Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Nuit de fureur, de Jim Thompson

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 39
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 8685
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Fév 12, 2017 8:52 am    Sujet du message: Nuit de fureur, de Jim Thompson Répondre en citant



Citation:
Quand on mesure un mètre cinquante avec des talonnettes, qu'on paraît dix-sept ans au lieu des trente qu'on croit avoir, qu'on est presque aveugle et en train de crever de tuberculose, on a du mal à se faire prendre au sérieux.
Mais ce n'est sûrement pas par hasard si c'est à vous qu'on offre 30.000 dollars pour descendre un mafioso trop bavard.
Et ce n'est pas par hasard non plus que deux superbes filles vous tombent dans les bras, même si l'une d'elles souffre d'une infirmité sur laquelle vous aimeriez bien en savoir davantage...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 39
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 8685
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Fév 12, 2017 8:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ma chronique sur Polars Pourpres :
Citation:

Car Bigelow, également connu sous le sobriquet de Little Bigger. Profession : tueur à gages. Signes particuliers : fait physiquement bien moins que ses trente ans, est presque aveugle, mesure un mètre cinquante, a des dents artificielles, et est atteint de la tuberculose. Sa dernière mission en date : assassiner, sans attirer l’attention, un indicateur qui va bientôt témoigner à un procès. Le plus simple semble être d’intégrer la pension de Peardale, que tient sa future victime, afin de commettre son forfait en toute quiétude. Mais sur place, l’attendent l’épouse de la balance ainsi que Ruth, jeune fille estropiée. Et ça ne constitue que le début des embêtements.

De Jim Thompson, quasiment tout le monde connaît Le Démon dans ma peau ou encore 1275 âmes. Cet écrivain américain est l’un de ceux dont on continue de prononcer le nom avec déférence, même près de quarante ans après son décès. Ici, on retrouve une belle part des qualités et obsessions de l’auteur, mais avec une noirceur encore plus prononcée, comme s’il avait passé au tamis ses idées et mots pour n’en garder que les plus ténébreux. Cela commence avec un (anti)héros, tueur décomplexé qui s’apprête à remplir son contrat et finit par tomber, d’une certaine manière, sous la coupe de deux femmes, dont l’une est un peu son écho physique féminin. Ici, tout y est souillé, immoral, à la limite du grotesque. Ça boit, ça fume, ça tire des plans sur la comète en se promettant de grandes virées une fois la mission – rien de moins que l’homicide d’un être humain – réalisée. Et, à défaut de la moindre action tout au long de ce récit, on finit par se complaire dans cette fange fétide, peuplée également de personnages retors et inquiétants comme Le Patron, commanditaire de Carl, ou La Gnôle, sous-fifre en mal de reconnaissance. Et ce presque huis clos entre gens de fort mauvaise compagnie s’achève, comme il se doit dans tout roman noir, par une rédemption ou une déchéance. Ici, ça sera la chute. Brutale. À coups de hache. Dans la claustration d’une trappe. Tandis que des chèvres hurlent. Il y a parfois des épilogues si emportés et criards qu’ils parviennent, en quelques pages, à pallier de longs instants en apparence lénitifs et muets, alors que la violence s’exprime parfois ainsi, par des berceuses captieuses et des silences sournois. Assurément, celui de cet ouvrage en constitue l’un des plus vibrants exemples.

