Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Dans les angles morts - Elizabeth Brundage (La Table Ronde)
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 19, 2018 4:50 pm    Sujet du message: Dans les angles morts - Elizabeth Brundage (La Table Ronde) Répondre en citant

« Thriller littéraire » encensé par la critique aux Etats-Unis, Dans les angles morts (All Things Cease to Appear) de l'Américaine Elizabeth Brundage vient de paraître dans la collection « Quai Voltaire » des Editions La Table Ronde, traduit par Cécile Arnaud.






Le livre :

« Des fantômes, un meurtre, un psychotique terrifiant qui a pourtant l’air normal, et une écriture superbe. » Stephen King

En rentrant chez lui un soir de tempête de neige, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre - depuis combien de temps ?

Huit mois plus tôt, engagé à l'université de Chosen, il avait acheté pour une bouchée de pain une ancienne ferme laitière, et emménagé avec sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie, en passe d'être repeuplée par de riches New-Yorkais.
Ce qu'il a omis de dire à sa femme, c'est que les anciens propriétaires, acculés par les dettes, s'y étaient suicidés, en laissant trois orphelins, Eddy, Wade et Cole.

Dans les angles morts est aussi l'histoire des frères Hale, et celle de la maison de leur enfance.
Pour le shérif Travis Lawton, George est le premier suspect.
Mais les secrets sont tenaces dans cette enquête où la culpabilité règne en maître.

Portrait riche et complexe d’un psychopathe, d’un mariage aussi, Dans les angles morts étudie dans le détail les diverses cicatrices qui entachent des familles très différentes, et jusqu’à une communauté tout entière. La prose haletante d'Elizabeth Brundage explore les défaillances enfouies en chacun de nous, susceptibles de nous mener à l'impensable.



« La prose d'Elizabeth Brundage peut vous couper le souffle d'étonnement ou bien vous briser le coeur en une seule ligne. » Tom Nolan - The Wall Street Journal

« Le roman brûlant de Brundage incarne le meilleur du thriller littéraire, épousant un drame captivant avec une prose impeccable. » Publishers Weekly

« Un thriller atmosphérique intelligent... Avec un scénario qui se resserre comme un boa constrictor, c'est un livre que vous ne voudrez pas lire seul tard dans la nuit. » Kirkus Reviews

« Le récit complexe de ce thriller littéraire mixe une maison maudite et un meurtre non résolu avec une écriture impeccable. » The New York Times Book Review

« Fréquemment choquant et immensément émouvant... C'est pour ces livres extraordinaires que le terme «thriller littéraire» a été inventé. » The Wall Street Journal

« Superbe... Imaginez un Gone Girl plus littéraire et féministe. » Vogue





>> Lire un extrait




>> Le site de l'auteur : http://elizabethbrundage.com/




L'auteur :

Elizabeth Brundage est diplômée de l'université du Hampshire.
Elle a étudié le cinéma à l'université de New York et a été membre de l'American Film Institute de Los Angeles.
Elle vit près d'Albany, dans le nord de l'État de New York.
Dans les angles morts est son premier roman publié en France.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy


Dernière édition par norbert le Sam Jan 20, 2018 7:05 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 36
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1896
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Ven Jan 19, 2018 7:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Très tentant ! Je le met tout de suite dans mes "achats prévus" pour ne pas l'oublier !
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 19, 2018 9:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Emil' a écrit:
Très tentant ! Je le met tout de suite dans mes "achats prévus" pour ne pas l'oublier !



Idem. Je l'avais repéré dans les nouveautés il y a deux semaines, et j'espère pouvoir me le prendre dès demain, il me tente trop !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Ironheart
Annie Wilkes


Age: 44
Inscrit le: 25 Juil 2007
Messages: 3846
Localisation: Le Gard

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Jan 23, 2018 7:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Norbert, il a l'air super méga chouette !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Jan 23, 2018 8:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ironheart a écrit:
Merci Norbert, il a l'air super méga chouette !



Mais tout le plaisir est pour moi ! Laughing Wink

En fait, je n'ai qu'une hâte, c'est le commencer ! Mais non seulement il faut que je finisse le bouquin que je suis en train de lire (car sur ce coup-là jen'ai pas eu le nez creux...), et puis que je lise au moins un autre titre de la sélection PP.
Mais c'est pas plus mal, j'aime bien me faire saliver quelques temps quand j'ai un bouquin que je sens que je vais adorer !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 57
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 970
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Ven Jan 26, 2018 10:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

Un petit scan sur un article paru dans "Transfuge" de ce mois-ci:


_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 26, 2018 12:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

WOW !!! Shocked Ca a vraiment l'air d'être du lourd. Miam !

Super, un grand merci TGB pour ce scan ! Very Happy
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Jan 31, 2018 12:20 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Sabine Audrerie dans La Croix :

Citation:

« Dans les angles morts », la maison du silence


L’Américaine Elizabeth Brundage tresse un roman noir et psychologique avec l’histoire de deux familles aux destins tragiques, dans une ferme isolée de l’État de New York.




