Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Douve - Victor Guilbert (Hugo Thriller)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fredo
Michael Myers


Age: 47
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8933
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Mai 08, 2022 9:32 pm    Sujet du message: Douve - Victor Guilbert (Hugo Thriller) Répondre en citant


Citation:
UN VILLAGE PERDU AU MILIEU DES SAPINS; DEUX MEURTRES QUE QUARANTE ANS SÉPARENT; UN GAMIN QUI A "DOUVE DANS LES VEINES".


" Le gamin a Douve dans les veines."
Cette phrase, prononcée par son père quand il n'était encore qu'un enfant, l'inspecteur Hugo Boloren ne l'a jamais oubliée. Alors quand il apprend qu'un meurtre a eu lieu à Douve, il y voit un signe. Son père est mort, l'Alzheimer a dilué les souvenirs de sa mère ; c'est sa dernière chance de comprendre en quoi ce village perdu au milieu d'une forêt de sapins lui coule dans les veines.
Tout ce qu'il sait, c'est que son père, policier lui aussi, a été envoyé à Douve il y a quarante ans pour enquêter sur la fuite médiatisée d'un Islandais accusé de meurtre, et que sa mère, journaliste, l'a accompagné pour écrire un livre sur l'affaire.
Que s'est-il passé là-bas et pourquoi ont-ils toujours refusé d'en parler ?
Armé du livre écrit par sa mère, Hugo Boloren va plonger dans ce village peuplé d'habitants étranges, tous unis par un mystère qui semble les hanter. Au fil de son enquête, une question va bientôt s'imposer : et si le meurtre qui a récemment secoué le village était lié au séjour de ses parents, quarante ans plus tôt ?


_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fredo
Michael Myers


Age: 47
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8933
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Mai 08, 2022 9:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Depuis que je dévore des livres, et des films, je me suis souvent posé la même question : qu'est-ce qui fait de bons personnages dans un livre ou un film ? Je ne m'en cache pas : j'ai souvent besoin d'avoir de bons personnages pour ensuite pouvoir apprécier une bonne histoire. Je suis bien plus indulgent avec l'un que l'autre. Et j'ai rarement l'occasion d'apprécier l'inverse.

Et donc, qu'est ce qui fait selon moi un bon personnage ?

La réponse, je l'ai trouvé grâce à un de mes films cultes, que j'ai vu et revu des dizaines de fois : Alien, réalisé par Ridley Scott et écrit par Dan O'Bannon.

Qu'est-ce qui fait de Ripley, Brett ou Parker des personnages bien campés, bien ancrés dans les couloirs du Nostromo ? Pourquoi sont-ils si rapidement attachants ?

Parce que ce qu'on leur insuffle ce supplément d'âmes qui représente selon moi 80% de la caractérisation d'un personnage : ses routines.

Ripley, Brett et Parker rendent crédibles les décors du Nostromo, car ils l'habitent avec leurs rituels, leurs routines, leurs habitudes. Ces petites choses d'apparences toutes simples mais qui permettent au personnage de se développer en quelques pages, ou quelques minutes. Quand ils bricolent et qu'ils entreprennent des réparations, quand ils se chamaillent, quand ils mangent, quand ils posent leur main sur un mur, ou qu'ils actionnent des mécanismes de leur environnement, ils nous font entrer dans leur quotidien en un claquement de doigt.

Et c'est l'instrument qu'utilise Victor Guilbert, pour nous présenter le héros de sa série de romans, Hugo Boloren (Hugo B./Hugo Éditions ?). L'auteur nous offre son personnage avec trois routines : la première gorgée de bière (si vous ne connaissez pas, je vous invite à vous ruer sur La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm) ; la bille ; et les carrés de chocolat.

Dès les premières pages de Douve, Victor Guilbert nous prend par la main pour ne la lâcher qu'à la dernière page de son histoire. En me rendant Hugo Boloren si attachant, grâce à ces quelques trucs de "romagicien", il fait la promesse de m'offrir un voyage que je n'oublierai pas.

J'ai lu Douve essentiellement dans le métro. Et il fait partie de ces livres qui deviennent à leur tour un rituel. J'arrive sur le quai, j'ai le livre en main. Je descends du métro, je le range. J'attends le prochain moment où je vais pouvoir ouvrir le livre. Je m'installe sur un strapontin pour 12 ou 2 stations. Je le range. Je reprends l'histoire au chapitre suivant. Je l'abandonne avant une journée de boulot. Je le retrouve à l'issue.

J'aime bien cette mise en abyme qui donne naissance au paradoxe du lecteur : d'un côté les rituels du héros ; de l'autre, ceux du lecteur. Lesquels nourrissent l'autre ?

Je vous invite à y réfléchir, en commençant par déguster un carré de chocolat.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 48
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 4716
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Mai 10, 2022 10:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

Quel enthousiasme Fredo, ça fait plaisir à voir ! Et surtout cela donne envie de se plonger dans ce Douve que tu as si bien mis en valeur.
Le fameux rituel dont tu parles me fait penser à celui que j'avais en lisant le Fléau de Stephen King que je trimbalais non pas dans métro mais sur les bancs de la fac, jour après jour, inlassablement, et pourtant il était lourd le bougre !
_________________
“Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.” George R. R. Martin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fredo
Michael Myers


Age: 47
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8933
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mar Mai 10, 2022 3:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime bien tenter de me souvenirs où j'étais en lisant tel ou tel livre. C'est magique de remonter ainsi le temps.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com et C'est Culturellement Dingue sur TikTok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
patoche77
Meurtrier


Age: 59
Inscrit le: 07 Mar 2020
Messages: 497
Localisation: 77 sud

Miserere

MessagePosté le: Sam Déc 31, 2022 4:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

mon avis

Citation:
Je découvre Victor Guilbert avec cette étrange histoire intitulé Douve.
Etrange et inclassable, pas vraiment thriller, un peu noir, un peu policier, mélange des genres.
Etrange parce que Douve est un village reculé en pleine forêt et c’est en quelque sorte le deuxième personnage principal de ce roman, cerné par les marais et une forêt dense, une seule route y mène et une fois arrivé c’est un cul de sac, on ne peut que revenir que par ou l’on est venu, un bout du monde rural.
Le premier personnage c’est bien sur notre policier Hugo Boloren, étrange aussi, un patchwork de policier, pas vraiment définissable, mais qui vous fera penser à plusieurs policiers que l’on a déjà lu ou vu au cinéma ou la tv. Personnage fort empathique qui vous scotche, vous ne savez pas trop comment et pourquoi, mais qui m’a personnellement attiré.
Une étrange histoire aussi avec un meurtre récent qui vient rebondir sur l’histoire de ce village avec de vilains faits pendant et après la guerre 39/45.
Etrange aussi parce que Hugo aurait été conçu à Douves, 40 ans auparavant alors que son père policier et sa mère journaliste enquêtaient sur le massacre d’une famille dans ce même village.
Etrange tous les villageois qui vivent en huis clos avec des comportements bizarre.
Bref, vous l’avez compris, c’est étrange tout ça.
J’ai aimé mais pas tout, j’ai trouvé la première partie intéressante, ensuite, sans m’ennuyez vraiment, j’ai trouvé parfois le temps long avec un manque d’actions ou d’événements, çà avait tendance à patiner dans la choucroute, et c’est plutôt lent comme rythme. Mais c’est aussi sans doute le charme de ce roman avec une atmosphère particulière
Mais bon finalement, j’y ai trouvé de l’intérêt et de l’attirance.
C’est bien là, le principal.

_________________
Je vais toujours bien.....ou presque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com