Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Entretien J.H. Oppel

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> Interviews
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
chouchou
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 47
Inscrit le: 01 Mar 2014
Messages: 751



MessagePosté le: Ven Fév 09, 2018 11:52 pm    Sujet du message: Entretien J.H. Oppel Répondre en citant

Correspondance réalisée entre les 18 et 19 Février.


les Pictographistes.


Ecrivain avisé de notre littérature noire française après avoir exploité une veine sociale depuis plusieurs ouvrages il se consacre à des thématiques d’ordre politique avec une clairvoyance et une acuité confondante. Merci pour sa disponibilité et l’aide précieuse de Pierre Fourniaud.



/Vous êtes de nouveau dans un thème politique, depuis un certain nombre d’ouvrages, est-ce une volonté ou un choix dicté par des événements touchant notre pays ?



Disons un peu les deux, avec un troisième élément qui veut que j’aime bien changer à chaque nouveau roman. La planète Polar est vaste, je m’y promène au gré de l’inspiration, mais il est vrai que depuis quelques temps je fonctionne par cycle: commencé classique, plus noir ensuite, et puis une veine sur la thématique “présidentielle”, et maintenant l’horreur économique, démarrée avec VOSTOK et qui se poursuit donc avec 19500 DOLLARS LA TONNE… à mon avis pas le dernier opus de ce cycle-là !





/ Vos derniers ouvrages , par leur inflexion thématique, restent, pour moi, des récits s’ingéniant à décrire des systèmes, des problématiques en relayant les personnages à un plan plus subalterne à l’inverse de livres tel « Chaton: trilogie », « Ambernave », « Six Pack », ce changement est il contextuel ou une évolution personnelle dans votre vision de littérateur ?



Au début de mon “œuvre” (je mets les guillemets pour la modestie), je m’intéressait plus aux trajectoires des personnages, ceux-ci me servant à mettre en avant les dysfonctionnements sociaux (chômage, spéculation immobilière, psychopathie criminelle, etc.) sans pour autant écrire des tracts.

À partir de FRENCH TABLOÏDS, étrangement commencé le 21 avril 2002 vers 20h01, le fond a pris le pas sur les personnages du fait de son poids politique (au sens littéral: la vie de la cité): trucages électoraux, dissuasion nucléaire (l’ennemi de mon ennemi est-il pour autant mon ami ?), et enjeux économiques majeurs déterminent à présent une sorte de casting à chaque nouveau livre… Pour parler de ça, de qui ai-je besoin dans quel(s) rôle(s) ?



/ « 19500 Dollars la tonne » clairvoyance froide d’une déliquescence de notre monde et des paradigmes qui le régisse ?



Très très difficile de répondre par l’affirmative sans déchirer ses chaussettes (enflement des chevilles inévitable), alors je dirais qu’il s’agit plus de mettre en avant des réalités que beaucoup ne peuvent (ne veulent ?) pas voir. Je ne prétends pas sauver le monde, mais j’aimerais vraiment que soient nombreux-nombreuses ceux et celles qui mesurent pleinement l’aberration du principe de la vente à découvert ou du taux d’intérêt négatif.. Et cela s’enchaîne idéalement avec la deuxième partie de votre question suivante !





/ Ce récit vous a t-il nécessité des recherches spécifiques? Les anecdotes semblant plus vraies que nature…



Je compile de la documentation (coupures de journaux et films documentaires, entre autres) depuis longtemps sur le sujet, et vive Internet pour l’accès à tout le reste ! Cela dit, l’univers boursier, c’est pas Disneyland… ou alors dans le train fantôme ! Le revers de la médaille, c’est que l’économie va plus vite que l’édition: les chiffres sont obsolètes à peine écrits. Pour les anecdotes, secret de fabrication jalousement gardé pour la plupart… Par honnêteté, j’avoue avoir parfois grossi le trait, simplifié la mécanique des marchés – mais le reportage en direct du palais Brognard à la criée en folie, j’y étais !



/ La construction sur trois axes de vision qui finissent par se rejoindre présente t-elle une difficulté d’élaboration, de cohérence de l’ensemble ?



Rendons à César… Cette structure de récit, je l’ai découverte chez James Ellroy. Elle ne marche pas avec tout, mais quand elle fonctionne, elle permet de développer plusieurs thèmes similaires sans avoir l’air de se répéter. Côté pile, on peut travailler dans le désordre et gagner du temps; côté face, quand il faut remettre le tout dans l’ordre définitif, il y a un gros travail de relecture et d’affinage. Sur 19500 DOLLARS LA TONNE, c’est même la première fois que j’ai été tenté de présenter trois versions différentes du manuscrit – trois montages différents du même film, en métaphore cinématographique… Trois livres d’égale valeur ? Comment le savoir !



/Optimiste quant à la tournure, l’avenir de notre monde, prompt à la mondialisation , le quant à soi, les communautarismes ?



Vous croyez vraiment qu’il y a de quoi être optimiste de nos jours trumpo-macro-lepeno-cilmato-poutinien ?!?

Les faux pessimistes déclarent que d’ici la fin du siècle, il n’y aura plus que des cailloux à manger sur Terre – les vrais pessimistes, dont je suis, précisent: attention, il n’y aura pas assez de cailloux pour tout lemonde !



/des livres récents, ou pas, qui vous ont séduit…



Je lis avec du retard sur l’actualité littéraire, alors je conseille (en rapport avec la question précédente) toute le SF des années 60-70… C’est devenu de véritables polars, les auteurs avaient tout compris avec un demi-siècle d’avance – lire TOUS A ZANZIBAR de John Brunner pour le mesurer… Et les racontars du Groenland de Jorn Riel pour se remonter le moral ensuite !





/ Nous avons l’habitude, chez Nyctalopes, d’illustrer nos chroniques par un choix musical, quel serait le vôtre pour votre dernier ouvrage ou dans l’humeur du moment ?
Whatever you want de Status Quo, en hommage à Richard Parfitt qui a définitivement raccroché la Telecaster le mois dernier.
_________________
Celui qui affronte les monstres devra veiller à ce que, ce faisant, il ne devienne pas lui-même un monstre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> Interviews Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com