Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Critiques de fans [SANS SPOILERS]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> La Ligne Noire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Nico
Commissaire Niémans (site admin)


Age: 38
Inscrit le: 28 Oct 2002
Messages: 9194
Localisation: Région Parisienne

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Mai 06, 2004 6:58 pm    Sujet du message: Critiques de fans [SANS SPOILERS] Répondre en citant

Critique de La Ligne Noire (Jean-Christophe Grangé)


Les serial-killers ne sont jamais aussi effrayants qu'une fois derrière les barreaux. Thomas Harris l'avait déjà prouvé avec son Hannibal, Jean-Christophe Grangé le confirme avec le personnage principal de La Ligne Noire.

Jacques Reverdi, un ancien champion d'apnée, est arrêté en Malaisie après avoir assassiné à coups de couteaux plusieurs jeunes filles. A Paris, Marc Dupeyrat, un journaliste spécialisé dans les faits divers, aimerait en savoir un peu plus sur ce tueur énigmatique. Pour l'approcher et obtenir ses confidences, il invente le personnage de la jeune Elisabeth, avec qui Reverdi accepte finalement de correspondre. En livrant petit à petit ses secrets, Reverdi entraîne le journaliste en Asie du Sud-Est, sur les traces de ses meurtres et de sa folie...
Dès les premières pages, le ton du roman est donné. La Ligne Noire est un roman sombre, stressant, impossible à lâcher avant les dernières pages. Un Grangé classique, en somme ? Justement, non. C'est la première surprise. Alors que l'auteur avait pris l'habitude, dans ses quatre romans précédents, d'emmener le lecteur dans une histoire complexe et sinueuse dont les différentes pistes ne se rejoignaient qu'à la fin, Grangé prend le risque d'écrire avec La Ligne Noire une intrigue simple (le dialogue entre un tueur déjà arrêté et un journaliste), sur un thème rabâché, celui des serial-killers.
Et pourtant, la magie opère. Là où Grangé est très fort, c'est qu'il arrive à créer une tension incroyable à partir d'une situation a priori sans danger : que peut-on craindre d'un tueur en train de moisir dans une prison de Malaisie ? Si l'auteur arrive à nous donner de telles sueurs froides, c'est d'abord grâce à la personnalité hors du commun de son meurtrier, qui vole la vedette au héros du roman, le journaliste. Jacques Reverdi est un personnage mystérieux, difficile à cerner. Violent et redoutable, de par son calme, sa détermination et son habileté. Un personnage qui en impose, et qui écrase dans sa catégorie tous les personnages des précédents romans.
Et si l'intrigue du roman est aussi prenante, c'est aussi, bien sûr, parce qu'elle réserve son lot de surprises. Le meurtrier a beau être derrière les barreaux, le monde extérieur porte encore les marques de ses crimes atroces. Ces marques que Marc Dupeyrat va découvrir, pour comprendre au cours de son voyage, en même temps que le lecteur, où voulait en venir le meurtrier. Pour comprendre comment ces crimes, encore auréolés de mystères, ont été commis, pourquoi et surtout par qui : Qui est le véritable Jacques Reverdi ?
A nouveau, on ne peut être qu'admiratif devant le travail de documentation impressionnant de Jean-Christophe Grangé, que ce soit au niveau géographique, culturel ou encore scientifique. Comme dans les précédents romans, on salue la richesse et la consistance des personnages, présenté comme souvent chez Grangé au travers d'un chapitre retraçant leur parcours, de leur enfance à l'age adulte, en insistant sur les éléments marquants de leur passé.
La seule déception résidera pour moi dans la fin du roman. Beaucoup de critiques trouvent que Jean-Christophe Grangé a des difficultés pour conclure ses livres, et je crois que dans La Ligne Noire, c'est hélas un peu le cas. Ce n'est qu'un avis personnel, mais je trouve les derniers chapitres un peu téléphonés et prévisibles. C'est certainement aussi dû au fait que l'originalité de l'histoire et de la personnalité du meurtrier laissaient espérer une conclusion à la hauteur des 470 premières pages, trépidantes, du roman. Mais, qu'on se rassure, ces 40 dernières pages ne gâchent pas le plaisir de la lecture, loin de là.

Avec l'intrigue de La Ligne Noire, Jean-Christophe Grangé s'écarte donc un peu du chemin tracé dans ses précédents romans (au point de ne pas réutiliser son arme fétiche, le fameux Glock...). Et pourtant, il signe ici un roman passionnant de bout en bout, bien écrit et documenté, et qui réserve son lot de scènes à vous donner des sueurs froides...


@+,
_________________
Nico - Webmaster de Rivières Pourpres et Polars Pourpres
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Fredo
Michael Myers


Age: 43
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8637
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Nov 10, 2004 5:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Enfin, je viens d'en terminer la lecture! Quel fin en apothéose. Prévisible, faut pas se le cacher mais logique.
J'ai regretté pendant une bonne partie du roman que le perso de Khadidja soit mis de coté aussi vite mais finalement, elle vit au travers de Elisabeth.

Beaucoup trops de coincidences à mon goûts entre le héro et Reverdi mais ça reste une superbe histoire.
Dans mon top, je le met devant l'Empire des Loups et il pourrait passer devant le Concile, ce dernier souffrant vraiment d'un final qui risque de le faire chuter petit à petit, au fil des prochaines parutions de JCG.

Implacable, glauque, curieux de voir l'adaptation ciné ...
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
manu_carpediem
Témoin



Inscrit le: 07 Mar 2005
Messages: 83
Localisation: Tours

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Avr 06, 2005 10:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Oui la fin est assez prévisible, le mobile du tueur assez quelconque, c'est plutot dommage...
Pendant les 50 dernières pages, j'ai attendu une grande révélation qui prendrait le contre-pied de tout ce que j'avais pu imaginer jusque là... et puis non elle n'est pas venue !

Je trouve aussi que le suspens n'a pas été maintenu tout le long du livre contrairement à ses autres bouquins. Je pensais que ce serait compensé par un aspect psychologique plus développé, mais je reste sur ma fin de ce coté là.

Donc au final j'ai pris moins de plaisir à lire la ligne noire que tous les autres Grangé (il me reste les rivières pourpres)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> La Ligne Noire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com