Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Rural noir - Benoît Minville (Série Noire)
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 7:30 am    Sujet du message: Rural noir - Benoît Minville (Série Noire) Répondre en citant

Après un roman enfance et deux romans young-adults (Je suis sa fille et Les Géants), Benoît Minville fait son entrée dans le roman noir avec Rural noir, qui paraît aujourd'hui à la Série Noire.






Le livre :

Adolescents, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables ; ils arpentaient leur campagne et formaient un «gang » insouciant.
Puis un été, tout bascule.
Un drame, la fin de l"innocence.
Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis.

Évoquant à la fois La guerre des boutons de Louis Pergaud et la tradition du « country noir » américain, oscillant entre souvenirs de jeunesse et plongée nerveuse dans la réalité contemporaine d'une « France périphérique » oubliée de tous, Rural noir est un roman à la fois violent et tendre ; évoquant l'amitié, la famille, la culpabilité.



>> Lire un extrait



>> La page Facebook de l'auteur : https://www.facebook.com/MinvilleBenoit/



L'auteur :

Benoît Minville est né en 1978 à Paris et vit à Sartrouville (Yvelines).
Il doit à sa mère libraire de lui avoir inoculé le doux virus : il est entré en librairie pour un été et y est toujours, quinze ans plus tard.
Lecteur passionné de tout livre qui transporte une énergie, son amour de la culture est " encré " jusqu'au bout des bras.
Auteur aux Editions Sarbacane d'ouvrages pour adolescents et jeunes adultes, Rural noir est son premier roman à paraître à la Série Noire.







_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
scarabe
Serial killer : Leland Beaumont


Age: 42
Inscrit le: 11 Sep 2009
Messages: 1177
Localisation: Annecy

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 7:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pitch intéressant.
_________________
http://scribouillardelouest.wordpress.com/
http://terredunoir.blogspot.fr/
https://lesarcheos.wordpress.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 7:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et très bon livre !
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
thibe
Complice


Age: 40
Inscrit le: 29 Sep 2015
Messages: 180
Localisation: Charleroi

La Ligne Noire

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 8:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:
Et très bon livre !


Tu l'as déjà lu? Bien écrit? Prenant?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 8:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

thibe a écrit:
norbert a écrit:
Et très bon livre !


Tu l'as déjà lu? Bien écrit? Prenant?


Pour l'instant je n'ai lu que la version du livre juste avant qu'il ne parte chez l'éditeur. Je sais que la fin a été modifiée donc je vais le relire ! Mais oui, très prenant, des pages magnifiques sur l'adolescence, l'amitié, la solidarité, une grande tendresse pour (tous) les personnages, j'avais beaucoup aimé.
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
thibe
Complice


Age: 40
Inscrit le: 29 Sep 2015
Messages: 180
Localisation: Charleroi

La Ligne Noire

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2016 8:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ce retour. Il me tente bien...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Fév 20, 2016 5:14 am    Sujet du message: Répondre en citant




Benoît Minville présente son roman :



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 41
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 1833
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Lun Fév 22, 2016 7:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je ne vais pas réussir à le faire durer plus loin que demain,je le dévore. ça sent le gros coup de cœur
_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Fév 22, 2016 10:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Fab a écrit:
je ne vais pas réussir à le faire durer plus loin que demain,je le dévore. ça sent le gros coup de cœur


C'est normal ! Very Happy
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 41
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 1833
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2016 7:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Rural Noir c'est le Club des 5 qui dérape,c'est Stand by Me qui tourne mal,c'est l'insouciance qui disparait et les conséquences qu'il aurait fallu assumer et qui vous reviennent tôt au tard en pleine gueule.
Passé et présent s'entrechoquent dans cette campagne qui a pris la crise de plein fouet. Les plus débrouillards s'en sortent mais rarement sans franchir la ligne.
Rural Noir c'est les promesses "à la vie,à la mort" qui s'envolent, c'est les amitiés qui s'effilochent face aux aléas de la vie et aux choix à faire mais qui parfois renaissent plus fortes qu'auparavant.
Après le déjà très bon Les Géants, Benoit Minville nous livre avec beaucoup d'aisance et de fluidité une magnifique histoire de potes,de valeurs,de racines où la violence et la tendresse se tirent la bourre jusqu'au bout.
chapeau camarade,pour une 1ère dans La Série Noire c'est un coup de maitre
_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 26, 2016 5:11 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

Campagne noire


J’ai croisé pour la première fois le très sympathique Benoît Minville lors du dernier festival toulousain où il était invité en tant qu’auteur jeunesse.
Et je savais qu’il passait cette année chez les vieux, à la Série Noire.
Ce Rural Noir était très attendu.


