Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

La Porte du vent - Jean-Marc Souvira (Fleuve Noir)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 47
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 11541
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Avr 08, 2023 5:02 pm    Sujet du message: La Porte du vent - Jean-Marc Souvira (Fleuve Noir) Répondre en citant

Huit ans après Les Sirènes noires, Jean-Marc Souvira fait son grand retour avec La Porte du vent, paru début janvier chez Fleuve Noir.






Le livre :

Il ne faut pas sous-estimer le poids des traditions...

Pourquoi ces deux vieillards, venus l'un de Chine et l'autre d'Israël, ont-ils décidé de se recueillir ensemble sur cette mystérieuse tombe chinoise d'un cimetière militaire picard de la Première Guerre mondiale ? Pour le commandant Dalmate, la présence de ces personnages sur le territoire national n'augure rien de bon. En effet, ils sont, chacun dans leur pays, à la tête d'organisations criminelles dont les ramifications s'étendent jusqu'en France.
Or, depuis peu, les règlements de comptes entre ces communautés s'intensifient ; une escalade de violence qui semble échapper au contrôle des forces de l'ordre. Mais le monde ne date pas d'aujourd'hui, et c'est peut-être dans le passé que se trouvent les réponses capables d'apaiser les esprits. Dans des amitiés nées il y a bien longtemps, au cœur des tranchées...

Polar sombre et sans temps mort, mais aussi grand roman historique, La Porte du vent marque le retour de Jean-Marc Souvira. Policier à la renommée internationale, l’auteur du Magicien et des Sirènes Noires mûrit ce projet depuis plusieurs années.



« On en sort à bout de souffle en espérant qu'il ne faudra pas attendre huit ans le prochain roman... »
- Thomas Bauduret, K-libre

« La Porte du vent nous embarque de France en Chine sur la trace de communautés juives et chinoises tour à tour alliées et ennemies. Un grand polar doublé d’un formidable roman historique. »
- Fabrice Drouzy, Libération



> Lire les premières pages



L'auteur :

Jean-Marc Souvira est commissaire divisionnaire, il exerce au sein de la Police judiciaire depuis plus de vingt-cinq ans. Il a dirigé l'Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains, puis l'OCRGDF (l'Office Central pour la Répression de la Grande Délinquance Financière). Il est actuellement en poste à la Direction de la Coopération Internationale.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 47
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 11541
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Avr 08, 2023 6:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant




En dépit de sa très belle couv, j'étais totalement passé à côté de la sortie de ce gros polar de quasi 600 pages. Non seulement l'auteur, que je ne connaissais que vaguement de nom, ne m'intéressait à priori pas spécialement, mais en plus... acheter un grand format d'une collection qui n'a pas la même maquette de couverture d'un titre à l'autre a tendance à me rebuter (oui je sais, je suis très spécial en ce qui concerne l'objet livre ! Mr. Green ) Enfin, surtout, mon attention avait été accaparée par d'autres sorties de cette rentrée d'hiver 2023.

Et puis mon intérêt a fini par être aiguisé par plusieurs articles élogieux dans la presse, ainsi que par les nombreux coups de coeur de lecteurs sur le net.. Au final, j'ai découvert la double thématique particulièrement alléchante de ce polar, et j'ai été convaincu par l'avis enthousiaste de Thomas Bauduret sur K-libre :

Citation:

