Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Nulle part sur la terre - Michael Farris Smith (Sonatine)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 43
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 3692
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Lun Fév 12, 2018 8:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En général, non. J'assume !
Mais là, je me suis dit que je m'étais fait des idées, que j'étais dans une mauvaise période pour lire ce roman et que sûrement mon avis était faussé et peut-être pas justifié ou légitime.
Et puis surtout, j'attendais de le terminer pour être certaine de mon ressenti et vous faire part de mon point de vue.

Et là, ce soir, je l'ai presque fini. J'étais de super bonne humeur, motivée comme jamais mais à nouveau, le style m'a vraiment fait tiquer. Quand on lit certaines phrases à haute voix, c'est particulièrement marquant.

Et en venant sur Polars Pourpres, paf, je tombe sur le post du Juge. Incroyable, ça m'a fait tout bizarre de voir qu'il avait la même perception que moi.

Ceci dit, pour modérer mon propos, ce roman est quand même facilement accessible et je ne prends pas du tout de déplaisir sur le fond.
Et les personnages principaux sont assez attachants, je ne peux le nier.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 29
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 7472
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 9:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

On a besoin de tous les avis. Il faut de tout pour faire un monde.
Mais ça y est, tu n'es plus toute seule. Wink

J'ai beaucoup aimé ce roman, et notamment les personnages.
Je n'ai pas remarqué ces répétitions, mais peut-être est-ce parce que j'ai lu ce roman principalement au coucher et que je me laissais porter par l'histoire plus que je n'essayais d'analyser le style de l'auteur...
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 32
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 5765
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 9:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'essaye pas d'analyser le style de l'auteur quand je lis un polar j'ai autre chose à faire. Mais là le style me rebute je n'adhère pas et cette répétition exagérée des "et m'a sauté aux yeux.
Iron', on s'en fiche de ce que pense la majorité si tu es à contre-courant il faut l'assumer. Et puis regarde l'avis de Grolandrouge lui non plus n'a pas aimé le style. Et n'a pas hésité à mettre un 5. Wink
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 36
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1822
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 10:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

Comme Hoel, je n'ai pas prêté attention à ces répétitions, rien qui n'a gêné ma lecture en tout cas, tellement emportée par tout le reste !
Mais quand on lit l'extrait posté par le Juge, hors contexte, c'est vrai que ça fait bizarre Confused

C'est bien que le livre ne fasse pas l'unanimité sinon les autres sélectionnés pour le prix n'auraient aucune chance !
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 32
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 5765
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 10:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je peine véritablement à avancer, mais comme il me reste les trois quarts du livre j'ai bon espoir de prendre enfin du plaisir à sa lecture...
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 29
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 7472
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 2:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Juge Wargrave a écrit:
Je n'essaye pas d'analyser le style de l'auteur quand je lis un polar j'ai autre chose à faire.


Ha ha, je t'imagine avec tes lorgnons, un dictionnaire et un bloc-notes du coup. Mr. Green
C'est pas ça que je voulais dire, bien sûr.
Ce genre de trucs, soit on ne le remarque pas, soit ça saute aux yeux comme tu dis, et puis on ne voit plus que ça et ça enquiquine. Dans Le fleuve des brumes, j'avais l'impression qu'à chaque fois que sonnait le portable du commissaire (ce qui arrivait assez souvent), l'auteur tenait à nous préciser qu'il avait l'Aïda de Verdi en guise de sonnerie.
Dans ma lecture actuelle, Les Animaux, il n'y a ni guillemets ni tirets cadratins pour introduire les dialogues et c'est assez insupportable, il faut sans arrêt se concentrer ou relire pour savoir si c'est quelqu'un qui parle ou quelqu'un qui pense ou juste la narration... Drôle de choix. Confused
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Fab
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 41
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 1892
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2018 8:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hoel a écrit:
Dans Le fleuve des brumes, j'avais l'impression qu'à chaque fois que sonnait le portable du commissaire (ce qui arrivait assez souvent), l'auteur tenait à nous préciser qu'il avait l'Aïda de Verdi en guise de sonnerie.


c'est vrai
_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9277
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 16, 2018 10:22 am    Sujet du message: Répondre en citant




Le Juge Wargrave a écrit:
J'étais persuadé d'avoir lu une remarque dans ce topic sur la surabondance des "et", en lieu et place de virgule, mais non j'ai dû rêver. Je trouve que ça rend certains passages pénibles à lire.
ex:
Citation:
"La boue jusqu'au genoux et monter à bord et s'enfoncer à la rame dans le marais et écouter et regarder et se sentir faire corps avec tout ce qui se passait autour. Rester assis à regarder le jour se lever et la lumière croître et brûler dans la brume du matin et l'air vibrant des cris des oiseaux et des bêtes affamées à la recherche de nourriture."
(p. 46).
Bon, si c'était un passage isolé, pas grave, mais l'auteur refait le coup plusieurs fois par la suite. Confused



En réalité, il n'y a pas besoin d'attendre la page 46 pour lire ce genre de phrases, dès le début du roman Farris Smith alterne ce type de "répétitions" avec d'autres phrases plus courtes.

