Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Dirty week-end - Helen Zahavi (Libretto)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10280
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Fév 01, 2019 12:03 pm    Sujet du message: Dirty week-end - Helen Zahavi (Libretto) Répondre en citant

Thriller noir d'une actualité brûlante (et prometteur, à la lecture des premières pages), Dirty week-end de Helen Zahavi vient d'être réédité en Libretto, toujours traduit par Jean Esch.






Le livre :

« Quand les gentilles filles font du mal aux vilains garçons... »

Bella en a assez.
Bien que discrète, elle ne supporte plus le voyeurisme de son voisin, la main baladeuse de son épicier de quartier. Elle ne supporte pas davantage les comportements malsains que génère la promiscuité de son train de banlieue aux heures de pointe.

C’est alors qu’elle décide par un beau matin, elle si discrète, de mettre un terme à ces conduites de la manière la plus radicale qui soit : l’élimination de tous ces mâles déviants.
Devenue tueuse en série, Bella y prendra un plaisir jusque-là insoupçonné… Les rôles seront dès lors inversés.

Roman d’une violence rare sur les rapports de domination, il sera le dernier livre de littérature à faire l’objet d’une demande d’interdiction pour immoralisme à la Chambre des Lords lors de sa parution en 1991. Il est adapté au cinéma par Michael Winner en 1993.



>> Lire les premières pages



>> Le site de l'auteur : http://www.helenzahavi.com/




L'auteur :

Helen Zahavi est née en 1966.
Elle est romancière et scénariste.
Elle vit à Londres.
Elle s’est fait connaître en publiant un roman « noir » qui a scandalisé l’Angleterre : Dirty Week-End (Libretto, 2000).
Elle est également l'auteure de True Romance (Phébus, 1996).



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 42
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 10280
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Sep 05, 2019 9:00 am    Sujet du message: Répondre en citant




La chronique de Yan sur Encore du Noir :

Citation:

Dirty week-end, d’Helen Zahavi



Jeune femme discrète, Bella vit à Brighton une vie terne : « Elle aimait lire les petites annonces, pour voir ce que la vie avait à offrir. Il existait tout un monde là au-dehors et, chose curieuse et réconfortante, il n’avait pas l’aire beaucoup mieux que le sien. Pas aussi moche, mais pas beaucoup mieux. » Ce monde moche le devient un peu plus encore quand son voisin d’en face commence à la harceler et à la menacer. Jusqu’à présent, Bella a enduré sa vie, a subit en silence et peut-être aurait-elle pu continuer ainsi :

« Bella aurait pu avoir une réaction décente. Elle aurait pu réagir comme les gens décents. Elle aurait pu remplir son petit ventre rond de barbituriques, ou bien se jeter, avec une belle désinvolture, du haut d’une tour. Les gens auraient trouvé cela triste, mais pas inconvenant. "Ah, pauvre Bella, auraient-ils soupiré, en jetant ses restes dans la terre à l’aide d’une pelle. Sans doute n’en pouvait-elle plus", auraient-ils dit. Au moins avait-elle eu la décence de réagir avec décence. »


Mais Bella choisit un jour une autre voie. Elle ne se laissera plus considérer comme une enveloppe destinée à accueillir les fantasmes violents d’hommes persuadé que tout est la faute des femmes. Son pervers narcissique de voisin va en faire les frais le premier. Et dans le week-end qui suit, d’autres encore vont avoir le déplaisir de croiser une Bella déterminée à ne plus jamais être une victime.


À sa parution en 1991, Dirty week-end fait scandale. Lu comme un appel à l’autodéfense et à la justice expéditive, il a droit à une médiatique demande d’interdiction de la part d’une députée qui y voit un livre immoral, est attaqué dans la presse, y compris par Salman Rushdie, et est adapté en 1993 au cinéma par Michael Winner, réalisateur de la série de films Un justicier dans la ville, avec Charles Bronson. Tout est là pour faire du roman d’Helen Zahavi une œuvre réactionnaire et amorale.


Ça n’est pourtant pas le cas. Dirty week-end est un livre provocateur, c’est certain. Une dénonciation violente de rapports hommes-femmes dans lesquels les premiers exercent leur domination sur les secondes, c’est tout aussi certain.
Helen Zahavi inverse les rôles. Pour une fois, une femme réagit : Bella rend aux hommes qu’elle croise ce week-end là toute la violence qu’elle a subie. Ce retournement de la violence est montré avec crudité, sans filtre, et ce qui est peut-être le plus dérangeant, c’est que Bella n’est ni une femme fatale, ni une femme-objet.
Elle est une femme ordinaire qui n’en peut plus, qui a ses propres failles, qui a vécu une vie qui n’a rien de modèle et qui n’est elle-même pas un modèle. La scène de sa rencontre avec Nimrod, immigré iranien tout juste reconverti dans la voyance, est révélatrice de l’ambigüité de Bella qui tente là d’exercer sa propre domination sur un personnage dans lequel elle ne voit, quand il la pousse dans ses retranchements, qu’un être inférieur puisqu’étranger et, à ce titre, citoyen de troisième zone.


En forçant le trait, en accentuant la violence – tempérée cependant par un humour corrosif – Helen Zahavi écrit un roman qui recèle une certaine dimension cathartique et se révèle souvent dérangeant. Helen Zahavi pose clairement la question de la légitimité de cette violence dans un rapport de domination qui devient un rapport de forces. Pour autant, on ne peut certainement pas dire que cette violence soit forcément présentée comme une solution, ou une fin en soi. Elle donne par contre à réfléchir sans apporter de solution prémâchée.


Par ailleurs, et cela ne gâche rien, le ton distancié que donne Helen Zahavi à son récit, l’ironie cruelle qui en ressort, l’écriture très travaillée, font de Dirty week-end un roman qui n’est pas seulement un brûlot, mais bien aussi un excellent livre dans lequel le plaisir de la lecture le dispute à la sidération.
C’est tout cela qui en fait, à sa manière, un livre culte dont on ne peut que se féliciter qu'il soit à nouveau disponible.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com