Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

1793 - Niklas Natt och Dag (Sonatine)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10566
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Aoû 02, 2019 6:22 am    Sujet du message: 1793 - Niklas Natt och Dag (Sonatine) Répondre en citant

Après avoir lu plusieurs avis (très) enthousiastes sur ce thriller historique, je suis vraiment tenté par ce 1793 du Suédois Niklas Natt och Dag traduit chez Sonatine par Rémi Cassaigne.






Le livre :

Un roman phénomène qui renouvelle le roman historique et le thriller nordique.

1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence.
C’est dans cette atmosphère irrespirable que Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre au jour une sombre et terrible réalité.

Puissant, noir et fiévreux, 1793 évoque les univers de James Ellroy, de Tim Willocks et d’Umberto Eco. En tête des ventes dès sa sortie en Suède, célébré par une critique dithyrambique dans plus de trente pays, c’est un coup de maître. On n’a pas fini d’en entendre parler.



« On a l'impression de plonger dans un tableau de Bosch - tout est violence, monstruosité, folie et puanteur ! - en compagnie d'un Sherlock crépusculaire et ambigu ! Du pur roman noir historique ! »
Renaud - Librairie des Lucioles

« Ce roman est une bombe ! Sur quatre saisons et quatre personnages, Niklas Natt och Dag , nous conte la violence et l'instabilité de l'année 1793 en Suède. Ce thriller historique nous emporte dans une sombre enquête autour d'un monstre sanguinaire. Certainement l'un des meilleurs romans du genre depuis Le Parfum de Patrick Süskind ! »
Jean-Paris - Fnac Lille

« L'écriture ultra-détaillée, quasi naturaliste, nous embarque immédiatement. Les odeurs de sang, de poudres de canon, les cris, les visages tristes, sales, marqués par la vie. C'est noir, fiévreux et puissant. »
Sandrine Bajos - Le Parisien

« Un véritable tour de force littéraire. Une histoire intelligente et pleine de suspense dont vous vous souviendrez longtemps. »
Verdens Gang, Norvège

« Parfaitement documenté, aussi étouffant et troublant que Le Dahlia noir de James Ellroy, imprévisible dans ses rebondissements et son final, ce petit bijou nordique est signé d'un sang bleu local qui fait son entrée dans la littérature avec un fracas digne des sans-culottes parisiens débarquant dans la chambre de Marie-Antoinette. »
Jean-Christophe Buisson - Le Figaro Magazine

« L'écriture de Niklas Natt och Dag est brillante et organique. Il signe là un roman à succès qui a le mérite de décrire avec précision une époque tout en étant à d'autres égards clairement exaltant. »
Aftenposten, Norvège

« 1793 est un premier roman et un chef-d'oeuvre, impossible à lâcher une fois commencé. Histoire absolument passionnante, personnages puissants, écriture totalement maîtrisée et surtout la Stockholm plus vraie que nature. Sans aucun doute l'un des cinq meilleurs polars des 10 derniers mois. Une splendeur. »
Europe 1




L'auteur :

Niklas Natt och Dag est né en 1979.
L’histoire familiale de l’auteur est intimement liée à l’Histoire de Suède. Il est issu de la famille suédoise noble la plus ancienne qui ait survécu. Ses ancêtres furent responsables du meurtre du rebelle Engelbrekt en 1436. Ils dirigèrent l’armée qui céda la ville de Stockholm aux Danois en 1520. Sa famille fut contrainte à l’exil après avoir demandé l’abdication de Charles XIV en 1820.
Le nom de famille de l’auteur, Natt och Dag, peut se traduire littéralement par « Nuit et Jour ». L’origine de ce nom provient des armoiries familiales qui représentent un bouclier scindé horizontalement, en doré et en bleu.
Quand il n’est pas en train de lire ou d’écrire, l’auteur s’adonne à une autre de ses passions, la musique. Il joue de la guitare, de la mandoline, du violon ou encore du shakuhachi, une flûte en bambou japonaise.
Niklas Natt och Dag vit à Stockholm avec son épouse et leurs deux fils.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10566
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Aoû 03, 2019 4:25 am    Sujet du message: Répondre en citant




Avec déjà un beau 10/10 de la part de Gamille67 sur PP :

Citation:

Une plongée dans le Stockholm de 1793 à couper le souffle, un récit d'une richesse exceptionnelle, des personnages inoubliables, une construction narrative originale qui décuple l'intérêt et l'attention du lecteur, un cadre historique restitué avec fidélité parfois de manière incroyable, un premier roman tout simplement extraordinaire.




La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

1793, un excellent polar historique


Sonatine a visiblement décidé de mettre le paquet, j’ai même entendu une pub sur France Inter ! Voici donc le premier roman d’un jeune suédois au nom imprononçable Niklas Natt och Dag : 1793.