Certains romans ne cherchent pas nécessairement à séduire. Ils produisent leur matériau brut, mal taillé et volontairement rêche, à la face du lecteur, non par arrogance ou paresse mais pour mieux mettre en exergue les affres de l’âme humaine et les hantises de son auteur. C’en est ici le cas typique avec cette œuvre plutôt méconnue de Jim Thompson. Le noir s’y fait couleur, avec ses nuances de désespoir et de finitude, au sens très large du terme. Probablement pas l’œuvre la plus accessible de Jim Thompson, et c’est peut-être en cela qu’elle en devient fondamentale.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9741
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Lun Fév 13, 2017 1:49 am    Sujet du message: Répondre en citant




El Marco a écrit:
Ma chronique sur Polars Pourpres :
Citation:


Certains romans ne cherchent pas nécessairement à séduire. Ils produisent leur matériau brut, mal taillé et volontairement rêche, à la face du lecteur, non par arrogance ou paresse mais pour mieux mettre en exergue les affres de l’âme humaine et les hantises de son auteur. C’en est ici le cas typique avec cette œuvre plutôt méconnue de Jim Thompson. Le noir s’y fait couleur, avec ses nuances de désespoir et de finitude, au sens très large du terme. Probablement pas l’œuvre la plus accessible de Jim Thompson, et c’est peut-être en cela qu’elle en devient fondamentale.




Excellente et très pertinente chronique, Marco !

Et si effectivement, L'Assassin qui est en moi (The Killer inside me) et Pottsville, 1280 habitants (Pop. 1280) sont certainement les deux romans de Thompson les plus largement connus du public - malheureusement dans leurs versions tronquées et amputées de 25 à 30% du texte original publiées il y a un quart de siècle à la Série Noire (mais encore diffusées malgré tout en Folio jusque dans les années 2000 à 2010) -, ce Nuit de fureur semble être paradoxalement bien plus proche et représentatif de son oeuvre en général, notamment dans les aspects que tu pointes.






À noter la parution jeudi dernier chez Rivages/Noir d' Une jolie Poupée de Jim Thompson (on en parle ici sur le forum), première traduction intégrale signée Alexis Nolent de A Swell-Looking babe (jusque là connu sous le titre de Un chouette petit lot) :





Citation:


Dusty est groom dans un hôtel d'une petite ville, le Manton, en vue de payer ses études.
L'arrivée de Marcia Hillis, femme séduisante plus âgée que lui, va complètement bouleverser sa routine.
Car Marcia lui rappelle une autre femme, dont l'attitude à son égard a laissé une blessure à vif.
Bien sûr, le trouble de Dusty n'échappe pas à Marcia, qui ne va pas se priver d'essayer d'en profiter.
Mais le Manton est un hôtel convenable, où les grooms doivent rester à leur place.
En outre, un petit gangster local joue un drôle de jeu...


« Mon auteur de roman noir préféré. Souvent imité, jamais égalé. » Stephen King



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
JohnSteed
Témoin


Age: 44
Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 95
Localisation: Moulins


MessagePosté le: Sam Mai 12, 2018 3:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis:

Citation:
Carl Bigelow se voit charger par le Patron d'éliminer Jake Winroy, un témoin qui va balancer tous les juges vendus, les politiciens véreux et tous ceux qui touchaient des pots de vin lors du prochain procès du gros scandale des paris truqués. Carl, alias Charlie (Little) Bigger, s'avère être le tueur à gages le plus meurtrier et le plus insaisissable de l'histoire du crime. Personne ne le connait et ceux qui l'ont connu n'ont pas survécu à cette rencontre. Mesurant 1,50 mètre pour 45 kg, et atteint de tuberculose, Carl va profiter du fait qu'il paraisse 17 ans pour suivre des études à l'école normale de Peardale et pouvoir intégrer la pension gérée par les Winroy. Cette dernière est composée de Ruth Dorne, la cuisinière dotée d'une infirmité très particulière, de Kendall un vieux qui travaille dans l'usine de boulangerie locale. Et de la belle et charmante Fay Winroy, la femme de Jake, qui tombe sous le charme de Carl. Ce dernier lui confie sa mission et elle va vouloir l'aider dans cette tâche. D'autant plus que le shérif Bill Summers veille au grain.

Jim Thompson propose dans Nuit de fureur une véritable auberge espagnole du polar avec des personnages aussi esquintés que barrés. Un livre léger et plaisant avec une fin des plus décalées et inattendues.

Ma note: 7/10
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com