Il n’y a pas d’arbres, hors quelques rares troncs noirs, dans cette campagne agricole de la lointaine banlieue de New York, où les exploitations céréalières et les fermes laitières en faillite sont rachetées par des privilégiés urbains comme villégiatures.
Mais c’est dans une forêt touffue qu’entre le lecteur, avec ce roman prodigieusement captivant par son intrigue et la finesse de son écriture.


L’Américaine Elizabeth Brundage, dont c’est le premier roman traduit en français, ne cache rien au lecteur : Catherine Clare est morte.
Et de la plus effroyable façon : assassinée dans son lit un jour de février 1979, une hache dans la tête.


Qui était cette jeune femme discrète, épouse de George, professeur d’histoire de l’art, elle-même restauratrice de fresques d’églises, pieuse et dévouée à son mari ?
Quels étaient les secrets de cette femme au foyer résignée depuis la naissance de leur fille Franny, trois ans plus tôt, et leur emménagement dans cette maison étrange du comté de Columbia ?




Des couples étrangement seuls


Dans une narration complexe par ses voix et sa chronologie (et pourtant toujours claire), le roman enchâsse plusieurs destins de couples et toujours de solitudes, gravitant autour de cette maison.


Le shérif Travis et sa femme Mary ; Justine, la collègue de George, et son mari Bram ; l’étudiante instable Willis ; Rainer, l’oncle bienfaisant ; la taiseuse Ella Hale, qui vivait avant dans la ferme isolée, dont les trois fils emplis d’amour paraissent « venir d’une époque révolue » : Eddy, l’aîné musicien, Wade, qui connaîtra d’autres traumatismes en Irak, et Cole, le plus jeune, dont les larmes « sur ses joues et dans sa bouche avaient un goût de terre. C’était leur terre. Celle de leur père, de leur grand-père et de tous les hommes qui les avaient précédés, dont les fantômes en costume du dimanche et aux pieds chaussés de bas, les poches pleines d’asticots, étaient maintenant les gardiens. »


Les fantômes et la ferme blanche sont les autres personnages principaux du roman.
Elizabeth Brundage avance par petites touches, à la manière peut-être du peintre paysagiste George Inness par les toiles duquel George Clare est fasciné.
Ce dernier ne cesse de bouger sur la toile, à mesure que le spectateur voit le tableau s’étoffer.
Un homme insaisissable, « comme s’il était un dangereux phénomène météo qui détruisait tout sur son passage », professeur d’histoire de l’art, « imposteur dans son costume d’universitaire »




La perfection du suspense


L’auteure, avec cette manière de ne jamais définir d’emblée celui dont elle parle, aime laisser planer l’incertitude durant quelques phrases, plaçant le lecteur dans le même état de doute et de crainte diffuse dans lequel vont tour à tour se trouver tous ses personnages au fil de ces trente années d’histoire.


À travers une intrigue minutieusement construite, Elizabeth Brundage offre une réflexion aiguë sur la puissance des liens filiaux et sur le couple, sur l’injustice d’une vie, même pour les plus soucieux du bien, même pour les plus pieux.
La foi et la quête d’une paix spirituelle sont aussi au centre de son attention.


« Cette ville n’a plus jamais été la même après » la mort de Catherine, comme si la communauté tout entière portait malgré elle la responsabilité de sa mort.
Le maître du suspense Stephen King a salué le premier roman d’Elizabeth Brundage en ces termes : « Des fantômes, un meurtre, un psychotique terrifiant qui a pourtant l’air normal, et une écriture superbe. »
On peut lui faire confiance.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 57
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 970
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Lun Fév 19, 2018 3:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Décidemment, le mag Transfuge ne se foule pas trop dans le traitement de la littérature noire, non seulement il ne reste plus qu'une seule page sur le roman noir mais d'un mois sur l'autre il nous propose le même bouquin, certes très alléchant, ne s'embarassant même pas avec la photo accompagnant l'interview puisqu'il s'agit de la même que le mois précédent...


_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 36
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1896
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Lun Fév 19, 2018 7:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais, c'est moyen Confused La première fois c'était une présentation du livre, ici une interview, et le numéro de la page à changer quand même ! Laughing

Je viens tout juste de le commencer (ma libraire a adoré, le livre etait placé dans ses derniers coups de coeur). À suivre !
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
voxac30
Meurtrier


Age: 46
Inscrit le: 14 Mar 2011
Messages: 397
Localisation: alpes de haute provence

La Ligne Noire

MessagePosté le: Mar Fév 20, 2018 12:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il est excellent ce bouquin !
_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... J'ai la certitude d'être encore heureux.
Jules Renard (1864-1910)

http://librairiejaubert.canalblog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 36
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1896
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Ven Mar 02, 2018 5:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui excellent, pas "simple" à aborder, le récit est assez complexe mais vraiment c'est un superbe livre. L'écriture est très belle, la construction de l'intrigue élaborée. Beaucoup de portraits de personnages ayant chacun une histoire qui est dévoilée minutieusement au fil des pages, et puis il y a la ferme, les fantômes qui la hantent ...
Amour, amitié, trahison, mensonge, culpabilité, liens familiaux, ..., plein de thèmes abordés et bien traités dans ce livre riche et puissant.
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mar Mar 13, 2018 9:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant




voxac30 a écrit:
Il est excellent ce bouquin !