Il ne s'agit pas d'un problème de traduction (Pierre Demarty, spécialiste en litté américaine, éditeur et auteur, est aussi l'un des meilleurs traducteurs actuels), mais bel et bien d'un choix littéraire fait par l'auteur - qu'on pourrait d'ailleurs comparer avec le choix littéraire fait par Sandrine Collette pour écrire ses Larmes noires sur la terre, par exemple.

Personnellement, j'avais repéré ce type de phrase dès la première page et, après avoir lu un roman français à l'écriture sèche et trop désincarnée à mon goût pour que j'accroche réellement, je dois dire que ça a fait mon bonheur.

Evidemment, la phrase seule, sortie de son contexte, peut paraître étonnante - voire rédhibitoire tant elle rompt avec l'écriture académique et formatée "Sujet + verbe + complément" qui malheureusement est le lot d'au moins 95% des polars actuels -, mais le fait est qu'elle convient parfaitement à la narration du texte de Farris Smith, je trouve.

Evidemment, toutes les phrases du roman ne sont pas similaires, mais j'ai trouvé que l'ensemble apportait une véritable profondeur narrative au texte, qui collait bien avec l'enchainement de mauvais coups qui s'abbatent sur les personnages.
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 41
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 1892
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Ven Fév 16, 2018 10:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

comme un Ellroy finalement, le côté staccato
_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 32
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 5765
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Fév 16, 2018 11:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:



Le Juge Wargrave a écrit:
J'étais persuadé d'avoir lu une remarque dans ce topic sur la surabondance des "et", en lieu et place de virgule, mais non j'ai dû rêver. Je trouve que ça rend certains passages pénibles à lire.
ex:
Citation:
"La boue jusqu'au genoux et monter à bord et s'enfoncer à la rame dans le marais et écouter et regarder et se sentir faire corps avec tout ce qui se passait autour. Rester assis à regarder le jour se lever et la lumière croître et brûler dans la brume du matin et l'air vibrant des cris des oiseaux et des bêtes affamées à la recherche de nourriture."
(p. 46).
Bon, si c'était un passage isolé, pas grave, mais l'auteur refait le coup plusieurs fois par la suite. Confused



En réalité, il n'y a pas besoin d'attendre la page 46 pour lire ce genre de phrases, dès le début du roman Farris Smith alterne ce type de "répétitions" avec d'autres phrases plus courtes.


J'ai jamais écrit qu'il fallait attendre la p.46. J'ai d'ailleurs écrit "exemple".

Il me reste une trentaine de pages à lire et j'ai enfin pris du plaisir lors de ma lecture mais il aura fallu attendre près de 150 pages. J'attends de voir comment l'auteur boucle son histoire pour fixer "ma" note.
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9277
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 16, 2018 12:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Juge Wargrave a écrit:


J'ai jamais écrit qu'il fallait attendre la p.46. J'ai d'ailleurs écrit "exemple".

Il me reste une trentaine de pages à lire et j'ai enfin pris du plaisir lors de ma lecture mais il aura fallu attendre près de 150 pages. J'attends de voir comment l'auteur boucle son histoire pour fixer "ma" note.



De toute façon, ce n'était pas un reproche que je t'adressais ! Wink

Personnellement, et comme je l'avais déjà dit, j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture dès le début du roman, le seul bémol que j'apporterais concernant ce texte vient du fait que sa progression dramatique m'a parue un poil décevante à partir de la 2eme moitié ou du dernier tiers du récit.
Mais je pense que c'est surtout parce que je suis un adepte de romans très noirs et que j'aurais par conséquent préféré que le destin des principaux personnages se révèle plus rude et plus sombre jusqu'à la fin.
Cela dit, ça reste malgré tout un très beau roman.
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 32
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 5765
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Fév 16, 2018 12:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis :

Citation:
Si l'on fait fi du style de l'auteur, ou plutôt si l'on finit par s'y accommoder, alors Nulle part sur la terre se laisse lire plaisamment. Il m'a toutefois fallu près de 150 pages pour m'y faire, ce qui est tout de même un peu long, blasé par exemple par des phrases interminables dans lesquelles Michael Farris Smith use et abuse du "et".
Mais il y a tout de même l'histoire et ses personnages.
Sur ce dernier point d'ailleurs, ce n'est pas Russell ni même Maben, les deux personnages principaux, qui m'ont le plus plu. J'ai préféré les "seconds rôles", le couple terrible Larry-Heather, l'énigmatique Consuela, le patriarche Mitchell, l'innocente Annalee, le flic Boyd etc...Une galerie de personnages fort réussie qui, tous, ont une place congrue dans l'histoire.
Quant à l'histoire, elle pourrait se résumer par l'expression "au mauvais endroit, au mauvais moment" (ou pas...) mais le titre du roman est bien plus pertinent.
Un récit assez sombre, parsemé de quelques éclats de lumière, brèves éclaircies (moments de grâce, clin d'oeil à la Vierge de deux mètres qui trône dans le jardin de Mitchell...) dans un ciel grisâtre. Les trente dernières pages sont très réussies.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com