Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Le Verdict - Nick Stone (Série Noire)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9389
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Jeu Nov 08, 2018 4:38 pm    Sujet du message: Le Verdict - Nick Stone (Série Noire) Répondre en citant

Délaissant Max Mingus et Haïti, Nick Stone revient aujourd'hui à la Série Noire avec Le Verdict. Un beau bébé (720 pages) traduit par Frédéric Hanak.



Après une jeunesse pour le moins erratique, Terry Flint s’est marié, a eu deux enfants et occupe depuis quelques mois la fonction de greffier chez KRP, un important cabinet d’avocats. Un soir, alors qu’il est seul au bureau, il répond à un appel qui ne lui est pas destiné et se voit chargé par l’associée qui s’occupe des affaires pénales de la seconder dans un procès pour meurtre qui promet d’être retentissant : Vernon James, tout juste élu « manager éthique » de l’année, est accusé d’avoir assassiné une jeune femme dans la suite de l’hôtel qu’il occupait après la remise de son prix.

Ce que ne sait pas Janet, la supérieure de Terry, c’est que lui et Vernon ont été les meilleurs amis du monde, avant que Vernon n’anéantisse l’existence de Terry…
Par peur de perdre son poste, Terry décide de ne rien dire. Mais colère et ressentiment menacent de le pousser à faute face à cet homme qui risque de gâcher son existence pour la deuxième fois.



_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Nov 15, 2018 8:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Miam !
Je viens de le recevoir et c'est effectivement un beau bébé. Moi qui avais adoré sa formidable trilogie autour du personnage de Max Mingus (Tonton Clarinette, Voodoo Land et Cuba Libre), j'ai hâte de me plonger dans ce nouveau thriller à l'intrigue radicalement différente.
En tout cas, les critiques anglo-saxonnes pour Le Verdict sont très bonnes, le comparant à un John Grisham anglais au meilleur de sa forme.





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Déc 15, 2018 10:52 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

700 pages de divertissement signées Nick Stone



Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus de nouvelles de Nick Stone, auteur de l’excellente trilogie consacrée à Max Mingus.
Il revient avec un roman complètement différent, Le Verdict.


Terry Flint est greffier chez KRP, un gros cabinet d’avocats londonien.
Il a coupé les ponts avec sa famille qui vit encore dans un quartier populaire de la capitale.
Ainsi qu’avec les souvenirs embrouillés d’une jeunesse qui l’a vu souvent perdre les pédales sous l’emprise de l’alcool.
Il est maintenant casé, marié, père de deux enfants.

Sa vie pourrait changer quand sa chef, Janet Randall, le prend comme assistant pour un procès retentissant : l’homme d’affaire Vernon James, très en vue depuis quelques années, est accusé du meurtre d’une jeune femme.
Toutes les preuves sont contre lui et Janet est en charge de la défense.
L’occasion pour Terry de se faire remarquer et la première marche pour devenir avocat.
Mais, car il y a un mais, Terry connait bien Vernon, son ami d’enfance et d’adolescence.
Et surtout l’homme qui l’a trahi et l’a fait plonger dans l’alcool.
Un passé que ses employeurs ignorent complètement.


Ceux qui ont lu les trois premiers romans de Nick Stone, avec leur enracinement dans l’histoire des Haïtiens, que ce soit chez eux ou dans la communauté de Miami, risquent d’être surpris, et peut-être un peu déçus.
Cette toile de fond est ici absente et ce dernier livre est moins dense que les trois premiers.


Par contre quel plaisir de lecture !
Nick Stone rentre dans un cadre très anglo-saxon et très codifié : le thriller judiciaire.
Et il le fait très bien.
Il respecte tous les codes, n’élude aucune scène obligatoire, passe par tous les clichés, fait monter le suspense, et termine sur le point d’orgue attendu : le procès, qu’il mène de main de maître avec ce qu’il faut de tension, de coups de théâtre, et de joutes d’avocats…
Je ne lirais pas que ça, mais quand c’est aussi bien mené, c’est une vraie récréation.


Mais alors me direz-vous, pourquoi lire Le Verdict plutôt que n’importe quel autre roman de procès ?
Et vous aurez raison !
Je ne vais pas rentrer dans de la publicité comparative, juste vous dire que l’auteur a réussi à imprimer sa patte à cet exercice de style.


