Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Là où les lumières se perdent - David Joy (Sonatine)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fab
Serial killer : Le Poète


Age: 42
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 2114
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Mer Sep 14, 2016 8:04 pm    Sujet du message: Là où les lumières se perdent - David Joy (Sonatine) Répondre en citant



Citation:
Présentation de l'éditeur:
Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Plus qu'un nom, c'est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable. Amoureux de son amie d'enfance, Maggie, Jacob préfère garder ses distances. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes ou bien suivre la voie paternelle ? Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l'espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu'il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.



_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines


Dernière édition par Fab le Mer Sep 14, 2016 8:05 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Fab
Serial killer : Le Poète


Age: 42
Inscrit le: 09 Avr 2011
Messages: 2114
Localisation: Brest même

Miserere

MessagePosté le: Mer Sep 14, 2016 8:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Roman noir..... très noir,roman oppressant où les personnages sont prisonniers de leurs positions sociales,de leurs racines.
La fatalité,telle une chape de plomb,pèse sur les épaules de tout le monde et rien de bon, hormis Maggie, ne semble sortir de ce trou perdu de Caroline du Nord.
Et pourtant Jacob McNeely,fils du caïd local, va secouer tout ça pour le pire et pour le meilleur.
Énorme 1er roman de David Joy, c'est superbe de puissance et d'émotion et c'est magnifiquement écrit.
Avec Les maraudeurs de Tom Cooper et Bull Mountain de Brian Panowich je tiens très certainement mon trio de 1ers romans pour 2016
_________________
Une heure plus tard,je suis entré dans un bar de Bleecker Street et j'ai hurlé: "Allez,cent verres,c'est pour moi! J'ai dit pour moi,tout seul!"
Oh,qu'est-ce qu'ils m'ont mis dans la gueule.
Warren Ellis Artères souterraines
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Fredo
Michael Myers


Age: 43
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8611
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Sep 14, 2016 9:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Banco, je viens de le commander !
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Le Poète


Age: 37
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2006
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Jeu Sep 15, 2016 4:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne l'ai pas encore noté mais j'ai également beaucoup aimé. C'est un roman sublime, un moment de lecture rempli d'émotions.
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
chouchou
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 47
Inscrit le: 01 Mar 2014
Messages: 744



MessagePosté le: Lun Sep 26, 2016 10:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Entretien avec cet auteur vrai, entier, humain quoi!
http://www.nyctalopes.com/entretien-avec-david-joy-la-ou-les-lumieres-se-perdent-chez-sonatine/
_________________
Celui qui affronte les monstres devra veiller à ce que, ce faisant, il ne devienne pas lui-même un monstre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10127
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Déc 09, 2016 5:33 am    Sujet du message: Répondre en citant





« Sombre, lyrique, irrésistible. Joy connaît les pleins et les déliés de ce monde, son âme et ses travers. »
DANIEL WOODRELL

« David Joy vous fait vivre une expérience d'une étonnante intimité. Un livre remarquable ! »
THE NEW YORK TIMES





>> Entretien avec David Joy lors du Festival America :







>> La chronique de Yan sur Encore du Noir :

Citation:

Là où les lumières se perdent, de David Joy


Le roman noir « rural » est décidément à la mode et la production devient pléthorique avec, on s’en doute, à boire et à manger.
Beaucoup de maisons d’éditions surfent sur la vague et l’on commence à voir apparaître un certain nombre de pâles copies de Ron Rash ou de Daniel Woodrell.
Mais, au milieu de tout cela apparaissent encore parfois quelques pépites.
C’est le cas avec Là où les lumières se perdent, de David Joy.


Rural noir ?
La question peut d’ailleurs se poser.
Car si l’on est dans les Appalaches, du côté de la Caroline du Nord, tout cela pourrait se passer un peu n’importe où, y compris, pourquoi pas, dans un quartier d’une métropole, et, en fin de compte, l’environnement naturel compte peu face au combat intérieur de Jacob McNeely, « héros » du livre, jeune homme de dix-huit ans vivant sous la coupe d’un père régnant en maître sur le trafic de drogue local.
Jacob semble destiné à décevoir son géniteur : trop tendre, pas assez impliqué dans un trafic de drogue dont il ne peut que voir les effets sur sa mère accro à la meth, et amoureux de la belle et intelligente Maggie dont il espère qu’elle réussira à mettre les voiles de ce patelin pour réussir sa vie ailleurs.


Une exécution commandée par son père qui tourne au vinaigre, une bagarre dans une fête de lycéens où Jacob manque tuer un autre adolescent et le jeune homme, qui se sent déjà étouffé par son père et par la petite ville dans laquelle il vit, voit les rares portes de sortie se refermer devant lui.


C’est finalement une histoire vieille comme le monde que conte David Joy.
Pour pouvoir vivre sa vie, pour gagner sa liberté, Jacob doit tuer le père.
Et la façon dont l’étau se resserre sur lui ne lui laisse pas le choix.
Il va falloir le faire vite et aucun retour ne sera possible.
De toute manière, les tourments qui agitent Jacob, son besoin d’aider Maggie à partir – comme une fuite par procuration – rendent son départ impérieux, fusse les pieds devant.