Saga mafieuse

Enlevé par des inconnus, roué de coups, le commandant de police Paul Dalmate va finir dans une tombe anonyme au beau milieu d'un bois. Qu'est-ce qui a bien pu se passer ? Quelques mois plus tôt...
Longtemps, mafia juive et triade chinoise ont vécu en bonne entente. Aujourd'hui bien menacée : en représailles d'une affaire sordide, Richard Nathan et ses gardes du corps sont abattus en pleine rue par les frères Yang, membres de la triade de Shen Li. Richard Nathan qui était en association avec Éric Chen à l'insu de leurs mafias respectives. Une affaire inhabituelle : les deux clans, chinois et juifs, étaient liés par une multitude de ramifications et les différends financiers se réglaient à l'amiable, pas dans le sang. La violence n'est jamais bonne et somme toute, personne n'avait intérêt à ce qu'elle explose, même quand une tentative de représailles fait la mauvaise victime. Shen Li et Albert Nathan vont tenter d'éviter un nouveau bain de sang. Un trafic de came pourrait-il être à son origine ? Les deux patriarches ont toujours refusé de toucher à la drogue, leurs clans respectifs gagnant bien assez d'argent comme ça. Et ce d'autant plus que les autorités policières ont le trafic de drogue dans leur viseur et que les peines sont bien plus sévères.
Mais l'origine de toute cette histoire peut aussi remonter à la première boucherie mondiale, lorsque les Célestes, ces Chinois embauchés par l'armée française, sont arrivés en France. Parmi eux, le légendaire Zhang, le Chinois juif, médecin doué pour les langues, qui fera vite la liaison entre sa communauté et l'armée. Zhang qui se souvient que les triades des origines étaient avant tout des organisations d'entraide. Dans l'enfer des tranchées peuvent naître d'improbables amitiés, déjà avec ces noirs américains traités de haut par l'administration américaine, mais qui forcent vite le respect de tous. Mais aussi avec Chaïm, avec qui ils s'enfuiront à la fin de la guerre. Des liens parfois plus forts que ceux du sang...

Contrairement aux usineurs de thriller industriel, Jean-Marc Souvira, qui a débuté dans le polar avec le très réussi Magicien, n'est pas des plus prolifique. On le comprend si c'est pour sortir des textes aussi énormes — 580 pages bien tassées et, incroyable mais vrai, sans une longueur — et ambitieux...
Le tout semble faire revivre ce sous-genre qu'est la saga mafieuse, née bien sûr avec Le Parrain, novateur pour son époque, mais en ayant compris ce qui fait sa spécificité : moins une série de fusillades et autres règlements de comptes arbitraires que les rapports complexes qui régissent ces organisations pyramidales composées d'individualités diverses — même si on n'échappe pas au cliché des anciens respectueux des traditions face aux jeunes sans morale, heureusement traité avec plus de légèreté qu'à l'habitude.
Mais à mi-chemin, le roman vire au récit historique traitant de pans peu connus de la Première Guerre mondiale, long passage qui rappelle les meilleures sagas historiques de Hong Kong : ce personnage plus grand que nature de Zhang pourrait être l'un des héros légendaires du panthéon chinois à la Wong Fei Hung, auquel on pense parfois. Ce qui n'empêche pas l'auteur de conclure sa saga mafieuse de façon satisfaisante après quelques unes de ces scènes d'action dont il a le secret. On en sort à bout de souffle en espérant qu'il ne faudra pas attendre huit ans le prochain roman...





Jean-Marc Souvira répond aux questions de Lisez! :

Citation:
Ouvrez « La Porte du vent » de Jean-Marc Souvira

Après sept ans d’absence, Jean-Marc Souvira, policier à la renommée internationale, signe son grand retour avec un roman qu’il mûrit depuis plusieurs années maintenant. Un polar, mais également un récit plein d’humanité qui, sans en avoir l’air, porte un touchant message de tolérance et de bienveillance. À l’occasion de la parution de La Porte du vent, prévue le 5 janvier 2022, il nous fait le plaisir de répondre à nos questions.


1/ Votre livre s’ouvre sur des règlements de comptes entre les communautés juive et chinoise de Paris, une escalade de violence qui échappe aux autorités et qui va vous amener à aborder tout un pan de notre histoire qui est à la fois peu connu et passionnant. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

La trame de ce roman a pris naissance lorsque je dirigeais l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière à la police judiciaire. Je voyais les deux communautés, juive et chinoise, travailler ensemble sur d’importantes opérations illégales qui se chiffraient en centaines de millions d’euros. Leurs mécanismes bien rodés, fluides, étaient d’une redoutable efficacité. Comment ces clans, aux origines, cultures et modes de pensée si différents, pouvaient-ils se rejoindre ? Finalement, après bien des recherches, j’ai trouvé à quel moment cette rencontre avait eu lieu et dans quelles circonstances, une rencontre qui remonte à loin dans le temps et qui n’est pas banale. Je vous laisse le découvrir dans ce roman que j’ai pris plaisir à écrire.