Grâce à Terry, personnage attachant qui se débat avec ses problèmes et avec son passé (passé qui sera aussi révélé petit à petit avec une vraie science de l’intrigue), grâce à l’accusé qui est particulièrement antipathique, et qu’on voudrait quand même voir innocenté, vu que l’on suit son équipe de défense, grâce à une réflexion sur la justice, sur le rôle de la défense et celui du jury.


On ne se fait pas secouer comme chez Don Winslow, on n’apprend pas autant de choses que chez Colin Niel, on n’est pas ému comme chez Nicolas Mathieu, mais on passe un très bon moment de lecture, les pages tournent toutes seules, et on n’a pas l’impression d’avoir été pris pour un imbécile.
C’est parfois ce que l’on cherche en lisant un polar.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 31
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 9389
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Dim Déc 30, 2018 1:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dernier avis de l'année 2018, et voici le verdict, paru à l'instant sur Polars Pourpres.



Sur Polars Pourpres, Hoel a écrit:
Le coupable idéal

Terry Flint, marié, deux enfants, vient de commencer un nouveau travail : greffier pour un gros cabinet d'avocats londonien. Rapidement bien vu chez KRP, on lui propose de travailler sur une grosse affaire qui défraie la chronique en ce moment, le procès de Vernon James. L'homme d'affaires à succès, fraîchement élu « personnalité éthique de l'année », est accusé de meurtre. On a retrouvé une jeune femme étranglée dans sa luxueuse suite, et bien qu'il nie, tout semble l'accuser. Selon ses employeurs, c'est l'occasion ou jamais pour Terry de faire ses preuves et d'acquérir de l'expérience sur le terrain. Seulement, ce qu'ils ne savent pas et qui tourmente Terry, c'est que Vernon était son meilleur ami d'enfance. Enfin... avant de lui gâcher la vie. Coincé s'il veut conserver son emploi, Terry accepte la mort dans l'âme.

On a connu Nick Stone, à la Série Noire déjà, avec sa série haïtienne consacrée à Max Mingus : Tonton Clarinette (Prix SNCF du Polar 2009), Voodoo Land et Cuba libre. Changement total de registre ici. Exit les Caraïbes et le thriller sombre. Place à Londres – où réside désormais l'auteur – et à un polar procédural de facture tout ce qu'il y a de plus classique.
Si quelques flashbacks nous en apprennent plus sur le passé, en partie commun, de Terry et Vernon, l'essentiel du récit se déroule dans l'univers de la justice : au sein des bureaux de Kopf-Randall-Purdom, au parloir de la prison, puis à Old Bailey, cour criminelle principale d'Angleterre.
L'objet-livre, un pavé de plus de sept cents pages, est presque effrayant. Pourtant, Nick Stone réalise le tour de force de ne jamais ennuyer son lecteur. Précis dans les procédures sans jamais être pédant, l'auteur donne à voir le quotidien des avocats et autres greffiers engagés dans la course contre la montre d'un grand procès criminel, qui plus est quasiment perdu d'avance. En effet, tout semble accuser Vernon James, que personne ne croit d'ailleurs innocent à KRP, Terry y compris. Très médiatisé, le procès est une vitrine pour la firme spécialisée dans le droit des affaires, qui espère ainsi diversifier son activité. En creusant un peu pour préparer le procès, la défense se rend compte que certains éléments sont pour le moins intrigants et surtout, que la police, ravie d'avoir un coupable tout désigné, semble avoir quelque peu bâclé son enquête.
Les rebondissements sont nombreux et parfois excellents et les personnages, sans être géniaux, sont assez sympathiques pour qu'on s'y intéresse. Vernon James, présenté par certains comme un requin assoiffé d'argent et de conquêtes, est plus complexe qu'il n'y paraît. Enfin, les retrouvailles improbables entre Terry et Vernon, qui s'étaient brouillés et perdus de vue depuis des années, amènent Terry à se poser bien des questions.