Si les personnages qui s’agitent autour de Jacob, son père, la petite amie de ce dernier, ses hommes de main ou les policiers à sa solde, peuvent apparaître monolithiques voire caricaturaux, David Joy, par le biais de petits détails – la description d’une caravane, d’une fille endormie, quelques larmes – réussit à les rendre plus complexes qu’ils paraissent et, surtout, le personnage de Jacob, narrateur de l’histoire, est, lui, rendu dans toute son humanité, avec ses contradictions, ses lâchetés, son indécision et, finalement, sa détermination.
Tout n’est sans doute pas parfait dans Là où les lumières se perdent, il y a des hauts, quelques bas, mais surtout de beaux moments de grâce.
Et l’on se dit que si David Joy continue sur cette voie-là, ce sera un auteur à suivre très attentivement dans les prochaines années.
En attendant on peut déjà lire ce premier roman, âpre, tragique et violent.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Sam Déc 02, 2017 6:09 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10127
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Jan 07, 2017 7:22 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Laurent Greusard sur K-libre :

Citation:



Trou noir


Il y a la fatalité et la volonté, les choix que nous pouvons faire et les situations qui n'en laissent pas.
Il y a derrière les émotions humaines la nature sauvage qui regarde et sur laquelle tout glisse, même si on la regarde avec soin et que l'on y cherche des réponses ou de la poésie.
Jacob McNeely, jeune homme de dix-huit ans, aimerait juste filer le parfait amour avec Maggie.
Leur rêve est simple : quitter la petite ville perdue dans les Appalaches où ils vivent pour partir en ville et y étudier.
Maggie attend une bourse et compte sur l'argent que son père a mis de côté pour ses études.
Mais ce n'est pas aussi simple que cela.
Jacob de son côté ne peut pas s'en sortir car les McNeely sont connus dans la région, mais de mauvaise manière.
Sa mère est une malade mentale perdue dans ses lubies et que son père bat constamment.
Un père dont le métier de garagiste sert surtout de couverture et de lieu de blanchiment pour ses activités de trafiquants de drogue.
Un père qui entend que son fils continue ses activités et en prenne la suite.
Il l'a même envoyé en mission avec ses deux hommes à tout faire : il faut qu'un employé indélicat leur dise tout ce qu'il aurait pu balancer aux flics.
Mais la séance de torture tourne mal et il faut se débarrasser d'un cadavre qui, quelques jours, plus tard, se révélera être encore en vie...


Raconté à la première personne, Là où les lumières se perdent est le récit âpre et violent d'un jeune homme coincé entres plusieurs fidélités, entre plusieurs loyautés, et qui aimeraient s'en sortir.
Il rêve d'ailleurs mais en même temps a le très fort sentiment que sa vie ne peut être qu'ici et maintenant, dans la lignée de celle de son père.
Dans le même temps, certains veulent en profiter pour faire tomber le malfrat, de manière légale ou non.
Alors Jacob est confronté à la violence, aux "amis" de son père, à son amour pour Maggie qui demande des sacrifices.
Mais a-t-il jamais été armé pour y faire face ?


Le récit est porté par une vision poétique, par cette rencontre entre le désespoir le plus noir, entre le poids des traditions, de la famille, toutes ces chaînes qui nous entravent parfois, entre les lourdeurs du passé et de l'hérédité, et l'ouverture qui pourrait s'amorcer, la fuite vers un extérieur prometteur, une autre vie, où l'amour, la culture et un simple travail honnête pourraient suffire.
Construit comme une tragédie implacable, où chaque élément entraîne sans possibilité de rupture le suivant, jusqu'à un final fort et prenant, le roman déroule, à travers un style qui sait rendre la part belle aux envolées lyriques, aux soifs d'absolu comme aux moments les plus triviaux, toutes leurs couleurs, pour une balade sombre dans la tradition du roman noir le plus pessimiste.
Ici, sur fond de montagnes et de forêts, de lieux sauvages plus que de lourdeur urbaine, mais tout autant présents et sinistres.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Le Poète


Age: 37
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 2006
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 6:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Paru en poche chez 10/18, début septembre.




Citation:
Avec Là où les lumières se perdent, longue et douloureuse quête d’un être déchiré, David Joy déroule un tragique et tumultueux polar, accessoirement mâtiné d’une bouleversante love story. Un modèle de ce « rural noir » qui enflamme actuellement le polar américain. »

Philippe Blanchet, Le Figaro Magazine


L'occasion de découvrir ce superbe roman Wink
_________________
La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti - JRR Tolkien
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 57
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 989
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Lun Sep 25, 2017 9:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Très intéressant en effet.
Merci pour l'annonce de la sortie poche.
_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10127
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Sep 26, 2017 8:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bien joué Emil' pour l'annonce et la couv du poche, en plus je n'ai entendu que des avis enthousiastes à propos de ce roman ! Je vais le remonter tout en haut de ma Pal. Smile


