Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

le Lourd Secret de John Irving

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fredo
Michael Myers


Age: 43
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8623
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Ven Oct 06, 2006 2:02 pm    Sujet du message: le Lourd Secret de John Irving Répondre en citant

C'est le deuxième article que je découvre sur cet auteur que je ne connais que de nom. Et puis plutôt que de me contenter de vous parler de ce jolie article, je me suis finalement décidé de le transcrire, ça ne fait pas de mal des fois...



François Vey pour le Parisien a écrit:


L'écrivain américain a découvert tardivement son père biologique et ses demi-frères et soeur. De cette vie cachée, il a fait un roman extraordinaire, "Je te retrouverai". Rencontre avec un lutteur délivré d'un pesant fardeau.

Cet homme râblé, à la crinière très blanche, est resté un lutteur. En ce jeudi matin, réveillé dès 5h30, John Irving, 64 ans cette année, attqaue son deuxième petit-déjeuner. Après avoir rédigé trois long fax, il a lu la presse internationale. Installé dans la suite d'un palace parisien, l'auteur du "Monde selon Garp" porte des chaussures bateau un peu fatiguée. Des piles de son nouveau livre sont entassées dans un coin.
Cette nouvelle histoire, la plus longue qu'il ait jamais écrite- l'une des plus bouleversante aussi-, lui a demandé sept ans de travail. Il adore la couverture de l'édition française, avec une superbe poitrine de femme tatouée d'un coeur brisé, barrée du titre : "Jet te retrouverai".




François Vey pour le Parisien a écrit:


"Les gens se font tatouer pour porter des marques de vie, jamais recouvertes", explique Irving de sa voix grave. Lui porte un tatouage sur l'épaule gauche et un autre au bras droit. C'est par là que tout à commencé : en entamant une nouvelle vie avec sa deuxième femme, il s'est passionné pour l'histoire du tatouage, alors qu'il essayait, depuis quelques temps, d'y voir plus clair sur ses origines.

"La lutte m'a servi d'exutoire"

Sa mère remariée, qui l'a élevé, ne lui a jamais rien dit sur son géniteur. Jusqu'au jour où elle lui a montré les lettres d'amour qu'il lui a envoyait lorsqu'il était soldat durant la guerre du Pacifique. "Mon père m'a été caché, c'était un secret, un mystère, confie l'écrivain. Si j'avais voulu le trouver, cela aurait été facile : je connaissais son nom et c'était un ancien militaire. En deux jours, on l'aurait retrouvé. Mais j'avais tellement peur de découvrir un sale type que je préférais ne pas le connaitre." Irving l'a donc fantasmé, en imaginant un organiste passionné, au corps entièrement tatoué de notes de musique.

Et puis, en travaillant sur ce livre, il a fait la connaissance, en décembre 2001, d'un de ses demi-frères, puis de sa demi-soeur. Il a su alors que son père était mort (cinq ans plus tôt) et que c'était un "homme bien". Cela l'a rassuré sur la force de la fiction, qui peut permettre d'approcher la vérité. Et aussi aidé à mieux se comprendre. "Si j'ai eu ce désir si fort d'écrire, cette obsession d'inventer des histoires, de créer des personnages, c'est à cause de mon enfance. Je me suis inventé des pères - mon entraineur de lutte, mon prof de littérature, l'écrivain Kurt Vonnegut -, j'ai imaginé des histoires avec toutes sortes de versions possibles : que pouvait-il m'arriver d'autre ? qu'est-ce qui aurait pu être pire ?"

Avant d'être un écrivain extrêmement populaire aux Etats-Unis*, John Irving a été lutteur de haut niveau. Cela m'a servi d'exutoire pour toute cette colère accumulée. C'est un sport très dure, extrême, j'étais un pratiquant acharné, fanatique." Il en a conservé des souvenirs physiques douloureux : nez, coude, épaule, doigts cassés? A présent, c'est la littérature qui le fait souffrir. A la fin de l'entretien, il nous a montré son index droit, déformé par la rédaction de son dernier pavé (850 pages). Il l'a entièrement écrit à la main une première fois, usant de la première personne du singulier ("Ce 'Je' donnait de la force à mon histoire") puis une seconde fois à la troisième personne (pour s'en détacher). "La lutte vous blesse, l'écriture vous blesse." Irving, l'obsessionnel, continue à creuser son sillon, "comme un cheval de labour".

*En France, les livres de John Irving se sont vendus au total à plus de 2,2 millions d'exemplaires, toutes éditions confondues. "Le Monde selon Garp" a atteint 850 000 exemplaires et "l'Oeuvre de Dieu, la Part du Diable" 550 000 Exemplaires.



Résumé du livre
Dans ce nouveau roman, John lrving nous raconte l'histoire de l'acteur Jack Burns, fils d'Alice, tatoueuse professionnelle, et de William Burns, organiste et grand amateur de tatouages envolé à la naissance de son enfant. Agé de quatre ans, Jack sillonne avec sa mère tous les ports de la mer du Nord, à la poursuite du père fugitif. Un périple qui le marquera à jamais. Tandis que William le séducteur fait tonner les orgues de Scandinavie et des Pays-Bas, Alice le talonne et gagne sa vie en tatouant sur des épidermes consentants des coeurs brisés, des fleurs voluptueuses et des serments de fidélité. Déçus dans leur quête, mère et fils s'embarquent bientôt pour le Nouveau Monde où l'enfant va grandir hanté par le fantôme de ce père auquel il redoute, et s'efforce pourtant, de ressembler. Des femmes plus âgées abuseront de lui, il en séduira bien d'autres. Car à vingt ans Jack est bien décidé à tirer parti de son visage d'ange et de sa mémoire prodigieuse pour faire carrière à Hollywood. Sauf que, privé des modèles de mère et de père, il excelle dans des rôles de travesti. Quant à sa mémoire, n'est-elle pas sous influence ?

Biographie de l'auteur
John Irving est né en 1942 et a grandi à Exeter (New Hampshire). Avant de devenir écrivain, il songe à une carrière de lutteur professionnel. A vingt ans, il fait un séjour à Vienne. Puis, de retour en Amérique, il travaille sous la houlette de Kurt Vonnegut Jr à l'Atelier d'écriture de l'université de l'Iowa. Premier roman en 1968 : Liberté pour les ours! suivi de L'Epopée du buveur d eau et d'Un mariage poids moyen. La parution du Monde selon Garp est un évènement et lui assure la renommée internationale. Dès lors, l'auteur accumule les succès tant auprès du public que de la critique. je te retrouverai est son onzième roman. Marié et père de trois garçons, John Irving partage son temps entre le Vermont et le Canada.

# Broché: 850 pages
# Editeur : Seuil (1 Oct 2006)
# Langue: Français
# ISBN: 2020844966
# Dimensions (en cm): 15 x 4 x 22

_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com