1793, le roi Gustav III de Suède, qui a laissé un très mauvais souvenir est mort assassiné, le prince est jeune, et la paranoïa est de mise autour de lui. A Stockholm les pauvres, les mutilés de la guerre de Gustav contre la Russie, les femmes sans ressources, les jeunes qui arrivent en quête d’aventure et de fortune surnagent comme ils peuvent dans le froid, la crasse, et face à l’arbitraire d’une police totalement corrompue.

C’est dans ce décor que Jean Michael Cardell, colosse amputé d’un bras, survivant des batailles navales de Gustav survit, de cuite en cuite, jusqu’au jour où il repêche un corps démembré. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un des rares incorruptibles parmi les policiers, qui se meurt de tuberculose. Avec l’aide de Cardell, ils vont tenter de rendre justice à cet anonyme, et remuer la pourriture jusque très haut dans une société suédoise en pleine décadence qui tremble de voir arriver jusqu’à elle les soubresauts de la révolution française.


Avant de faire quelques mises au point, très subjectives, oui, 1793 est un excellent roman noir. C’est dit.


Ensuite, les références de la quatrième de couverture, au Parfum ou à Ellroy
C’est pour moi beaucoup plus puissant que Le Parfum que j’avais trouvé original mais gentil, et on ne trouve pas le souffle d’Ellroy. Dernière référence qui m’était venue à l’esprit en lisant le résumé, forcément, La Religion du maître Tim Willocks. Là aussi, de mon point de vue, on en est assez loin. Loin de la puissance d’évocation, loin de la tornade, loin de cette façon terriblement charnelle de décrire la violence qui vous prend aux tripes. Je ne me suis pas fait emporter par ce roman comme par le maelstrom Willocks.


Ces mises au point faites, on peut être moins fantastique que La Religion et quand même être un excellent roman.


Finalement, le côté thriller et enquête, plutôt réussi dans sa construction et qui recèle quelques surprises, n’est pas ce qui distingue 1793 du tout venant. C’est son côté historique, et le parti pris de l’auteur de décrire la Suède de cette époque non du point de vue des puissants et des intrigues de cour, mais de celui d’un peuple qui souffre.


On se gèle, on patauge dans la boue, ça pue, c’est horriblement malsain, on y tombe malade. Les femmes sont atrocement maltraitées, par tous, pasteurs, flics corrompus, matons dégueulasses, aucune pitié pour les faibles. C’est la jungle dans le froid et la nuit. Le peuple a été envoyé à la boucherie pour les guerres d’un roi devenu de plus en plus fou, on le laisse ensuite crever à petit feu.


C’est là tout l’intérêt du roman, poisseux, violent, crade et pourtant humain. On est dans Dickens ou Zola, on découvre un lieu et une époque peu communs ici, et on a l’enquête en plus.
Une vraie découverte.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10566
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Aoû 07, 2019 12:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant




Et un 9/10 de la part d'OttisToole sur PP :

Citation:

Aussi brillant sur le fond que sur la forme, "1793" est un thriller historique foisonnant et passionnant.
Avec son ambiance délétère proche du gothique et de l'horreur pure, le roman oscille entre les genres pour mieux jouer avec le lecteur.
Une plongée angoissante dans une Suède à l'agonie pour un premier roman fascinant! Sans nul doute LA merveille de 2019 à lire à tout prix.





La chronique de Bernard Poirette sur Europe 1 :

Citation:

1793, de Niklas Natt och Dag

Chaque samedi, Bernard Poirette vous fait découvrir ses coups de cœur en matière de polar.


1793. A Paris, la Terreur fait rouler les têtes par milliers dans la sciure. Dans toute l’Europe, on observe avec épouvante la sanglante révolution française. Jusqu’en Suède, où le royaume de Gustave IV est en pleine paranoïa antirévolutionnaire. Dans un lac nauséabond de Stockholm, des enfants découvrent un tronc humain ; masculin assurément mais impossible à identifier. Deux hommes fort différents vont s’atteler à cette tâche : Jan Michaël Cardell, un vétéran de guerre manchot désormais auxiliaire de police ; une brute alcoolique certes, mais très intelligent.


Et Cecil Winge, un homme de loi dévoré par la tuberculose et dont la fin est proche. En cherchant à rendre justice au cadavre mystérieux, ces deux-là vont se heurter à tout ce que la cour du roi Gustave compte d’ordures, de sadiques et de corrompus. Leur enquête débouchera sur une incroyable vérité, directement liée à la révolution de France.


