Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Population : 48 - Adam Sternbergh (Super 8)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10211
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Nov 29, 2018 4:08 am    Sujet du message: Population : 48 - Adam Sternbergh (Super 8) Répondre en citant

Après Le Fossoyeur (Denoël, 2015), Adam Sternbergh signe Population : 48, qui vient de paraître le mois dernier chez Super 8 Editions, traduit par Charles Bonnot.






Le livre :

Tout le monde est coupable. Personne ne sait de quoi.

Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants.
Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ?
Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée.
Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.

En échange de l’amnistie, les résidents doivent accepter trois règles simples : aucun contact avec l’extérieur, aucun visiteur, et aucun retour possible en cas de départ.
Une expérience unique, menée par un mystérieux institut.
Pendant huit ans, tout ce petit monde est resté à peu près en place.
Jusqu’à aujourd’hui.
Errol Colfax, en effet, s’est suicidé… avec une arme qu’il n’aurait jamais dû posséder.
Puis Hubert Humphrey Gable est assassiné.
Calvin Cooper, le shérif local, est contraint de mener l’enquête.
Ce faisant, il risque de déterrer des secrets que l’essentiel des habitants – y compris lui-même – auraient préféré voir rester enfouis.
Trop tard pour faire marche arrière.
Bientôt, un irrépressible déferlement de violence va s’abattre sur les rues poussiéreuses de Caesura…

Férocement drôle, comiquement féroce, Population : 48 – le troisième roman d’Adam Sternbergh – est aussi un redoutable page-turner où, quelque part entre Tarantino et La Quatrième Dimension, aucun personnage n’est vraiment ce qu’il paraît être.



« Malin, dense, électrisant, et tout à fait original. » DENNIS LEHANE




>> Le site de l'auteur : http://www.adamsternbergh.com/

>> Sa page Facebook : https://www.facebook.com/adamsternberghbooks/




L'auteur :

Journaliste (New York, GQ, Times The Independant on Sunday…), ancien responsable des pages culture du New York Times, Adam Sternbergh, qui a grandi à Toronto, vit aujourd’hui à Brooklyn avec sa famille.
Il se décrit lui-même comme brillant ou méprisable – on peut être les deux.
Après Le Fossoyeur (Denoël), son premier roman qui a figuré sur de nombreuses listes de prix à sa sortie, Population : 48 est son deuxième roman publié en France.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10211
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Nov 29, 2018 4:28 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Jean-Marc Laherrère sur Actu du Noir :

Citation:

48 âmes.



Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de roman de chez Super 8.
Population : 48 d’Adam Sternbergh m’a tenté.
Je me suis laissé faire, j’ai bien fait.


Quelque part, loin de tout, au Texas, Caesura.
Une ville étrange, retranchée derrière des barbelés, et un shérif Calvin Cooper.
Les 48 habitants de la ville ont choisi un nouveau nom en arrivant.
Parce que l’Institut qui est en charge de Caesura, que tous appellent Blind Town, leur a tous fait oublier une période de leur vie.
Une période où ils ont commis les pires crimes, ou une période où ils ont été témoins d’atrocités.

Cela fait huit ans que tout est calme dans Blind Town, sous le soleil écrasant du Texas.
Jusqu’à ce que Errol Colfax se suicide.
Puis que Hubert Humphry Gable soit assassiné.
Alors les secrets vont être révélés et l’enfer va se déchainer.


« Férocement drôle, comiquement féroce », prétend la quatrième de couverture.
Ouaif … féroce d’accord, comique pas trop quand même.
Terrifiant souvent, très émouvant parfois, et d’une redoutable efficacité certainement.


Parce que si tout démarre assez lentement, et qu’on se demande au début où l’auteur veut bien en venir, et surtout comment il va se sortir du merdier qu’il construit, très rapidement on est complètement happé par l’histoire.
Il faut juste accepter un élément de science-fiction (est-ce un élément de science-fiction ?) : que l’on sache, en altérant une zone ou une autre du cerveau, éliminer les souvenirs que l’on veut tout en laissant le reste de la mémoire intacte.
Si l’on accepte ce point de départ, tout le reste est totalement crédible et cohérent.


Difficile de dire pourquoi le roman devient très émouvant au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture sans révéler des détails de l’intrigue, ce qui serait une abomination tant l’histoire et le suspense sont bien menés.
Tout aussi difficile de révéler quelles interrogations sont levées…
Sachez quand même qu’il est question de rédemption possible ou non, de manipulation, de remords et de beaucoup d’humanité.
Que ce n’est pas cul-cul, pas simpliste, et que le lecteur est considéré comme un adulte intelligent qui peut se faire sa propre opinion.


Et surtout, que si le démarrage est assez tranquille, une fois passé le premier tiers, il est impossible de lâcher le bouquin, et que malgré un point de départ qui peut sembler tiré par les cheveux, tout est cohérent.
Alors, convaincus ?



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Le Poète


Age: 43
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 2160
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Jeu Nov 29, 2018 10:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

j'en suis au 1er tiers que je trouve bon, il y a une sacré ambiance et une atmosphère particulière.
_________________
À chaque décision que nous prenons, nous créons un nouvel avenir. Et, ce faisant, nous détruisons tous ceux que nous aurions pu avoir à la place.
Lou Berney November Road
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 45
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 4129
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Déc 13, 2018 7:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et moi, j'en ai lu la moitié avec grand plaisir.
Très facile à lire, prenant, avec un scénario original, on se demande vraiment où l'auteur veut nous emmener.
Par contre, ce n'est pas du tout férocement drôle ! Loin de là ! Il y a quelques traits d'humour mais sans plus.
_________________
“Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.” George R. R. Martin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10211
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 14, 2018 1:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ironheart a écrit:

Par contre, ce n'est pas du tout férocement drôle ! Loin de là ! Il y a quelques traits d'humour mais sans plus.



Oui, c'est ce que disait JM Laherrère dans sa chronique (lire plus haut).
Par contre le pitch et vos retours visiblement positifs à toi et à Fab me donnent envie !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Le Poète


Age: 37
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2051
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Ven Déc 14, 2018 2:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais c'est bien ! Enigmatique.
(Comme je m'ennuyais un peu avec le Tallent, j'ai commencé celui-ci en parallèle !)
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10211
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 14, 2018 2:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon ben faut espérer que ça soit bien jusqu'à la fin (j'ai eu quelques déconvenues avec John Hart sur la fin de son Redemption Road, qui me font dire que vraiment, le "thriller" avec tueur en série, c'est plus du tout ma came - même si Hart reste quand même un bon cran au-dessus du reste de cette production)..
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Fab
Serial killer : Le Poète


Age: 43
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 2160
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 9:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

un huis clos qui n'en pas un, une prison qui n'en pas une et une nouvelle vie sous contrôle.
Quand un mystérieux institut décide d'offrir une seconde chance à 45 personnes que vous soyez coupable,victime ou simple témoin les apparences sont souvent trompeuses.
Roman noir,polar et un peu d'anticipation pour un roman très efficace et addictif.
Un one-shot original et très réussi
_________________
À chaque décision que nous prenons, nous créons un nouvel avenir. Et, ce faisant, nous détruisons tous ceux que nous aurions pu avoir à la place.
Lou Berney November Road
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com