Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Exécutions à Victory - S. Craig Zahler (Gallmeister)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10143
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Mar 30, 2015 4:53 am    Sujet du message: Exécutions à Victory - S. Craig Zahler (Gallmeister) Répondre en citant

Exécutions à Victory de l'Américain S. Craig Zahler fait partie des trois titres choisis par les éditions Gallmeister pour inaugurer leur nouvelle collection Neonoir, et a été publié dans une traduction de Sophie Aslanides.






Le livre :

Après un échange bref et brutal avec un flic de l’Arizona, un homme d’affaires se suicide.
La sanction tombe aussitôt.
Jules Bettinger, le flic désobligeant mais très décoré, est muté avec femme et enfants dans un trou perdu, à Victory, dans le Missouri.
Là, des pigeons morts jonchent les rues et on dénombre plus de sept cents criminels pour un policier.
Bientôt, dans cette ville glaciale, ce ne sont pourtant pas des pigeons mais des cadavres mutilés que Bettinger va ramasser à la pelle.

Les droits de ce roman ont été acquis par Hollywood et une adaptation est prévue avec Leonardo DiCaprio et Jamie Foxx dans les rôles principaux.



« Une voix originale qui prend à bras le corps les éléments du roman noir. Un livre tout sauf banal. Entrez dans le monde de S. Craig Zahler ! »
VARIETY

« Zahler est un conteur fabuleux, doté d’un sens féroce de l’authenticité. »
Kurt Russell

« La noirceur affleure en permanence, Zahler possède une science du dialogue et du rythme époustouflante. »
Jérôme Dejean, TRANSFUGE




>> Le site de l'auteur : http://scraigzahler.com/home.html

>> En savoir plus sur l'auteur : http://www.gallmeister.fr/auteurs/fiche/57/s-craig-zahler

>> La collection Neonoir : http://www.gallmeister.fr/la_maison/neonoir




L'auteur :

S. Craig Zahler est né en Floride et vit aujourd’hui à New York.
En plus d’être romancier et scénariste, il est batteur et parolier d’un groupe de heavy metal.
Il travaille actuellement à la réalisation de son premier film, Bone Tomahawk.
Exécutions à Victory est son premier roman publié en France.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Mar Nov 28, 2017 7:16 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10143
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Mai 16, 2015 4:18 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Yan sur son blog Encore du Noir :

Citation:

Exécutions à Victory de S. Craig Zahler



« Le nom de la ville, c’est Victory. (Bettinger ricana.) Pense au pire bidonville que tu aies jamais vu, chie dessus pendant quarante ans et tu auras une idée de ce à quoi ça ressemble. »


Il peut toujours ricaner, Jules Bettinger, il n’en demeure pas moins qu’après avoir involontairement poussé au suicide un type venu porter plainte c’est à Victory, dans le Missouri, qu’il est muté avec sa petite famille.
Et le tableau que lui brosse son nouveau chef lorsqu’il arrive est encore moins ragoûtant que ce qu’il pensait :


« - […] Environ soixante-dix pour cent des hommes entre dix-huit et quarante-cinq ans à Victory ont un casier judiciaire. Et il y a fort à parier que ceux qui vivent dans les zones abandonnées et les égouts font monter ce nombre à quatre-vingts pour cent. Un huit suivi d’un zéro, donc…

Bettinger fit la grimace.

-Bon, les chiffres sont effrayants. (Zwolinski fit craquer les jointures de ses doigts.) Chaque agent dans ce commissariat est responsable d’au moins sept cents criminels, parmi lesquels quatre à cinq cents ont commis des actes violents.

L’inspecteur se demanda si sa famille ne devrait pas vivre à plus de cent vingt kilomètres de Victory. »



Décor apocalyptique, entité presque dotée d’une vie propre et à l’atmosphère tellement viciée que les pigeons semblent s’y écraser par centaines quand ils passent au-dessus, Victory à tout d’un des cercles de l’enfer pour Bettinger, flic noir, honnête, sobre et père aimant.
Obligé de faire équipe avec Dominic Williams, policier récemment rétrogradé après avoir passé un criminel à tabac jusqu’à le rendre handicapé, le nouvel inspecteur malgré l’étendue du marasme qu’il découvre ne se doute pas de ce qui l’attend.
Car très vite, il apparaît qu’une bande de malfrats a décidé de débarrasser Victory de sa police.


Bettinger, c’est un peu le détective vu par Chandler dans son Simple Art of Murder (« Car dans ces rues sordides doit s’avancer un homme qui n’est pas sordide lui-même »), un héros positif, prêt à plonger dans la fange si c’est nécessaire.
Mais S. Craig Zahler ne le lâche pas dans une ville ordinaire.


À Victory les rues sont bien plus que sordides.
Magma de cadavres de pigeons en décomposition, labyrinthe d’immeubles abandonnés à moitié écroulés, immense étendue de gravats et de dépotoirs… on est plus proche du New York 1997 de John Carpenter que du Grand sommeil, aussi bien pour ce qui est du portrait de la ville qu’en ce qui concerne l’écriture.


Car Exécutions à Victory est une série B assumée, violente, dotée d’un humour douteux et de dialogues dans lesquels Zahler joue avec les poncifs du genre.
Mené à un train d’enfer sur cette ligne ténue qui sépare le bon pulp du ridicule, le livre réussit à ne pas verser du mauvais côté et se révèle même être un très bon roman, bien plus fin qu’il n’y paraît de prime abord, et dans lequel l’auteur n’épargne rien à ses personnages.








>> La chronique de Holden sur Unwalkers :

Citation:

Exécutions à Victory de S. Craig Zahler : détonnant !



