Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

L'Ange déchu, de Howard Fast

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9420
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Sep 05, 2019 6:44 pm    Sujet du message: L'Ange déchu, de Howard Fast Répondre en citant



Citation:
"Tout commença un jour de mars, par un triste après-midi pluvieux : il se produisit je ne sais quelle perturbation dans l'installation électrique de l'immeuble, et toutes les lumières s'éteignirent. Nous étions là, en plein vingtième siècle, mais aussi désemparés, aussi isolés que le fut jamais l'homme au commencement du monde."

Ainsi débute un récit ("une parabole sur la chasse aux sorcières", dit Howard Fast) qui "laisse au lecteur, une fois le livre refermé, le souvenir désespérant d'un atroce cauchemar, encore accentué par la part de responsabilité et l'innocence relative du personnage principal." (Jean-Pierre Deloux, Polar)

Une allégorie sur la tentation du fascisme en Amérique, qui est aussi un suspense mené de main de maître par l'auteur de Sylvia.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 40
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 9420
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Sep 05, 2019 6:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ma chronique sur Polars Pourpres :

Citation:
David Stillman, trente-six ans, célibataire, expert commercial dans un building new-yorkais. Sa vie bascule en plusieurs étapes : quand il descend les marches de l’immeuble où il travaille, il fait la connaissance d’une ravissante inconnue qui disparaît aussitôt, avant de s’enfoncer vers des étages… qui n’existent pas. C’est également un dénommé Charles Calvin, travaillant pour la même compagnie où œuvre David, qui se suicide en se jetant du vingt-deuxième étage. Et si David était tout simplement en train de devenir fou, au sein d’une société pas très nette non plus ?

Cet ouvrage de Howard Fast retient l’attention dès les premières pages. Datant de 1965, on se rend vite compte que l’écriture a vieilli, mais cette délicieuse touche surannée en vient presque à accroître la magie de la plume. On assiste à la lente déchéance de M. Stillman, sur qui le sort semble s’acharner : une mystérieuse femme qui semble en savoir beaucoup sur lui, des hommes dangereux qui le pourchassent, un détective privé qu’il engage mais qui en vient à douter de lui, un psychiatre qui met en relief une amnésie de trois ans chez notre héros, un suicide qui n’en est peut-être pas un, et un mystérieux brevet qu’il faut à tout prix récupérer. Les jalons de la normalité vont lentement s’abattre les uns après les autres pour notre protagoniste, au point qu’il va émettre de sérieux doutes quant à sa propre santé mentale. Complot ? Cauchemar ? Gigantesque farce ? D’autant qu’Howard Fast s’attarde avec bonheur sur certains travers de l’humanité, comme son indifférence à géométrie variable en fonction des individus concernés, sa course au profit, son péril d’autodestruction avec des armes sans cesse plus rugissantes et aberrantes, etc. L’écrivain, victime du maccarthysme et lauréat du Prix Staline international pour la paix en 1953 (devenu Prix Lénine après la déstalinisation, mais il y a tout de même des titres qui piquent sacrément les yeux en raison de leur nature oxymorique) lâche donc, en plein de beaux aphorismes, des sagaies intelligentes quant aux relations humaines et au sort du monde. L’intrigue, attirante, aboutit à une conclusion cohérente dans le dernier des vingt chapitres, mais qui n’étonnera cependant guère les amateurs éclairés de littérature policière. En revanche, c’est le côté satirique du contexte et agréablement désuet du style qui emportent l’adhésion du lecteur.

Un ouvrage rare et précieux, intelligemment imaginé et construit, dont on aurait rêvé pouvoir en admirer une adaptation cinématographique, pour un exquis film noir à l’ancienne dont Hollywood avait le secret.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com