Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les 70 ans de la Série Noire
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Avr 18, 2018 4:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Lomax, privé à Denver, enquête sur un accident de la route qui a coûté la vie à un richard, dans la montagne.
Mais est-ce bien un accident ? Le richard en question avait de drôles de goûts en matière de sexe : les petites filles. C'est risqué, ce genre d'inclination.


Mon commentaire sur Polars Pourpres :

Citation:
… ou comment le détective privé Jacob Lomax doit enquêter sur l’accident de voiture survenu à Phillip Townsend et au cours duquel il a perdu la vie. Rapidement, Lomax va être confronté à de nombreux personnages : la veuve, le gestionnaire, une escort-girl, un professeur de cinématographie, des maîtres-chanteurs, etc. Une investigation qui va rapidement devenir très épineuse quand il découvre une vidéocassette le mettant en scène en train de violer une gamine. Sur le fond, Michael Allegretto ne révolutionne pas les codes : un limier prompt à distribuer des coups de poing, des individus tous aussi suspects les uns que les autres, et un chantage assez simple. Mais dans la forme, c’est un véritable régal. Beaucoup d’humour, des descriptions croustillantes, des réparties qui font mouche. L’intrigue en soi n’est pas inoubliable : pas de réels rebondissements, mais plutôt une mécanique très bien huilée, habile et efficace, qui mène le lecteur de la première à la dernière page sans le moindre temps mort, et avec de nombreuses crampes aux zygomatiques. Un délicieux roman noir, humble et prenant, qui donne envie de lire d’autres opus de Michael Allegretto.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Mai 06, 2018 5:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Boulevard du Minnesota, on trouve ce qu'il y a de plus crapuleux, de vénal et de sordide.
Là, même les enfants du trottoir deviennent très tôt des adultes et plus tard des épaves. Dan Fortune, le détective manchot en a plein le dos avec ces histoires de tarés qui lui tombent sur les bras... si on peut dire.


Mon commentaire sur Polars Pourpres :

Citation:
… ou les tribulations de Dan Fortune, détective manchot, dans une ville de New York gangrénée par le crime et bien décidé à résoudre le meurtre d’une belle et jeune vietnamienne en pleine rue. Il se frottera à de nombreux milieux interlopes, notamment en lien avec le trafic de drogue et la prostitution, notamment de gamines. Par ailleurs, ses pas le mèneront à affronter un être tout de rage et de rancœur, prêt à délivrer une vengeance meurtrière dans une affaire dont les racines naissent au Vietnam et ont commencé à développer leurs sombres souches lors de la guerre. Michael Collins a structuré un récit noir, nébuleux et dense, avec de multiples rebondissements à la clef, à peu près aussi abondants que les cadavres que l’on va trouver tout le long de ce <i>Minnesota Strip</i> qui est le titre original de cet ouvrage. Un ton sombre, avec très peu d’humour, pour une enquête prenante et terriblement efficace, n’abandonnant aucun temps mort. Un petit bémol concernant le héros, Dan Fortune, pour lequel je n’ai pas éprouvé d’empathie particulière ni d’attrait spécifique, mais peut-être est-ce parce que j’ai entamé la série sans prendre les opus par ordre, d’où ce sentiment de n’être probablement pas monté dans le wagon idoine pour comprendre ce personnage ou en apprécier la saveur. D’autre part, avec des mots simples, l’auteur a réussi à mettre en exergue la transformation d’un individu lambda, que rien ne prédestinait à cela, qui va devenir une Némésis forcenée, au point de devenir ce que d’aucuns appelleraient un terroriste, avec cet épilogue où apparaît clairement un ultime fait d’armes, comme la preuve définitive de sa métamorphose idéologique et armée.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Juin 17, 2018 6:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Si une fille vous demande de venir enlever un curé mort subitement chez elle, répondez tout de suite non.
Ca vous évitera toutes les vacheries qu'a connues Ralph Poteet, un privé roublard, mais qui ne méritait pas d'avoir la vie empoisonnée à ce point... Surtout qu'il a souvent eu l'occasion de la perdre.