Avec ce premier roman de David Joy l'an dernier et Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith cette année, visiblement Sonatine soigne particulièrement ses rentrées littéraires depuis deux ans en publiant de grands romans noirs.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
JohnSteed
Complice


Age: 44
Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 165
Localisation: Moulins


MessagePosté le: Dim Nov 26, 2017 1:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Là où les lumières se perdent ? c'est dans les ténèbres, dans le noir profond, dans les âmes où l'amour n'a pas sa place. C'est aussi dans cette famille McNeely, dont le patriarche gère le commerce de la meth et arrose la police locale. Ce fils, Jacob, n'est pas fait pour cette vie pourrie par la terreur et la mort. Lui qui retrouve son amour d'enfance souhaite s'affranchir de cette vie.
David Joy nous plonge tout au long des quelques 300 pages dans un roman noir que l'on ne découvre que très (trop) rarement. Quelques lignes plus haut, chouchou nous présentait cet écrivain comme un auteur "vrai, entier, humain". Ce livre est à cette image: vrai, entier, humain et nous emmène découvrir cet endroit effrayant : là où les lumières se perdent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Polarbear
Meurtrier


Age: 53
Inscrit le: 02 Nov 2015
Messages: 457
Localisation: Belin Beliet 33


MessagePosté le: Dim Nov 26, 2017 4:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ma prochaine lecture ! Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
_________________
"Ce qui compte dans le polar, ce n'est pas le crime, mais le monde dans lequel il se produit." Richard Price
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10127
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Déc 02, 2017 8:27 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> Et encore un beau 9/10 de la part de Polarbear sur PP :

Citation:


Un roman noir rural américain, comme beaucoup d'autres ?
Non, celui-ci est formidablement bien écrit, prenant, bouleversant.
A la fois simple dans la construction, limpide dans la narration, puissant par les thèmes évoqués, d'une justesse impressionnante.
Aucune longueur, aucun mot superflu, les descriptions précises et concises, des personnages" vrais".
Bref, je me suis régalé.





Et n'hésitez pas, ceux qui fréquentent à la fois PP et le forum, à venir copier/coller vos avis postés sur PP dans le topic consacré au livre pour lequel vous venez de voter sur le forum !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Hoel
Patrick Kenzie (modo)


Age: 30
Inscrit le: 06 Oct 2005
Messages: 8912
Localisation: Au bout du monde

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Jeu Jan 31, 2019 3:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis vient de paraître sur Polars Pourpres.



Hoel, sur Polars Pourpres a écrit:
« C'était de vivre que j'avais peur. »

Dans une petite bourgade des Appalaches vit Charly, tout juste dix-huit ans. Il aspire à la vie normale des jeunes de son âge. Oui mais voilà, il s'appelle McNeely. Un nom de famille qui fait peur dans les environs depuis des générations. Son père est un caïd de la drogue. Sa mère sort rarement de l'état second que lui procure la meth qu'elle consomme à longueur de temps. Et Maggie, son amie et amour d'enfance sort avec un blaireau. Il aimerait pouvoir la reconquérir et moins sécher les cours mais son père lui demande de plus en plus souvent de l'aider à mener ses affaires sordides. Et à vrai dire, il ne lui laisse pas vraiment le choix.

Récemment auteur d'un second opus, Le Poids du monde, toujours chez Sonatine, David Joy voyait paraître Là où les lumières se perdent en France en 2016. D'un premier roman, ce texte puissant et émouvant, rappelant la plume de Ron Rash (dans Le Monde à l'endroit en particulier), entre autres, n'a pas les habituels défauts. Sans le savoir, il serait d'ailleurs bien difficile pour quiconque de deviner qu'il s'agit ici d'un galop d'essai. Et quel galop ! À partir d'une situation de départ somme toute assez classique – un amour impossible, une famille qu'on ne choisit pas... – David Joy signe un drame magnifique, tantôt atroce tantôt terriblement poignant. Difficile de ne pas s'attacher à Charly, torturé entre ses aspirations et ce destin tout tracé qui lui semble tellement inéluctable. À tel point que l'impossibilité de quitter la ville et de tracer sa propre route paraît presque physique. Difficile de ne pas tomber amoureux de Maggie, mélange de douceur et de motivation qui est quant à elle bien décidée à mettre toutes les chances de son côté pour fuir ce trou et aller étudier à l'université. Difficile de ne pas ressentir ce mélange de pitié et d'amour filial qu'éprouve le jeune homme envers sa mère décatie, sa jeunesse prématurément partie en fumée dans les volutes d'une drogue qui la consume doucement mais sûrement. Rapidement, des événements conjoints bien que sans véritable lien poussent l'indécis Charly à devoir faire des choix. Les ennuis ne font alors que commencer.

Premier roman et première réussite pour David Joy. Là où les lumières se perdent (très beau titre qu'on comprend encore mieux ensuite) vise juste et convainc totalement. Les pages sont souvent sombres mais l'auteur laisse passer quelques rayons de soleil salvateur.
Sonatine a récemment annoncé un prochain titre de l'auteur pour octobre 2019, Ce Lien entre nous, qu'on attend déjà avec impatience.


_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://hanniballelecteur.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com