Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

MotherCloud - Rob Hart (Belfond)
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10648
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mai 15, 2020 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant




La chronique de Frédérique Roussel parue le 24.03.2020 dans Libération :

Citation:

Le cauchemar du Cloud


Chaque mardi, «Libération» vous propose une chronique, une interview ou un portrait lié à un texte de science-fiction faisant l’actualité. Cette semaine, un thriller d'anticipation autour d'une multinationale qui livre les gens à domicile et exploite ses salariés.




Un étonnant effet de réel intervient page 243 : tous les salariés sont confinés dans leur logement pendant une mise à jour du système. « Toute personne surprise hors de son logement durant la mise à jour sera pénalisée d’une étoile complète. » Pas de pandémie à l’horizon, mais l’autoritarisme d’une multinationale américaine à l’égard de son personnel.


Le modèle de Rob Hart pour MotherCloud se trouve sans doute dans les entreprises high-tech nées dans la deuxième moitié des années 1990, celles qu’on appelle aujourd’hui les Gafam.
Un gamin, Gibson Wells, une idée, un discours philosophico-paternaliste à deux sous, et une fortune, qui se monte dans son cas à 30 milliards de dollars. Le principe : livrer les consommateurs le plus rapidement possible en utilisant des drones pour qu’ils n’aient pas à se déplacer. Dans un contexte de réchauffement climatique intense et d’émeutes (en particulier les « massacres du Black Friday »), les gens préfèrent qu’on vienne à eux plutôt que s’aventurer à l’extérieur.



Une infiltrée et un ancien gardien de prison


Au-delà de disposer de plus d’une centaine d’immenses entrepôts de marchandises, comparables à ceux d’Amazon, MotherCloud propose à ses salariés tout un système de vie à côté de l’entreprise, logements, retraites, banque, etc. Ainsi, le roman démarre sur une sélection de recrues pour le MotherCloud de Pennyslvanie, où seront pris les deux personnages principaux, Zinnia, en réalité une infiltrée, et Paxton, ancien gardien de prison, dont la petite entreprise a fait faillite à cause de Cloud.


C’est l’intérieur du système qui intéresse l’auteur, son analyse psychologique, les rivalités et les mécanismes de harcèlement. Sous couvert de fournir du travail et un salaire à nombre de gens qui ont du mal à vivre sinon, le MotherCloud fait subir à ses employés des cadences infernales et des humiliations permanentes, le summum étant le jour de coupe : quatre fois par an, des gens sont virés massivement parce qu’insuffisamment productifs. Un couperet qui a pour conséquences des suicides et des révoltes jugulées par une sécurité aux ordres.


Rien de bien nouveau sous le soleil en matière de société de surveillance et d’oppression. Mais le thriller d’anticipation de Rob Hart fascine par le cynisme achevé et l’on se laisse porter par l’épanouissement du lien improbable qui se noue entre Paxton et Zinnia, le naïf et l’espionne. Qui se joue de l’autre ? Quant au futur décrit, il semble déjà là : Cloud apparaît comme un livreur de confinés.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 43
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10648
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Juin 26, 2020 5:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant




La chronique de Philippe Lemaire sur Onlalu :

Citation:

Big Brother est arrivé


Les GAFA effraient autant qu’ils fascinent. Google, Apple, Facebook et Amazon tiennent tête aux Etats et clament que les consommateurs ne peuvent pas se passer d’eux. Il n’y a pas plus de contre-pouvoirs à leur puissance que de limites à leur appétit. Un sujet de réflexion idéal pour Rob Hart, trentenaire new yorkais engagé en politique et auteur déjà d’une demi-douzaine de romans noirs.