Après dix ans d’errance autour du monde, Romain revient dans son village de la Nièvre.
Il espère renouer avec le gang : Chris, son frère plus jeune de deux ans, Vlad, son meilleur ami, et Julie, celle dont ils étaient tous amoureux.
Un gang qui avait commencé à se lézarder lors de l’été de ses 14 ans.

Romain a fui le village à vingt ans, juste après la mort accidentelle de ses parents.
Depuis Chris a été soldat puis est revenu, il est marié avec Julie et, le jour de son retour, Romain apprend que Vlad, qui trempe dans pas mal d’affaires louches, est dans le coma.
Il a été tabassé à mort.

Ce qu’il reste du gang va se ressouder et se déchirer, les souvenirs de cet été remontent à la surface et les griefs liés à dix ans d’absence éclatent.
Pour le meilleur ou pour le pire…


Nicolas Mathieu, Franck Bouysse, Anne Bourrel, Patrick Delperdange et maintenant Benoît Minville, pour ceux que j’ai lus…
Il y a, c’est indéniable, de nouveaux auteurs de polar français (et belge) qui explorent la crise dans nos campagne.
Avec beaucoup de talent.
Rural noir ; c’est comme si le titre de ce dernier roman paru résumait à lui seul cette nouvelle « vague ».

Ceci dit, la question n’est pas de savoir s’il y a une nouvelle tendance, mais si ces romans sont bons.
Et là, sans hésitation, la réponse est OUI !

Et elle vaut aussi pour Rural noir.
Une construction classique, avec un événement traumatique passé, annoncé dès le départ, des alternances présent-passé, et deux mystères en parallèle : que s’est-il passé il y a une quinzaine d’années, que s’est-il passé aujourd’hui.
Construction classique donc, mais classique ne veut dire ni ennuyeux ni facile.
Benoît Minville mène son affaire de main de maître et fait monter le suspense et la tension.

Mais ce n’est pas tout.
Son roman vaut également (et surtout) pour la justesse émouvante de l’évocation du gang adolescent, avec son mélange de rébellion, de goût de la musique, d’amours naissantes (qu’on trouverait n’importe où en France) mais aussi, et c’est là qu’on retrouve la campagne, les moments de liberté totale au bord d’une rivière, ou sur un vélo, le plaisir de sentir le soleil, d’être dans l’herbe, d’écouter les oiseaux, de lire au bord de l’eau …
Ou comment parler de tous les ados du monde, tout en étant très local et spécifique.
C’est très réussi.

Et puis il y a la partie plus sombre, en contrepoint de cette partie lumineuse : le drame passé, et surtout la situation actuelle, avec des villages et des petites villes qui se meurent, de chômage, de misère et d’ennui ; des gens désœuvrés ; et les mêmes saloperies qu’à la ville, trafics de drogues, petits boulots, racisme, traumatismes des anciens soldats, disparition progressive des services de l’état …

Ajoutez à tout cela quelques magnifiques portraits.
Un gang qu’on aime à la folie, même quand il déconne, quelques croquemitaines qui ne dépareraient pas chez Lansdale, des silhouettes de poivrots de westerns, et un mélange de Stand by me et de La guerre des boutons (la vraie, celle du bouquin et de la version avec Galabru, Dufilho et l’effrayant Jean Richard, pas les resucées insipides).

Vous aurez compris, j’espère, qu’il faut lire Rural noir.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Fév 29, 2016 6:31 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Baptiste Liger dans L'Express :

Citation:

Rural noir, un polar au coeur de la France profonde


Benoît Minville réussit une greffe magistrale entre le polar de terroir à la Pierre Pelot et son équivalent "redneck" américain.


Bienvenue dans le Bazois, en plein de coeur de la Nièvre.
C'est dans ce petit coin de la France profonde que Romain a grandi.
Elle est loin l'époque où il allait draguer les Parisiennes au barrage de Fleury.
Dix ans après l'avoir quitté, il retrouve ce décor, aux portes du Morvan dans lequel, désormais, on ne compte plus les maisons délabrées avec un panneau "A vendre".

Son frère Chris est devenu potier et vit avec leur amie Julie, infirmière.
Des copains ont mal tourné, comme Vlad, "le gars des mauvais choix".
A force de multiplier les petites combines, il serait devenu le plus gros dealer de la région.
On le retrouve "roué de coups", à l'agonie, dans un champ.
Que s'est-il passé ?

