « femme qui trouve les enfants ».

Madison a disparu soudainement, dans la neige de cette forêt de l’Oregon où elle était allée avec ses parents choisir un sapin de Noël. C’est dans le froid et un décor à la Jack London que Naomi va devoir fouiller, chercher, retrouver les traces des vieilles concessions, des chercheurs d’or et des trappeurs. Mais c’est aussi son passé d’enfant adoptée qui va la rattraper.


Je ne vais pas vous dire que c’est le polar de l’année, ou que l’histoire est follement originale. C’est vrai que des enquêtes sur des disparitions d’enfants il y en a beaucoup dans le polar. Mais… Mais je vous conseille néanmoins de vous pencher sur Trouver l’enfant de Rene Denfeld.
Parce qu’au-delà du classicisme du point de départ, il va vous offrir quelques belles surprises.


Pour commencer, l’histoire est fort bien racontée, prenante et émouvante. Elle vous accroche dès le départ, et ne vous lâche pas jusqu’à la fin. Après tout, les clichés bien travaillés font partie des fondations du roman policier.


Ensuite parce que le lieu est original, très bien décrit, et très bien utilisé dans l’histoire. On ressent le froid, la neige, les immensités perdues. On retombe en enfance dans cet Oregon montagneux et enneigé, on revoit nos lectures de Jack London, on entend les loups (et oui, il y a aussi des renards et des belettes …). Le lieu est important, mais aussi son histoire dans laquelle l’enquêtrice va fouiller pour trouver une éventuelle piste.


Les personnages sont beaux.
En premier lieu avec cette Naomi qui se consacre entièrement à la recherche d’enfants perdus, dont on sent la fêlure, le secret douloureux qu’elle se cache à elle-même. Un secret que l’on voit apparaître, peu à peu, comme la photo dans le révélateur. Mais ce n’est pas la seule, l’auteur prend le temps de brosser les portraits d’une galerie de personnage secondaires qui ne sont jamais simplifiés, et peuvent nous surprendre au cours de la lecture.


La référence aux contes de fées qui permet à la gamine de survivre (je ne spoile pas, on le sait très vite), apporte une dimension qui se marie très bien avec le décor. Et pour finir, à aucun moment l’auteur ne simplifie l’histoire. Pas de Mal absolu, venu de nulle part ici, mais beaucoup de souffrances, et malgré tout un peu d’espoir.


Une belle découverte, et l’envie de retrouver cet auteur et son enquêtrice (la quatrième parle du début d’une série).



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com