Je ne vous en dis pas plus. Mais bien plus que d’habitude, j’espère que ce résumé vous donne envie de lire ce livre, 1793, que je qualifie sans aucune hésitation de chef-d’œuvre.
C’est un premier roman, impossible à lâcher une fois commencé. Histoire absolument passionnante, personnages puissants, écriture totalement maitrisée, traduction parfaite et surtout, surtout la Stockholm de cette époque, plus vraie que nature. Un cloaque infâme où la police rafle les filles des rues et les enchaîne aux métiers à tisser des bagnes filature.


Un cauchemar à l’air libre où l’on patauge dans les ordures et où les gueux sont heureux s’ils passent trente-cinq ans. Une société atroce et impitoyable dont la hache du bourreau ivre mort fait un travail nettement moins propre que notre guillotine.
Et finalement, sans aucun doute, l’un des cinq meilleurs polars des dix derniers mois. Une splendeur.
1793 du Suédois Niklas Natt och Dag – qu’il me pardonne si j’écorche son nom - est paru chez Sonatine. Il s’en est vendu 200.000 en Suède. On doit pouvoir faire mieux.





Finalement je me le suis pris aussi, avec Les 7 morts d'Evelyn Hardcastle et Un homme dans la brume de Dorothy B. Hugues. Il me reste 60 pages du Mike Nicol (toujours très bon, d'ailleurs) et ce soir j'enchaînerai directement avec ce 1793.
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10566
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Aoû 12, 2019 11:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Vraiment excellent ce roman !
J'ai attaqué le dernier quart du bouquin hier, et non seulement c'est captivant (et finalement facile à lire, moi qui avais peur avec les patronymes suédois), mais en plus la construction en 4 parties est remarquable et la reconstitution historique assez époustouflante, on y est vraiment dans cette Suède sombre, crasseuse et violente, avec des personnages particulièrement bien campés auxquels on s'attache tout de suite. Bref, je recommande vivement !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9840
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Sam Avr 25, 2020 10:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis vient de paraître sur Polars Pourpres.



Sur Polars Pourpres, Hoel a écrit:
Natt och Dag : c'est plus le jour que la nuit !

Stockholm, automne 1793.
Un vétéran de la récente guerre russo-suédoise, Jean Michael Cardell, encore mal réveillé de sa cuite de la veille, découvre dans le lac de Fatburen un corps. Enfin, ce qu’il en reste : le corps qui flotte n’a plus ni bras ni jambes. Le chef de la police Norlin décide de confier l’enquête à Cecil Winge, un homme de loi brillant dont les jours sont comptés à cause d’une affection pulmonaire. Un semblant d’autopsie permet rapidement de constater que les blessures de la victime non seulement ne sont pas à l’origine de sa mort, mais que les amputations ont été faites proprement, avec toutes les précautions d’usage.

Premier roman de Niklas Natt och Dag, descendant d’une des plus anciennes familles de la noblesse suédoise, 1793 est présenté par Sonatine comme un « thriller historique ». Sans que cela ne soit tout à fait faux, gageons qu’il conviendra davantage aux amateurs de romans historiques qu’aux aficionados de thrillers purs et durs.
Bien que certaines parties s’étirent un peu plus que d’autres, le suspense est présent. Mais l’auteur ne nous fait pas véritablement nous attacher à un personnage pour lequel on frissonnerait véritablement. Le cadre – la Suède des années 1790 – est en revanche très bien rendu par l’auteur, qui s’est semble-t-il abondamment documenté. L’action se déroule donc quelques années après la guerre qui a opposé les troupes de Gustav III à l’armée russe de Catherine II et l’année suivant la mort du monarque suédois. La Révolution française est dans toutes les têtes et la monarchie suédoise craint une propagation. Le roman, on l’imagine, ne souffre pas d’approximations tant tous les éléments semblent plus vrais que nature. Niklas Natt och Dag explique en fin d'ouvrage qu'il a même vérifié les noms d'époque de chaque lieu mentionné. En outre, il a fait le choix de faire évoluer de vrais personnages historiques, comme le chef de la police Johan Gustav Norlin, aux cotés de ses propres protagonistes.
Le roman se découpe en plusieurs parties, inégales en taille comme en intensité. Mettant en scène divers personnages, on ne saurait en dire beaucoup plus sans faire de révélations dommageables pour le plaisir de lecture. L’intrigue, habilement construite, est globalement de qualité bien que certains pourront lui reprocher quelques longueurs. La confrontation finale est en revanche excellente et l’on se rend compte dans les ultimes pages que l’auteur, roublard, en avait encore gardé sous la semelle.

Efficace et passionnant malgré quelques temps plus faibles, 1793 est un premier roman de très bonne facture, qui rappelle par moments des œuvres telles que Le Parfum ou La Religion, et qui devrait ravir les amateurs de polars historiques.


_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com