Premier roman du libraire Benoît Minville, Rural noir réussit une greffe magistrale entre le polar de terroir à la Pierre Pelot et son équivalent "redneck" américain.
Bourré de références à la culture heavy metal, l'auteur s'est emparé des codes du genre pour mieux rendre crédible cette peinture d'une bourgade paupérisée.
Et pas si paisible.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
thibe
Complice


Age: 40
Inscrit le: 29 Sep 2015
Messages: 180
Localisation: Charleroi

La Ligne Noire

MessagePosté le: Mar Avr 26, 2016 8:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'en suis à un peu plus de la moitié du livre...

Alors, oui, c'est "bien écrit", mais... je ne peux pas du tout parler de coup de cœur... dialogues parfois un peu lourds, concours de circonstances qui ne me convainquent pas, personnages pas assez nuancés à mon goût Sad une petite déception à l'heure actuelle.

Spoiler:
Question: en France, les infirmières ne sont pas "écartées" du travail dès le début de leur grossesse comme en Belgique?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8913
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Avr 27, 2016 9:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

thibe a écrit:
J'en suis à un peu plus de la moitié du livre...

Alors, oui, c'est "bien écrit", mais... je ne peux pas du tout parler de coup de cœur... dialogues parfois un peu lourds, concours de circonstances qui ne me convainquent pas, personnages pas assez nuancés à mon goût Sad une petite déception à l'heure actuelle.

Spoiler:
Question: en France, les infirmières ne sont pas "écartées" du travail dès le début de leur grossesse comme en Belgique?



Pour ton spoiler, je n'en ai aucune idée.
Pour le reste, je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir, je n'avais d'ailleurs pas parlé de "coup de coeur" même si de toute façon je n'ai toujours pas lu le roman définitif, ni même de "roman parfait", j'avais parlé plus haut du ressenti que j'en gardais et de ce qui m'avait plu dans le manuscrit. Wink
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
thibe
Complice


Age: 40
Inscrit le: 29 Sep 2015
Messages: 180
Localisation: Charleroi

La Ligne Noire

MessagePosté le: Lun Mai 02, 2016 7:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis... moins enthousiaste que certains, j'ai sans doute loupé quelque chose... mais voilà...

Citation:
Comme le relate le résumé du livre, l’histoire commence quand Romain rentre au village, 10 ans après son départ. Les chapitres alternent entre le présent et le passé du « gang » constitué par Roman, Chris, Vlad et Julie. Vlad a déraillé, s’est séparé de Julie, qui a trouvé refuge dans les bras de Chris. Romain, son frère, qui était par le passé attiré par Julie, est hanté par ses émotions passées, par le souvenir de cet amour secret. Quant à Vlad, c’est avec Cédric qu’il fait désormais des «affaires», Cédric «l’étranger», celui dont les parents se sont installés au village, qui n’était pas le bienvenu, mais qui s’était juré de marquer son territoire et d’y faire la loi. Au retour de Romain, les pires malheurs s’enchaînent, entre les règlements de compte entre les bandes dans lesquelles Vlad s’est fourré, et coups de gueule entre frères (celui qui part est toujours vu comme le lâche qui a fui pour avoir une vie plus facile, débarrassé des emmerdes de la place, et celui qui reste est pour sa part celui qui n’a pas voulu voir autre chose, qui s’est entêté dans une vie peut-être plus sécurisante – quoique…).
Avec Rural noir, Benoît Minville nous dépeint le portrait d’une campagne où tout chavire quand ses jeunes vont chercher le contact avec les bandes urbaines. Une campagne où la nostalgie du passé ne pourra jamais le faire revivre, où les erreurs du passé pèsent lourdement, mais où la solidarité entre potes, au-delà de la complexité des relations, au-delà des errements de chacun, dominent et permet de surmonter l’épreuve que peut constituer le fait qu’un ami a pris un chemin qu’on lui a pourtant maintes fois recommandé de ne pas emprunter. Peut-être parce qu’on aime plus que tout y rester «entre soi»? L’auteur ne répond pas à toutes les interrogations, et laisse le lecteur libre d’interpréter sa lecture d’un certain milieu rural.
L’écriture est forte et sans concession. Si je n’ai pas été totalement convaincu par des personnages un peu trop caricaturaux à mes yeux, j’ai toutefois, paradoxalement peut-être, apprécié la force des sentiments que l’auteur a voulu communiquer à ses lecteurs.


http://les-lectures-de-thibe.over-blog.com/2016/04/benoit-minville-rural-noir-gallimard-serie-noire-2016.html

Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com