Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Le Lac - Yana Vagner (Mirobole Editions)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Fév 06, 2016 5:37 am    Sujet du message: Le Lac - Yana Vagner (Mirobole Editions) Répondre en citant

Suite directe et attendue de Vongozero, Le Lac de la Russe Yana Vagner vient de paraître chez Mirobole Editions, dans une traduction de Raphaëlle Pache.






Le livre :

Au terme d’une fuite angoissante à travers la Russie ravagée par un virus mortel, Anna et ses dix compagnons de fortune — hommes, femmes, enfants — ont atteint le but de leur périple : un cabanon sur le lac Vongozero, à la frontière finlandaise, un refuge sûr, coupé d’un monde devenu hostile.
Contraints à l’immobilité, ils devront apprendre à vivre ensemble, malgré les tensions permanentes, malgré le froid polaire, malgré le manque de nourriture, le manque de ressources, le manque d’intimité.
Le premier objectif est bien de passer l’hiver, terrible.
Apprendre à pêcher sous la glace du lac, oser peut-être explorer les isbas désertées sur l’autre rive…
Mais ensuite ?
Comment s’en sort-on, lorsqu’on est encore plus démuni pour la survie que pour la fuite ?



>> Lire un extrait



>> Le blog de l'auteur : http://define-violence.livejournal.com/



L'auteur :

Yana Vagner, née en 1973, a grandi au sein d’une famille russo-tchèque.
Elle a travaillé comme interprète, animatrice radio, responsable logistique.
Vongozero (Mirobole, 2014 ; Pocket, 2016) est son premier roman.
Initialement publiée peu à peu sur le blog de l’auteur, cette histoire de survie magistrale a suscité un tel enthousiasme qu’elle a fait l’objet d’une enchère entre éditeurs.
Elle a depuis été nominée au Prix National Bestseller, vendue au cinéma et traduite dans 4 pays.
En France, Vongozero a été finaliste du Grand Prix Policier des lectrices de Elle et lauréat du Prix Bob Morane du meilleur roman étranger 2015.
On retrouve la suite de Vongozero avec Le Lac (Mirobole, 2016).





_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Sam Fév 06, 2016 6:03 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Fév 06, 2016 5:51 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> Le commentaire d'Ottis Toole sur PP :

Citation:


Après un début un peu brouillon, Yana Vagner tien son lecteur pour ne plus le lâcher avant les dernier mots !
Plus fort, plus abouti et plus noir que le premier, Le Lac est une excellente suite sous tension quasi permanente.
Préparez votre anorak et vos moufles, vous allez sortir gelés et hagards de cette lecture !
8/10






>> Petite bande-annonce du roman :



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 10, 2017 7:09 am    Sujet du message: Répondre en citant




Vient de sortir en poche chez Pocket :



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10129
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Fév 28, 2017 3:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Hugues, de la Librairie Charybde à Paris, sur son blog :

Citation:

Le Lac (Yana Vagner)


Après l’épidémie, la survie dans l’isolement, l’apathie et la promiscuité.
Obsédant, angoissant et pessimiste.



« Ils étaient trop nombreux, ces gens qui me gênaient, et pour une raison ou une autre ils occupaient à présent tout le temps de Sergueï – je restais parfois des heures à tenter de croiser son regard, et je n’y arrivais pas à chaque fois. Dans une certaine mesure, c’était pire que ces douze journées que nous avions passées sur la route, dans des voitures différentes, parce que alors je pouvais au moins m’approcher de lui et l’enlacer à la hâte lors de nos brèves haltes, et je me fichais bien qu’ils nous observent – les alentours étaient si terrifiants. Maintenant aussi la situation était effrayante, mais la peur avait changé de nature, elle était devenue tenace et gluante, quotidienne, refusant de me laisser un quelconque espace de liberté. »


Après avoir fui in extremis l’agglomération de Moscou ravagée par une épidémie en train d’anéantir la Russie et le monde, et après avoir contourné souvent de justesse les dangers des villes et gros villages en proie au chaos, le petit groupe semi-familial de survivants mis en scène par Yana Vagner dans Vongozero a trouvé refuge sur une petite île isolée au milieu d’un lac de Carélie, loin, normalement, des grands risques de cette période apocalyptique.
Après la fuite éperdue, l’organisation laborieuse de la survie au quotidien, et la découverte d’un nouvel ennemi, apparemment moins formidable, mais d’autant plus insidieux, tout particulièrement pour la narratrice Anna et ses doutes déjà largement exposés dans Vongozero : la promiscuité (et son compagnon d’infortune, la gamberge).



« Ce soir-là, allongée contre Sergueï, avec les ronflements bruyants de Léonid en fond sonore dans la chambre comme toujours étouffante et surchauffée – ils insistaient là-dessus, prétendant qu’il était indispensable de remplir jusqu’à la gueule ce poêle souffreteux et noir de suie, sous prétexte que « les enfants allaient avoir froid », et il aurait été aussi impossible et laid de polémiquer qu’il était impossible de passer une nuit entière sans bouger, à respirer, en guise d’air, une chaleur poussiéreuse parfumée des odeurs de onze corps -, je songeais qu’à cette heure-là sur l’autre rive, au lieu de dormir, ils s’étaient tous rassemblés, sans doute dans la salle à manger encombrée de tables dépareillées, et qu’ils écoutaient les récits de leurs voisins fraîchement retrouvés – une petite communauté soudée ignorant toutes les conventions qui nous compliquaient tant la vie, où personne ne devait aimer ou ne pas aimer, accepter ou ne pas accepter qui que ce soit, parce que l’appartenance de chacun à l’ensemble était indiscutable, alors pour la première fois, je ressentis quelque chose qui s’apparentait à un regret concernant notre refus d’en faire partie. »