2/ Cette partie historique vous a, nous l’imaginons sans peine, demandé un important travail de documentation. Comment, ensuite, avez-vous remodelé toute cette matière pour que le réel devienne si romanesque ?

Le travail de documentation a été en effet très important. Pour autant, la consultation des livres et des rares documents sur le sujet ne suffisait pas à nourrir le roman. Pour offrir un souffle de vie à mes personnages, je devais impérativement m’imprégner des lieux où tout a commencé. J’ai alors découvert la vie de ces jeunes juifs et Chinois, compagnons d’infortune pendant la Première Guerre mondiale.

Par ailleurs, j’ai profité de mes missions à l’étranger, notamment en Chine et en Israël, mais aussi en France, pour m’entretenir avec celles et ceux qui pouvaient me livrer des informations et me raconter ce pan méconnu de l’histoire. Ce qui n’a pas été simple, la mémoire des hommes s’effaçant quand l’écrit n’est pas là.

Ensuite, une fois toutes ces données compilées, je me suis attelé à la création de mes personnages, une étape essentielle, car ce sont eux qui ont apporté du romanesque et de l’humanité dans la partie historique du roman.

3/ Dans ce polar ambitieux, sombre et sans temps mort, vous mettez en scène de nombreux personnages, tous très différents les uns des autres, mais tous très forts, attachants, émouvants, y compris ceux qui ont le mauvais rôle. Est-ce qu’il y a un personnage en particulier dont vous aimeriez nous parler ?

Les nombreux personnages, dont certains ont réellement existé et d’autres sont le fruit de mon imagination, animent La Porte du vent. L’humain est un être de nuances et de complexité. Il n’est pas tout noir ou tout blanc. Il est guidé par des émotions, des ambitions, par la colère, par l’amour, etc. Je me suis attaché à chacun au cours de cette aventure, mais deux d’entre eux occupent une place particulière.

Paul Dalmate, tout d’abord. Le commandant de police qui veut comprendre le déchaînement de violence entre ces communautés et tire subtilement le fil de l’intrigue. Il devra aussi se confronter aux tourments de son enfance. C’est un policier profondément empathique et déterminé, au point de mettre sa vie en danger.

Et puis il y a Zhang. Un Chinois d’une vingtaine d’années plein de poésie, de sagesse quand il tisse le lien entre les communautés juive et chinoise, et de bienveillance quand il manie « les aiguilles qui soignent ». Arrivé pendant le conflit de la Première Guerre mondiale, il connaîtra l’horreur des tranchées, et traversera le fracas des armes.






_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 47
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 11541
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Avr 21, 2023 5:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je quote ici une discussion que j'ai eu dans la Playlist avec Fab :

norbert a écrit:
Fab a écrit:
norbert a écrit:
Après une petite déception avec :





toi aussi tu as trouvé que la partie flashback en un seul bloc est trop longue, mais vraiment beaucoup trop longue? Un autre roman dans le roman quasiment


Totalement, c'est le gros ventre mou du roman - sur 200 pages - avec en plus un traitement assez manichéen des personnages. Même si on apprend des choses et que la partie où ils arrivent sur le front est un poil plus intéressante, je me suis globalement bien ennuyé durant ce 2e tiers du bouquin...
(Pour le reste, ça se lit bien, mais n'est pas DOA qui veut.. Du coup, j'étais pressé de le finir, là où j'aurais volontiers repris 400 pages de plus avec Rétiaire(s) de DOA, par exemple)


En attendant un avis plus détaillé de ma part (non, vous ne rêvez pas Laughing, ça fait quelques jours que je m'y prépare mentalement, pour ce titre et pour Rétiaire(s) de DOA )
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 35
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 11276
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Nov 21, 2023 1:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Jean-Marc Souvira a reçu il y a quelques jours le Prix des Lecteurs du 19e Festival du Polar de Villeneuve-Lez-Avignon pour ce roman.
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com