Passionnant du début à la fin, Le Verdict est un procédural comme on en fait peu. Nick Stone y mêle avec talent un côté « whodunit » à l'ancienne et les codes du thriller : chapitres courts se terminant bien souvent par des révélations, rythme trépidant... Une véritable réussite, dans un registre différent de ses premiers romans. Nombreux devraient être les curieux à se demander ce que nous réservera Nick Stone la prochaine fois.


_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Jan 16, 2019 3:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Laurent Greusard sur K-libre :

Citation:



Le Verdict


Objection, votre honneur !




Vernon James est une personnalité du monde des affaires qui dès le début du roman de Nick Stone reçoit un important prix qui récompense son éthique.
Quelques heures après, il est arrêté dans ses bureaux car, dans sa chambre d'hôtel, s'il a laissé un mini-bar en mauvais état, il a surtout laissé le cadavre d'une jeune femme étranglée dans son lit.
Et quand pour sa défense il avoue qu'il est innocent et qu'il se trouvait bien là mais avec une autre femme, il devient très difficile de l'innocenter.
Les choses pourraient encore se compliquer pour lui car il choisit comme avocats ceux de la branche pénale de son cabinet d'affaires.
Or, le greffier chargé de son dossier n'est autre que Terry, qui fut un de ses amis d'enfance, qui lui servit d'alibi lors de la mort de son père et qui fut rejeté en première année de faculté par ce même Vernon James.
Terry n'est pas rancunier de nature, mais il pourrait profiter de l'occasion pour se venger.
À peine commence-t-il à enquêter pour préparer le procès, qu'il découvre des erreurs qui le chagrinent.
Le rôle de ses propres employeurs ne semble pas non plus extrêmement net.


Les manœuvres des différents protagonistes du procès, les luttes d'influence, les allers-retours entre les preuves et les argumentations du système anglo-saxon deviennent le cœur du roman.
Afin d'éviter d'ennuyer le lecteur par une structure convenue et répétitive, Nick Stone ouvre l'histoire en direction de plus d'actions.
C'est ainsi que Terry se trouve déterminé à comprendre ce qui se cache derrière ce qu'il devine être un piège tendu à son vieil ami et, à mesure qu'il commence à dévoiler des pistes (et l'auteur est très fort pour laisser des indices visibles mais peu compréhensibles qui se révéleront être importants, titillant le lecteur), les voit se refermer par une suite de morts de plus en plus suspectes.
L'arrière-plan, plus conventionnel, est animé par la personnalité de Terry, entre son passé qui refait surface et qui le plombe (une ancienne petite amie qui est devenue la femme de Vernon James, qui cumule, le fait qu'il ait sombré dans l'alcool, ses relations rompues avec sa famille jugée de trop basse extraction sociale...) et son présent où il tente de fonder une nouvelle vie de famille.
Cet arrière-plan présente par rapport aux romans américains des habitués du genre du prétoire ce côté plus spécifiquement britannique qui joue sur les classes sociales, sur les antagonismes de classe et sur les gens qui essaient de passer plus ou moins clandestinement de l'autre côté du plafond de verre.
Il constitue la toile de fond d'une description aiguisée de la société britannique entre juges à perruque, reliquats de la société nobiliaire, prolétaires conscients de leur classe ou nouveaux riches qui croient monter en grade alors qu'ils continuent à n'être pas considérés par les "vrais" hauts de panier.
Le Verdict maintient l'équilibre étroit entre scènes de genre (un procès, les interrogatoires, les preuves, et contre-preuves), descriptions de la vie britannique et des moments de pure action, décrits avec soin et dynamisme pour créer une très bonne "Série Noire".



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 15, 2019 8:51 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Sylvie Sagnes sur Cunéipage :

Citation:

« Les témoins, c’est comme la famille. Faut faire avec ce qu’on a. »


Le Verdict de Nick Stone




Il est devenu très riche et vient de recevoir le trophée de la « Personnalité Ethique » de l’année. Plutôt ironique pour un homme à la morale plus que douteuse et au comportement sexuel détestable. Le lendemain matin, alors qu’il n’a même pas encore dessoulé complètement, Vernon se fait arrêter pour meurtre. Dans la chambre d’hôtel (où il prétend n’avoir même pas mis un pied), une jeune femme a été étranglée. Sa première déposition est confuse, peu crédible et le cabinet d’avocats chargé de son affaire ne donne pas cher de sa défense. Contre toute attente, c’est Terry qui assurera le rôle de greffier. Or, Terry a très bien connu Vernon dans leur enfance…