Mon commentaire sur Polars Pourpres :

Citation:
… ou les déboires de Ralph Poteet à qui sa voisine Lyla demande de la débarrasser d’un cadavre encombrant. Sauf que Ralph est un détective privé, Lyla une prostituée et le mort un curé mort d’épectase. Une situation saugrenue qui va déboucher sur d’autres morts et l’apparition de personnages interlopes, en plus d’un complot auquel est mêlée une huile du Gouvernement américain. L’intrigue est solide, le rythme ne faiblit que rarement (peut-être que l’épisode avec les pitbulls se montre un peu longuet et capillotracté), et l’ensemble se dévore du début à la fin. Le personnage du détective est savoureux : cet homme, à l’embonpoint avéré et prêt à se jeter dans les pires situations est devenu borgne suite à des coups de bible de son fêlé de paternel. S’il s’agit d’un bon roman noir, assez classique dans le fond, la forme l’emporte largement avec un humour remarquable. Les dialogues sont parfois à pleurer de bidonnage, certains moments sont mémorables (quand Ralph et le prétendu tueur se retrouvent sous la table), et cette cocasserie finit par être la plus absolue qualité de ce livre. Un sacré moment de rires effrénés en ce qui me concerne.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Juil 04, 2018 1:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Le vieux était effondré sur les dalles souillées, contre le mur creusé de graffiti. Son chapeau avait roulé loin de lui. " Ils m'ont pris mon argent, sanglotait-il. Dites-leur de me rendre mon argent."
Il n'en avait pas, protesta le petit gros. Allez, Swainie, foutons le camp."


Mon commentaire sur Polars Pourpres :

Citation:
… ou la pénible enquête de Weather, juste après la Seconde Guerre mondiale, revenu dans la ville où son père a été assassiné il y a peu. Une plume typique – le livre a été publié en 1948 – des anciens romans noirs, forts et courts comme des cafés très serrés. Pas mal d’humour dans les réparties, mais surtout de l’humour noir, désabusé, qui claque comme des morsures. Et puisque l’on parle de sang et de douleur, il y en a beaucoup dans ce livre, avec de nombreuses scènes de bastons, de tabassages et de personnages torturés, même si Kenneth Millar évite le piège du voyeurisme ou de la surenchère. Il y sera question de quête, où le personnage principal apprendra à mieux connaître son défunt père, tout en se débattant au beau milieu d’une ville engluée dans les corruptions, les chantages et les manigances diverses. Seul point de luminosité dans cette nébulosité : l’amour de John pour Carla. Une passion douloureuse et houleuse qui achève ce roman à l’intrigue finalement très classique, mais rondement menée, intelligemment bâtie, et qui m’a permis de passer un bon moment de lecture.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Aoû 29, 2018 4:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
Le Sentier est un beau quartier qui a du tempérament et aime la couture. On y croise des putains, des stylistes, des familles, des commerçants et parfois même un tueur qui, dans l’incognito des arrière-cours, adore lui aussi la mode, la découpe à sa façon, la façonne au rasoir ou travaille au ciseau électrique dans les coupons de chairs fraîches et les tissus de couleurs… Un artiste qui fait dans la dentelle et aime l’écarlate. Un imprévisible qui tranche dans le vif…


Mon commentaire sur Polars Pourpres :

Citation:
… ou la terrible croisade meurtrière de Yosip Vissarianovitch dans le quartier du Sentier. Des meurtres, du sang, beaucoup de mystères, des policiers aux abois, des journalistes prêts à tous les jeux de mots possibles, des foules estomaquées par cette vague d’hémoglobine… La langue de Joseph Bialot est remarquable, mâtinant les envolées lyriques et poétiques (les nombreuses séances de corps-à-corps et de fusillades sont de petits bijoux littéraires, à lire et relire), l’humour (notamment dans les réactions des médias aux divers crimes où chacun interprète les assassinats en fonction de ses penchants idéologiques ou politiques), et le sombre (bien des passages sont durs, sans pour autant tomber dans la description malsaine ou extrême). L’intrigue est bien ficelée, et c’est avec un plaisir continu que l’on enchaîne les chapitres (courts et découpés en brèves parties), même si la révélation finale, avec les motivations profondes de Yosip, n’a rien de renversant. Etonnant paradoxe, d’ailleurs : tout est bien agencé, huilé, charpenté, mais je ne suis pas persuadé de me souvenir longtemps du cœur de l’histoire. En revanche, je me rappellerai longtemps de certains moments (comme Yosip et Vania avec la machine à couper), d’une ambiance générale soufrée et délétère, et d’une écriture au cordeau.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6511
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2018 4:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant




Résumé :

Citation:
C'était un patelin entièrement noir du Mississipi, coupé du monde blanc et du XXe siècle. Apparemment idyllique. Mais récemment, un croque-mitaine inconnu, armé d'une hache à couper les têtes, venait d'y ramener la violence. Et ce fut un flic à peau blanche qu'on chargea de découvrir le dément qui avait fait retrouver son angoisse ancestrale à toute une communauté. La tâche était, dès le départ, désespérée.