Yana Vagner parvient à rendre captivant ce voyage immobile et inquiet au milieu du lac Vongozero, à faire partager, ce dur labeur des brèves journées presque polaires d’hiver, entre laborieuse levée des filets à travers la glace (pour n’extraire chaque jour que quelques poissons plutôt rachitiques), travaux d’entretien indispensables, préparations poussives en vue du printemps à venir, et ravalement des disputes qui couvent sans cesse entre ces quatre murs trop resserrés.
Lorsque trois nouveaux voisins viennent s’installer à proximité, elle instille aussi avec talent le retour de l’angoisse de « l’homme, loup pour l’homme » qui rythmait sourdement le premier volume.



« Ils n’avaient de façon générale rien à faire du tout, vu que leur héritage, acquis de façon malhonnête et injuste, échu sans même qu’ils s’y soient attendus, leur garantissait quelques mois d’une vie rassasiée et insouciante, que nous ne pouvions qu’observer à distance, pleins d’envie et d’amertume, nous maudissant de notre pusillanimité, parce que nous avions enfin conscience de l’erreur stupide, ridicule et fatale que nous avions commise : attendre une semaine, deux maximum, aurait été amplement suffisant, après quoi nous aurions dû étouffer en nous cette peur humiliante, superstitieuse et répugnante pour aller sur l’autre rive et y prendre tout ce dont nous avions besoin, nos enfants et nous, des biens précieux qui nous étaient dorénavant inaccessibles et étrangers. »


Par rapport à d’autres (nombreux) romans post-apocalyptiques, Le Lac, comme son prédécesseur Vongozero, ne se distingue sans doute pas par son inventivité.
Mais le sens obsédant du détail mis en œuvre par Yana Vagner fait merveille, et nous pousse à cent à l’heure à travers ce récit tournant pourtant très soigneusement au ralenti.
Son ressort secret tient certainement à la personnalité ambivalente de la narratrice Anna, à son absolu et passionnant manque de fiabilité au milieu de la catastrophe ambiante, à son regard acéré et critique sur les autres, qui font d’elle le véhicule parfait pour communiquer une vision pessimiste, noire et presque désespérée des rapports humains et de la communauté, naturellement amplifiée (comme le montrent avec brio, malgré leurs longueurs, les comics et la série télévisée de « Walking Dead », par exemple, dont ce thème de l’intensification constitue le noyau central) par les conditions de survie, et le liquide révélateur de faiblesses, d’idiosyncrasies et de turpitudes qu’elles constituent.
Le traitement de la fiction filtrante post-apocalyptique à travers un groupe restreint de personnages infra-ordinaires que rien (ou pas grand-chose, en réalité) ne prédisposait à la survie, et qui étalent sous nos yeux leurs nombreuses faiblesses et leurs rares forces, leurs erreurs tragiques et leurs modestes illuminations, est sans doute ce qui fait de Vongozero, mais plus encore de ce Lac, une réussite attachante – même si elle est glacée et glaçante – in fine.



« S’étant redressée sur ses coudes pour nous dévisager tour à tour de ses yeux fous, toujours à demi fermés, elle lança tout à coup de sa voix enfantine un juron à rallonge, monstrueux et résolument obscène qui nous fit aussitôt réagir : « Chut, les enfants, voyons », mais nous gloussions déjà avant même qu’elle achève sa pensée :
– Non mais regardez-nous : des Moscovites, des belles femmes, qui ont pêché une truite. Regardez-nous, bon sang.
Alors docilement, nous regardâmes.
Il n’y avait rien de nouveau dans ce que nous voyions – des femmes emmitouflées jusqu’à la taille dans des foulards en laine, effilochés et sales, chaussées de bottes rigides, grossières – d’autant qu’il ne s’agissait pas de nos chaussures ou de nos habits -, nos visages et nos mains étaient tannés, gris, étrangers – ce n’était absolument pas nous, pas nous depuis longtemps, et en même temps, nous étions vivantes. Et nous venions de pêcher un poisson énorme, bien gras, un poisson de printemps, nous l’avions pêché nous-mêmes, sans aide ni supervision condescendante. »



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6465
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2018 11:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je retourne en Russie et retrouve Anna au lac Vogonzero.
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 33
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6465
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Jan 16, 2019 10:49 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis :

Citation:
Attention SPOILER dans cet avis si vous n'avez pas lu Vongozero.

Spoiler:
Anna, Sergueï et les autres ont réussi à atteindre le lac Vongozero. Mais sur place, une communauté est déjà installée, obligeant le petit groupe à vivre sur une toute petite île, dans une promiscuité rapidement insupportable. Tensions, accidents, drames, survie... la vie des survivants de Vongozero, loin d'être la libération attendue, va vite se révéler être un enfer glacé...
J'ai trouvé cette suite à Vongozero beaucoup plus sombre, beaucoup plus désespérée. Et paradoxalement, alors que le roman est plus court (100 pages de moins en version poche), j'ai eu le sentiment qu'il y avait bien plus de longueurs et j'étais parfois pressé de le terminer. C'est vraiment cette absence d'espoir, le moral en berne de chacune et chacun qui pèsent sur le lecteur. On ne se demande presque plus s'ils vont s'en sortir mais plutôt comment vont-ils mourir ?
Bref, une suite peut-être logique et objectivement un bon roman mais que j'aurais aimé moins désespéré.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com