Ces quelques lignes esquissent à peine les premières pages car ce bon gros roman judiciaire ne ménage pas ses surprises et tient toutes les promesses de son rythme.
Du procès, madame, du bon procès avec effets de manche et prestations théâtrales, filatures et équipes de gros bras, enquêteurs véreux, témoins peu fiables et à peu près tout ce à quoi vous pouvez penser. On ne cesse de changer d’avis quant à la culpabilité de Vernon avant de s’en désintéresser tant le reste est tout aussi haletant.
Très réussi dans le genre !





Je confirme tous ces avis positifs, Nick Stone se renouvelle avec brio après sa fameuse trilogie Max Mingus et livre un formidable polar judiciaire à vous rendre asocial tellement on a du mal à le lâcher !
C'est intelligent, parfaitement maîtrisé, toujours surprenant et terriblement addictif avec ses nombreux rebondissements qui sont d'autant plus efficaces qu'ils sont toujours habilement menés et intelligemment distillés et qu'ils reposent sur des personnages solides donc attachants - même ceux qu'à priori on adorerait détester...
Bref, un polar de très haute volée, dont on se prend à regretter qu'il ne fasse que 700 pages - c'est dire !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Fév 17, 2019 10:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après la Haïti du début des années 2000 (Tonton Clarinette), le Miami gangréné par la corruption du début des 80's (Voodoo Land, une évocation impressionnante et épique d'ailleurs), puis la même ville ainsi que le Cuba de la fin des 2000's (Cuba Libre), Stone livre aussi avec Le Verdict une description intéressante de Londres au début des années 2010, livrée depuis longtemps à la spéculation immobilière et dont la gentrification a fait fuir les classes populaires toujours plus loin en périphérie - ce qui n'est pas sans rappeler la situation à Paris.
Ceux que ça intéresse ou qui veulent lire ce polar pourront trouver sur la page d'accueil du site de Nick Stone toute une série de photos des lieux évoqués dans le roman.

Sinon, comme Le Verdict a paru en 2014 en VO et que l'auteur n'a encore rien publié d'autre, ça laisse supposer qu'il est donc en train de travailler à un nouveau roman depuis 5 ans... Ca promet ! Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Nov 10, 2019 5:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant




Sortie poche le 16 janvier en Folio, et c'est pour moi mon gros favori pour le Prix PP 2019 !

Le gros avantage du roman de Nick Stone, c'est qu'à mon avis il plaira à tous les amateurs de polars quelle que soit leur catégorie de prédilection (thriller, roman noir ou roman d'enquête) étant donné qu'il les combinent toutes avec un brio étonnant.

Le Verdict est à la fois un vrai thriller - un véritable page-turner avec son rythme soutenu, ses rebondissements subtilement agencés, qu'on dévore goulument et dont on regrette même qu'il ne soit finalement pas plus long -, mais aussi un formidable roman d'enquête - d'autant plus passionnant qu'il est porté par des personnages qui crèvent la page, auxquels on s'attache et qui nous font douter jusqu'à la fin - avec une toile de fond d'un véritable roman noir, autant par le parcours de vie touchant et très juste de ses personnages que par le portrait du Londres des années 2010, rongé par la spéculation immobilière et la gentrification, qu'il livre en filigrane, par petites touches habiles et sans jamais s'y appesantir.

Et malgré son titre ou sa couverture, il ne repoussera même pas ceux qui d'habitude sont rebutés par les polars judiciaires car les deux ou trois scènes qui se passent dans un tribunal n'occupent finalement que très peu d'espace, le coeur nucléaire de l'intrigue se situant dans l'enquête menée par ce greffier d'un cabinet d'avocat et le passé qui le lie avec l'accusé qu'il est censé défendre.

Bref, Le Verdict est tout simplement le meilleur polar que j'ai lu cette année et qui me parait suffisamment bon pour être sélectionné pour le Prix PP (même si c'est sans doute aussi parce que j'ai moins lu que les précédentes années).
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10325
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Nov 15, 2019 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:



Sortie poche le 16 janvier en Folio :




_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com