Au travers de MotherCloud, il nous projette dans un avenir proche où un monstrueux conglomérat high-tech a étouffé la concurrence, tué les boutiques, vidé les villes… Les chômeurs n’ont d’autre choix qu’intégrer ses hangars de stockage et ses services de sécurité, reclus à vie sur un site où leur travail, leur sommeil, leurs loisirs sont scrutés par l’intelligence artificielle. Cette ville-usine auto-suffisante et climatisée, qui crache en permanence des nuées de drones, compose un impressionnant décor futuriste.

L’auteur décrit pourtant une situation très actuelle. Aux Etats-Unis, des retraités en sont réduits à enchaîner les intérims chez Amazon pour survivre, nomadisant d’un entrepôt à un autre. Une réalité déprimante que Rob Hart mêle à une trame de thriller pour nous offrir une grille de lecture plus digeste. On s’attache au sort de Zinnia, femme d’action infiltrée dans le système pour une mission d’espionnage industriel. On s’identifie au questionnement de son compagnon Paxton, inventeur spolié par le monstre, tiraillé entre le besoin de s’intégrer et l’envie de se venger. On est captivé par le dialogue intérieur du troisième narrateur, Gibson, le père-fondateur du Cloud, tyran du soft power, mégalomane ayant érigé ses bonnes intentions en dogme.

En passant d’un personnage à l’autre, du couple sympathique au dangereux gourou, le jeune romancier américain révèle différents aspects d’une machine totalitaire digne du Meilleur des Mondes, de Fahrenheit 451 ou de 1984. A mesure qu’il fait monter la tension vers une inévitable confrontation, sa charge gagne en consistance. Dans ce Gibson, il y a du Mark Zuckerberg, du Elon Musk et du Jeff Bezos, et ce n’est pas un compliment.

Et maintenant qu’une adaptation au cinéma est en projet avec Ron Howard, on est curieux de voir ce qu’un réalisateur aussi purement hollywoodien peut en tirer.


_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
patoche77
Complice


Age: 56
Inscrit le: 07 Mar 2020
Messages: 132
Localisation: 77 sud


MessagePosté le: Sam Aoû 29, 2020 9:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

mon vote ..... 6

Ironheart avant moi a parfaitement résumé ce bouquin et dit tout ce qu'il y avait à dire .
Pour ma part ,c'étais un livre audio , lu divinement par le duo Léovanie Raud et Florian Wormser .
bilan un peu plus mitigé pour la note que ma camarade précédente , il me manque pas mal d'explication ,j'aurais voulu en savoir plus sur la finalité des gens et je reste sur ma faim .J'ai attendu tout le long de ce bouquin un déclic qui n'ai jamais venu .
En parlant de fin ,je ne l'ai pas aimé du tout , l'auteur a voulu une fin ouverte sur l'espoir , bien moi cette fin m'as complètement désespéré .
C'est une petite déception ,car l’idée de ce livre est originale mais bon çà n'as pas matché pour moi
Pourtant ce bouquin de Rob Hart a des qualités indéniables .
dommage.
_________________
Je vais toujours bien.....ou presque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 46
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 4296
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Aoû 30, 2020 3:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que la fin est très décevante, comme si elle annonçait une suite.
Il reste des choses inexpliquées et le manque d'émotion est palpable mais j'avoue que j'ai été captivée par la description de la genèse et du fonctionnement des clouds. C'est pour cela que ma note a été un peu plus généreuse que la tienne. Mais je comprends tout à fait ton ressenti.
_________________
“Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.” George R. R. Martin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patoche77
Complice


Age: 56
Inscrit le: 07 Mar 2020
Messages: 132
Localisation: 77 sud


MessagePosté le: Dim Aoû 30, 2020 6:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bah heureusement qu'on a pas tous le même ressenti ,c'est çà qui est sympa et qui permet de comprendre les gens ou les choses différemment .
J'attache toujours beaucoup d'importance à la fin d'un livre , sans doute trop d'ailleurs , c'est l'auteur qui décide et pas moi ....
faut que je m'y fasse Very Happy
_________________
Je vais toujours bien.....ou presque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com