Emil' a écrit:
Oui excellent, pas "simple" à aborder, le récit est assez complexe mais vraiment c'est un superbe livre. L'écriture est très belle, la construction de l'intrigue élaborée. Beaucoup de portraits de personnages ayant chacun une histoire qui est dévoilée minutieusement au fil des pages, et puis il y a la ferme, les fantômes qui la hantent ...
Amour, amitié, trahison, mensonge, culpabilité, liens familiaux, ..., plein de thèmes abordés et bien traités dans ce livre riche et puissant.



Miam ! Merci pour ces avis et commentaires, ça donne encore plus envie ! Smile
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mar 16, 2018 5:13 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Cécile Mury dans Télérama :

Citation:

Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

On aime beaucoup


Sensible et cruel, ce récit ausculte les murs d’une vieille ferme de l’Etat de New York et ses occupants successifs, frappés par le malheur.



Dans les angles morts, les spectres murmurent leur histoire, froide et ténue comme un courant d’air en hiver.
Ils rôdent dans ce roman noir et lumineux, toujours à la périphérie de la conscience, dans l’interstice entre l’intuition et l’oubli.
Ils ne ressemblent en rien aux habituels épouvantails de la littérature fantastique.


A Chosen, une petite ville agricole du nord de l’Etat de New York, il y a bien une maison hantée.
Mais ce qui s’y attarde relève plus de la douleur fantôme, d’une survivance du malheur, que du revenant.
Depuis deux siècles, l’antique ferme, « le cœur battant dans la cave », a vu naître bien des vies, et autant de malédictions.
Foisonnant, sensible et cruel, le livre se déploie et se replie entre les deux derniers de ces drames intimes, vers la fin des années 1970 : « l’accident » tragique des propriétaires historiques, les Hale, paysans ruinés, essorés, littéralement au bout de leurs peines, et le destin opaque de ceux qui emménagent à leur place : George et Catherine, un jeune couple de citadins, une jolie petite famille avec fillette, un effroyable trompe-l’œil.


En dévidant le fil de leur relation empoisonnée, et d’autres qui se tissent et se défont tout autour, Elizabeth Brundage trouve le chemin d’une époque.
Elle raconte l’Amérique rurale de l’ère pré-Reagan, où les femmes ne sont pas toutes libérées, où l’on s’épie, se perd ou se soutient, dans un temps suspendu, entre les séquelles d’une guerre à peine terminée au Vietnam et l’autre, économique et sociale, qui ne fera qu’empirer.
Alternant les points de vue, les fragments de vérité, les portraits miniatures ciselés comme des romans dans le roman, du plus poignant au plus minéral, voire terrifiant, elle peint une fresque d’une étonnante profondeur, d’une puissance d’évocation presque spirite.
Sous sa plume, même l’accessoire le plus trivial subit une forme de sombre enchantement : « Elle serrait un mouchoir jaune comme une fauvette prise au piège et, en pensée, il vit le tissu froissé se déplier et s’envoler. »
Un grand roman américain, hanté par le fantôme de Steinbeck.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 41
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 9702
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Sam Mar 24, 2018 12:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Blandine Hutin-Mercier dans La Montagne :

Citation:

Elizabeth Brundage

Une lutte du visible et de l’invisible




Le roman s'ouvre sur un meurtre.
Une femme est tuée dans son lit, le crâne fendu à coup de hache.


Catherine, son mari et leur petite fille ont emménagé dans cette ferme de l'État de New York quelques mois plus tôt ; tout juste le temps de se faire une place dans cette communauté où tout se sait, mais beaucoup se tait.


Une communauté sur laquelle l'ombre du malheur plane.
Dans cette ferme humide et froide, dans le lit même où Catherine a été assassinée, une autre femme et son mari, des fermiers ruinés, se sont suicidés.
Un drame qu'Ella, fantôme bienveillant au cœur du malheur qui les a réunies, souffle aux oreilles de Catherine quand les courants d'air balaient la maison.


Tandis que le meurtrier court à sa perte, que d'autres crimes se révèlent, Elizabeth Brundage tisse les liens qui fondent cette communauté rurale et décalée, laissée au ban d'une société plus brillante.
Elle dessine des couples, des familles, des amis minés par la violence, l'alcool et l'infidélité, l'indifférence ou la douleur, perclus d'hypocrisie et de mensonge.


Malaise ambiant


D'une écriture qui atteint parfois la fulgurance, elle dépeint une nature belle et lumineuse, mais les âmes noires, manipulatrices, perverses.
Une lutte s'instaure entre le bien et le mal, les candides et les mauvais n'étant pas toujours ceux que les apparences dessinent.


De ce roman en clair-obscur sourd un malaise ambiant, une présence énigmatique envahit l'espace et le temps, que l'alternance des points de vue amplifie au fil du récit.
Chacun détient sa vérité, cachée entre le visible et l'invisible.



_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com