Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Il reste la poussière - Sandrine Collette (Denoël)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 44
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 3994
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Déc 27, 2016 3:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je te remercie Norbert !
Vas y, lâche-toi, je suis sûre que tu trouveras d'autres mots que les miens et que tu donneras envie à de nombreux lecteurs d'ouvrir les pages de ce magnifique roman. Wink
_________________
“Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.” George R. R. Martin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9945
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Déc 27, 2016 3:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Damned Iron' ! Tu m'obliges à te re-citer Laughing


norbert a écrit:



>> Et un magnifique 9/10 de la part d'Ironheart :

Citation:


J'avais aimé mais pas adoré les deux premiers romans de l'auteure : scénario diabolique, ambiance étouffante, scènes chocs mais personnages mal étoffés et style quelconque.
Mais là, mais là, c'est juste waouh !
L'écriture est somptueuse et d'une grande puissance visuelle et sensorielle.
Vous humerez l'odeur des moutons et vous sentirez le jus des cotelettes grillées vous dégouliner le long du menton.
Ca y est, Sandrine Colette a enfin pris son temps pour poser son cadre, développer cet univers minimaliste et austère au sein duquel évoluent les cinq protagonistes de son "western patagonien".
Et quels protagonistes !
Tous plus rustres et mauvais les uns que les autres, avec en tête, la mère, matrone avare d'affection, dure et revêche, qui essaie tant bien que mal de "faire tourner la baraque".
Mais heureusement, il y a Rafael...
Ce "petit" souffre-douleur auquel on s'attache immédiatement, cet enfant si courageux et loyal, jusqu'au bout, cet adolescent au prénom prédestiné d'ange pour lequel on espère une vie meilleure à défaut de quelques marques d'attachement de la part de sa famille.

Alors oui, le rythme est lent et il est vrai qu'il ne se passe pas grand chose dans la première moitié du livre.
Mais ensuite, un évènement particulier va lancer l'histoire et faire monter la tension jusqu'à un final dantesque.
Les ultimes chapitres sont redoutables (ah la scène de l'enterrement !) et on a l'impression d'y être, de regarder par un petit trou de planche, caché dans leur grange, les personnages se déchirer.
On ressent toute leur colère et leur envie.
Leurs émotions sont incroyablement bien retranscrites.
Les dernières pages sont très poétiques et terminent à merveille ce très très beau roman dont certains passages resteront gravés en mémoire.




_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6226
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2017 10:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le livre préféré de Ssarlotte sortira en poche le 1er février prochain. Mr. Green
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Ssarlotte
Serial killer : Le Poète


Age: 33
Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 2182
Localisation: St Maur des Fossés


MessagePosté le: Jeu Jan 05, 2017 9:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je me précipiterai pour l'acheter, promis Very Happy
_________________
http://destinationpolar.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9945
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Jan 30, 2017 11:43 am    Sujet du message: Répondre en citant




Sortie poche ce mercredi 1er février :






Et le lendemain, jeudi 2 février, paraîtra dans la collection Sueurs froides de Denoël Les Larmes noires sur la Terre, le nouveau roman de Sandrine Collette (on en parle ici sur le forum) :




Citation:


Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé « la Casse ».

La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.

Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.

Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix?

Après le magistral Il reste la poussière, Prix Landerneau Polar 2016, Sandrine Collette nous livre un roman bouleversant, planté dans le décor dantesque de la Casse.






_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Ven Juil 13, 2018 7:56 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 8618
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Ven Juil 13, 2018 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis concernant Il reste la poussière vient de paraître sur Polars Pourpres.



Sur Polars Pourpres, Hoel a écrit:
Perdus dans la pampa

Dans la pampa patagonienne vit une famille. Il y a eu le père, avant. Il reste désormais la mère, et quatre fils : Steban, les jumeaux Mauro et Joaquin, et Rafael. Les premiers mènent la vie dure au (petit) dernier, dix ans, qu'ils haïssent pour le simple fait qu'il existe alors que leur père n'est plus là. Leur quotidien est qui plus est aussi rude que l'environnement immédiat. Pas de temps pour les loisirs et l'oisiveté, pas plus que pour les sentiments. Le travail ne manque pas à la ferme entre les bœufs, les moutons et les chevaux. Et si l'un deux fléchit, la mère, impitoyable, saura vite le remettre en selle. Face à la concurrence des énormes estancias avoisinantes, leur modeste exploitation familiale commence à souffrir la comparaison. Il faut donc travailler encore plus, sans se révolter. Mais jusqu'à quand ?

Celles et ceux qui ont déjà lu Sandrine Collette savent qu'elle n'est pas tendre avec ses personnages. Ici, le jeune Rafael, à l'âge où l'on devrait encore aller à l'école, partage ses journées entre l'entretien des chevaux, la tonte des moutons et les brimades de ses frères qui n'aiment rien de plus que le molester, gratuitement et à longueur de temps. Le petit ne dit rien. Il encaisse tout. Ne rechigne jamais. De quoi vous forger un caractère.
Paradoxalement, c'est au moment où la santé financière de l'entreprise familiale a commencé à décliner que la mère s'est mise à brûler la chandelle par les deux bouts. Lorsqu'elle se rend à la ville – de plus en plus souvent –, elle dilapide ses économies dans l'alcool et le poker. Jusqu'à ce qu'elle s'endette au point d'être amenée à prendre une décision sans retour.
C'est à peu près au même moment que le petit Rafael, en virée à cheval dans la pampa, fait par hasard une rencontre inattendue, laquelle sera finalement lourde de conséquences.
Sandrine Collette est toujours à son avantage lorsqu'il s'agit de décrire les relations, souvent houleuses, entre membres d'une même famille, qu'elle soit de sang (Juste après la vague) ou de circonstance (Six fourmis blanches, Les larmes noires sur la terre). Mais ses familles sont rarement des plus unies, et celle d'Il reste la poussière, bien que nucléaire, n'est pas loin de l'explosion. Déjà présente dès le départ du roman, on sent la pression entre les uns et les autres monter, comme à l'intérieur d'une cocotte-minute.
Le scénario n'est sans doute pas des plus exceptionnels – c'est peut-être le roman de l'auteur le plus faible à cet égard – mais le personnage de Rafael est assez passionnant pour ne pas s'ennuyer un instant au cours de ces quelque trois cent pages.

Rude, sec, violent : ce roman et les relations entre les différents personnages qui le peuplent sont à l'image du décor et du climat de la pampa patagonienne où ils évoluent. Un Sandrine Collette efficace, à défaut d'être brillant.


_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
Page 6 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com