Dès le premier chapitre on est dedans, et bien dedans, dans la mouise.
Le deuxième confirme, et après c’est l’autoroute jusqu’en enfer, jusqu’à une fin bien horrible mais magistrale.
Ne cherchez pas de compassion dans ce livre, pas dans cette ville de Victory, pas dans ce livre, non, non, non !

Ce livre détonne un peu dans la collection Néonoir, c’est le plus policier de tous et quel putain de polar !


Par « Saint Jules », et « grand gaillard », des mots qui reviendront sans cesse.
Un policier suite à une merdouille est muté dans une ville du Missouri où l’ordre n’est pas respecté, c’est le Bronx…. des années 70 et 80 en pire on dirait, bref le bordel.
Si le début de l’enquête commence par une histoire de nécrophilie qui nous permettra de se balader à Victory et de faire connaissance, la trame principale nous tombe dessus plus tard.
Et quelle trame, quelle bonne idée de génie de la part de l’auteur de redistribuer les cartes, d’enclencher les vitesses et de nous plonger dans le mur.

Attention, ça secoue sec, c’est ultraviolent, avec une fin, bah qui se finit en « ible ».
Vous avez le choix :

Terrible, horrible,…


L’écriture est fluide, sans superflu, directe, et la construction est étonnante, et surprenante, ce qui est rarissime.
Pour en finir, c’est donc un vrai policier très dur qui détonne dans tous les sens du terme par rapport aux autres livres, mais qui a sa place dans les découvertes de l’année.

Aucun faux pas pour cette nouvelle collection.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Mar Nov 28, 2017 7:02 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10143
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Oct 05, 2017 8:39 am    Sujet du message: Répondre en citant




Sortie poche aujourd'hui dans la collection Totem :






En même temps que la parution chez Gallmeister de Une Assemblée de chacals, le nouveau roman de S. Craig Zahler, traduit par Janique Jouin-de Laurens (on en parle ici sur le forum) :





Citation:


Après avoir tiré un trait sur leurs jeunesses de braqueurs et d’assassins, les quatre membres du “Gang du grand boxeur” mènent désormais des existences rangées et paisibles.
Jim a si bien réussi à refaire sa vie qu’il est sur le point d’épouser la sublime fille d’un shérif.
Mais un fantôme ressurgi du passé annonce qu'il compte s'inviter à la cérémonie et profiter de la fête pour régler de vieux comptes.
La mort dans l'âme, les quatre anciens amis n'ont plus qu'à se donner rendez-vous au mariage, où il faudra vaincre ou mourir.
Mais ce qui les attend dépasse de très loin tout ce qu'ils avaient pu imaginer...

Entre La Horde sauvage et les films de Tarantino, un western noir terriblement efficace.






_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10143
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Nov 28, 2017 7:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Nicolas Fanuel sur Encre Noire :

Citation:

Descente de flics

(Intéressant, mérite toute votre attention)



Parce qu'il s'est montré un peu rude avec un citoyen, l'inspecteur Jules Bettinger se voit muté dans la ville la plus criminogène du pays : Victory.
Lorsqu'il y débarque avec femme et enfants, c'est surtout le froid qui marque Bettinger : à côté de son Arizona natal, cette ville du Missouri semble tout droit sortie d'une lointaine contrée nordique.
Par après, en se rendant pour la première fois dans son nouveau commissariat, Bettinger comprendra à quel point la réputation de coupe-gorge de la ville n'est pas usurpée : barrage de voyous sur la route, bâtiments délabrés, sentiment perpétuel de menace latente : la cité semble abandonnée et hors de contrôle.


Très vite, il ressent la menace dont lui ont parlé ses nouveaux collègues : ici, les flics ne sont pas bien vus et ils se font descendre bien plus vite qu'ailleurs dans le pays.
Une seul moyen pour espérer tenir le coup : se serrer les coudes, faire confiance et se couvrir.
Pas facile lorsque vous soupçonnez votre nouvel équipier de manger à tous les râteliers.
Et pourtant, lorsque leurs premiers collègues tombent sous les coups de ce qui apparait comme une nouvelle bande organisée, Bettinger ne va pas tarder à choisir son camp.


Polar noir pur jus, Exécutions à Victory marque d'abord par son ton enjoué, ses répliques et pensées qui puisent résolument dans un humour ravageur, à l'ironie mordante et puissamment revigorante.
Par exemple, lors de la première rencontre entre Bettinger et son nouveau chef, alors que celui-ci le complimente : « je n'ai pas l'impression que vous soyez un connard », Bettinger lui répond : « donnez moi le temps ».
Quelques minutes plus tard, en guise de bienvenue sans doute, son nouveau coéquipier lui lance : « vous êtes plus noir qu'une putain d'éclipse ».
Toutefois, au fur et à mesure de la progression de l'intrigue, ce côté comique va s'estomper pour laisser toute la place à la plongée dramatique que vont connaitre les flics de Victory.


Si l'on se croyait au début dans un roman à la croisée d'Ed McBain et de Quentin Tarantino, ces deux influences vont progressivement se teinter d'une noirceur qu'ils revendiquent certes, mais sans doute pas de façon aussi approfondie.
Soyez prévenu donc, avec Exécutions à Victory, si l'on ne s'ennuie pas, si les personnages gagnent très vite en cohérence et en crédibilité, si l'humour et la droiture de Bettinger nous réchauffent bien souvent le coeur, on nage en plein roman noir.
Excès de violences, personnages exubérants et autres situations dantesques seront donc de la partie, revendiquées comme telles et, pourvu que l'on ait le coeur accroché et l'esprit ouvert à ce genre de réjouissances, on en sortira ravi !



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com