Mon avis :

Citation:
Nous sommes en 1974 à Black Bayou, Mississippi. 2200 âmes. Particularité : être la seule ville entièrement noire des Etats-Unis et ce volontairement.
On se tient à l'écart des Blancs parce qu'ils sont synonymes de maux (en mots, cela donne : Ku Klux Klan, racisme, ségrégation).
La ville est tenue par Lionel Jackson, le maire, dont la famille a créé Black Blayou. La vie y est tranquille à l'écart des "dragons" (comprendre les Blancs).
Mais voilà, la violence se déchaîne sur la ville. Elle a pris les traits du "père Bonnet", l'équivalent du père Fouettard. Sauf qu'elle ne joue pas qu'avec la peur des enfants. Le père Bonnet (The Bonnet Man, titre original) est sanguinaire, cruel, il s'acharne à coups de haches. Les victimes ? Des personnes isolées, sans défense.
Et un seul témoin, un gamin traumatisé par l'assassinat sauvage de son oncle auquel il a assisté.
Alors Black Bayou accepte l'impensable : faire appel à un Blanc pour arrêter le massacre.
Et c'est ainsi que débarque Brendan Cassidy, flic à New York mais surtout ami du maire depuis un passage commun à l'armée.

Dire que j'ai aimé ce roman noir est un euphémisme. On emprunte les pas de Brendan Cassidy et on découvre, avec ses yeux, la vie à Black Bayou. L'homme n'est pas un ange, il a lui aussi ses préjugés racistes mais son amitié avec le maire lui permet d'aller jusqu'au bout de sa mission. Son arrivée ne coïncide pas avec la fin des meurtres et l'on s'interroge, au fil des pages, sur l'identité du père Bonnet ; on soupçonne un tel, puis un tel, sans jamais arriver à deviner avec certitude. La fin est d'ailleurs particulièrement prenante, mais je n'en dis pas plus. Toute cette galerie de personnage (Brendan, le maire, la famille du maire, les conseillers municipaux, les flics etc...) est très réussie, tout comme l'atmosphère qui se dégage de ce "bout du monde" pour reprendre une expression d'un des personnages.

Bref, un très bon et très beau roman que ce Mississipi Blues, que je garderai assurément en tête pendant longtemps.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6511
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Nov 25, 2018 9:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Trois "nouveaux" Série Noire dans la base, les romans de Martin L. Weiss :








Bravo à Hoel qui a retrouvé le résumé de La mort qui roule. J'avais soumis les deux suivants (Basta, bambino !, Dans du coton) mais malgré des recherches poussées, je n'avais pas réussi à mettre la main sur le résumé de La mort qui roule (alors que j'avais toutes les autres données du livre pour le soumettre), donc vraiment chapeau ! Wink
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6511
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Nov 25, 2018 10:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hoel, je viens de soumettre un "nouveau" Série Noire :



Par contre cette fois-ci je te mets au défi de lui trouver... une couverture potable ! Laughing Wink
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9203
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Lun Nov 26, 2018 12:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est potable ?
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6511
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Nov 28, 2018 10:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Hoel a écrit:
C'est potable ?


Trop fort !
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9203
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Nov 28, 2018 11:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai triché, j'ai dû retoucher une image. Wink
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6511
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Déc 09, 2018 9:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Grâce au travail d'El Marco, la base s'est enrichie de "nouveaux" "Série Noire", merci à toi !
Sais-tu combien il en reste pour que toute la collection soit dans la base ?
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9203
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Déc 09, 2018 9:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A peu près le total moins ceux qui sont présents je dirais. Mr. Green
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Déc 09, 2018 9:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pas la moindre idée. Ça a été du butinage, de la recherche au hasard, avec parfois à la clef un résumé, parfois non.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9195
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Déc 09, 2018 9:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hoel a écrit:
A peu près le total moins ceux qui sont présents je dirais. Mr. Green


C'est pas faux ! Mr. Green
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivante
Page 10 sur 13

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com