Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Ne fais confiance à personne - Paul Cleave (Sonatine)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Sep 02, 2017 6:27 am    Sujet du message: Ne fais confiance à personne - Paul Cleave (Sonatine) Répondre en citant

Pouvant se lire indépendamment de ses précédents textes, Ne fais confiance à personne, le nouveau thriller de Paul Cleave, vient de paraître chez Sonatine dans une traduction de Fabrice Pointeau.






Le livre :

Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables.
Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang.
Nous ne sommes pas très raisonnables.
Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes.
Leurs ouvrages peuvent nous donner des idées regrettables, favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes.
Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.


Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est.
À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ?
Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs.
Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ?
Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer.
Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Entre Shutter Island (Dennis Lehane) et Un employé modèle, Paul Cleave signe sans conteste avec Ne fais confiance à personne son chef d’œuvre.



« Une sacrée réussite ! Ce livre est un modèle du genre. Vivement le prochain ! » Le Point

« Entre thriller drolatique et polar cauchemardesque, l'auteur creuse une veine originale, où on le suit en hurlant d'effroi et de bonheur. Oui… la ville de Christchruch a du souci à se faire. » 
Elle





>> Le site de l'auteur : http://www.paulcleave.co.nz/

>> Sa page Facebook : https://www.facebook.com/PaulCleave/





L'auteur :

Paul Cleave est né à Christchurch, Nouvelle-Zélande, en 1974.
Ne fais confiance à personne est son sixième roman publié chez Sonatine Éditions.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Sep 02, 2017 7:18 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Philippe Lemaire sur Onlalu :

Citation:

Un Paul Cleave virtuose



Dans le paysage international du polar, le Néo-zélandais Paul Cleave donne à entendre un ton unique.
Un mélange de distance, d’humour noir, de dérision qui tient à la nature même des histoires qu’il crée.
Ce quadra tranquille, dont le talent s’épanouit à Christchurch mais qui adore sillonner l’Europe, a le don de se glisser dans la peau de types qui se croient sains d’esprit et se révèlent dangereusement tordus.
Au fil de leur monologue intérieur, on en vient vite à douter, à suspecter des horreurs.
C’est le mécanisme de ses cinq premiers romans, depuis Un employé modèle (2010) jusqu’à Un prisonnier modèle (2016).
C’est encore celui de son nouvel opus, Ne fais confiance à personne, avec davantage encore de niveaux de lecture et de fausses pistes.


D’entrée, on découvre un certain Jerry confessant un meurtre à une jeune policière qu’il trouve très sympathique.
Sinon qu’il décrit un crime imaginaire, sorti d’un des polars qu’il a publiés, et que l’inspectrice est sa fille.
Jerry est romancier et atteint de la maladie d’Alzheimer.
Son entourage est d’autant plus inquiet qu’il s’enfuit régulièrement de l’établissement où il est placé et que des morts inexpliquées coïncident avec ses fugues.


Dans une construction virtuose jusqu’à donner le tournis, mais qu’il maîtrise parfaitement, Paul Cleave juxtapose les deux temps de sa narration.
Un présent immédiat où l’histoire de Jerry semble s’écrire à mesure qu’on la lui remémore, pour s’effacer aussitôt.
Un passé situé au moment où la maladie se déclarait, où son histoire s’écrivait sous ses yeux et où il a essayé de la consigner dans un « cahier de la folie », pour anticiper les effacements de sa mémoire.
L’auteur y intercale des extraits du fameux cahier qui, loin de nous éclairer, rendent le mystère plus épais encore : on croit y voir tantôt une accusation, tantôt une confession.


Alors, victime ou salaud ?
Le présent nous montre un Jerry pathétique, cherchant désespérément à enquêter sur lui-même, soucieux de s’innocenter, mais prêt aussi à assumer les indices de sa culpabilité.
Le passé nous le montre sous un jour bien moins flatteur.
D’un temps à l’autre, l’image de son entourage change aussi du tout au tout, brouillant un peu plus les pistes.
C’est un des fondamentaux du polar : le personnage à deux visages.
Le romancier néo-zélandais l’accompagne de l’ombre malfaisante de la maladie dont Jerry, affranchi des conventions, parle sans retenue ni tabou, comme un autre lui-même qu’il méprise.


Entre le Jerry malade d’aujourd’hui, le Jerry en bonne santé d’hier et le Jerry écrivain à cheval sur les deux, on finit par se demander, finalement, où est le « vrai ».
Et s’il est ou non un tueur.
L’intrigue criminelle est étourdissante, mais Paul Cleave ne se contente pas d’en tenir fermement les rênes : il a visiblement réfléchi sur ce qu’il écrit et pourquoi il l’écrit.
Doublé de ce jeu subtil sur l’inspiration, Ne fais confiance à personne est à coup sûr son livre le plus abouti.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com