Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les romans de Linwood Barclay
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 38
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 8619
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Oct 19, 2022 11:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

Dans la foulée de ma très appréciable lecture de La Fille dans le rétroviseur, je me suis pris :



à ma médiathèque. Very Happy
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 44
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 11381
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Ven Oct 21, 2022 5:58 am    Sujet du message: Répondre en citant



Ma chronique sur Polars Pourpres :

Citation:
Paul Davis, professeur d’université, a vécu un terrible choc : c’est par hasard que sa route a croisé celle de son collègue et ami Kenneth Hoffman alors qu’il avait dans le coffre de sa voiture les corps égorgés de ses deux maîtresses. Kenneth a tenté de se débarrasser de ce témoin encombrant d’un coup de pelle mais il a été appréhendé par la police avant un troisième assassinat. Huit mois plus tard, Paul est toujours mal en point : il a des amnésies et du mal à récupérer mentalement. Il est suivi par une psychologue, Anna White, et décide de coucher sur papier son trauma, histoire de se soulager de cette surcharge mentale. Mais des phénomènes inexpliqués et terrifiants surviennent : des bruits dans sa maison, la machine à écrire Underwood qui cliquette voire lui délivre des messages… Et si cette machine était celle avec laquelle Kenneth avait obligé ses proies à consigner des excuses ?

Linwood Barclay est un auteur que l’on ne présente plus : déjà une vingtaine d’ouvrages traduits en France avec un égal succès, tant critique que public. Ici, ce roman joue habilement sur les faux-semblants, et l’écrivain décortique avec un talent maîtrisé la lente descente aux enfers d’un Paul Davis, archétype du malheureux devenant la proie de sa propre aliénation. Est-il le jouet d’un complot ? De son propre somnambulisme ? Essaie-t-on de le pousser au suicide ? Cette sinistre machine à écrire est-elle réellement celle employée quelques mois plus tôt par Kenneth qui continue de croupir en prison ? Linwood Barclay emprunte un peu à l’immense Stephen King au sujet de cette Underwood qui pourrait être douée d’une âme propre, mais il ne s’agit pas d’un roman fantastique au sens littéraire du terme : l’écrivain multiplie avec maestria les fausses pistes, les personnages douteux, les scènes pouvant être interprétées de diverses manières. Il décortique avec intelligence la déclivité progressive d’un individu lambda dans la folie, sans effet forcé ni pyrotechnie superflue. Dans le même temps, les autres individus qui peuplent ce récit sont bien campés, de la psychologue à Charlotte, la compagne de Paul, en passant par son copain Bill Myers et ce curieux énergumène, Gavin, suivi par Anna et qui multiplie les « farces » de fort mauvais goût. Et le dénouement est à l’image de l’ensemble de cet opus : simple mais particulièrement efficace.

Un livre très réussi, crédible et prenant, sans le moindre temps mort et haletant du premier au dernier chapitre.


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 38
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 8619
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2022 8:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon court avis sur l'excellent :



Citation:
Un excellent thriller qui m'a tenu en haleine de bout en bout ! Linwood Barclay a su allier écriture dynamique, personnage principal attachant (et dont le récit à la première personne permet une plus grande proximité), intrigue hyper bien ficelée. Un page-turner comme je les aime, tout en laissant des traces dans la mémoire. Cela m'a un peu rappelé les romans de Joël Dicker.
Bref, j'ai adoré !

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 38
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 8619
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2022 9:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le Juge Wargrave a écrit:
Dans la foulée de ma très appréciable lecture de La Fille dans le rétroviseur, je me suis pris :



à ma médiathèque. Very Happy


Mon avis :

Citation:
Très bon roman à suspense, page-turner hyper efficace. Je n'ai pu m'empêcher de comparer avec La Fille dans le rétroviseur du même auteur que j'avais lu (peut-être trop) récemment. La mécanique est la même et force est de constater qu'elle fonctionne super bien. J'ai quand même senti venir la supercherie même si l'auteur est très habile pour nous perdre dans nos suppositions. L'auteur sait aussi y faire quant aux personnages, avec un Paul Davis complètement perdu après la tentative d'assassinat qu'il a subi de la part de son collègue et mentor ou encore sa psy Anna White, dont le soutien à son patient dépasse largement ses fonctions (et que dire de la relation avec son papa atteint d'alzheimer ?), deux "héros" auxquels je me suis attaché.
Bref, un roman efficace, prenant et même haletant, aux personnages charismatiques, une réussite de plus à mettre à l'actif de Linwood Barclay.

_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
El Marco
Charlie "Bird" Parker (modo)


Age: 44
Inscrit le: 30 Avr 2004
Messages: 11381
Localisation: Alpes-Maritimes

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Déc 14, 2023 6:50 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:
En chute libre.

Lundi, 8 heures. Plusieurs employés de Cromwell Entertainment empruntent un ascenseur pour rejoindre leurs bureaux situés aux 33e et 37e étages d’un gratte-ciel new-yorkais. Curieusement, la cabine ne s’arrête pas et poursuit sa montée. Avant de lâcher.
Un accident mécanique, tragique et banal. Mais le lendemain, un drame similaire se produit dans un autre building du quartier. Puis un autre le mercredi. La panique s’installe dans Big Apple. Qui peut bien menacer la ville la plus verticale du monde ?

Alors que la population n’ose plus sortir de chez elle, que les services de maintenance sont saturés, que la Bourse dégringole, deux flics désabusés et une journaliste tenace vont s’engager dans une course contre la montre pour résoudre ces affaires avant l’inauguration de la plus grande tour résidentielle de Manhattan, prévue pour la fin de la semaine…
Avec ce nouveau polar, Linwood Barclay défie les lois de la gravité pour nous offrir un moment de suspense aussi anxiogène que jubilatoire. Cramponnez-vous ! Les portes de l’ascenseur viennent de se refermer ; il n’y a plus d’issue.


Ma chronique sur Polars Pourpres :

Citation:
New York connaît depuis quelque temps une série d’incidents inquiétants et singuliers : des ascenseurs tombent en panne et entraînent la mort de plusieurs personnes. Deux officiers de police, Lois Delgado et Jerry Bourque, se mettent à enquêter tandis que Barbara Matheson, une journaliste pugnace, ennemie farouche du maire Richard Wilson Headley, va bientôt les rejoindre dans leur investigation. Une course contre la montre s’amorce dans cette ville si verticale tandis que d’autres cabines provoquent des décès supplémentaires.

On connaît très bien Linwood Barclay, son imagination fertile, son talent de conteur, l’originalité de ses intrigues et leur immense efficacité : ce Vertige de la peur, pour notre plus grand plaisir, ne déroge pas à la règle. Voici donc un thriller de premier ordre, original et retors à souhait. Les divers personnages que l’on y trouve sont très bien caractérisés. Bourque est un policier encore traumatisé par une récente bavure qui met à mal sa respiration en période de stress, obsédé qu’il est par une étrange pluie de gouttelettes de sang. Matheson est une journaliste sacrément têtue et maligne, qui doit aussi composer avec sa fille Arla, dont le tempérament est également solide et bouillonnant. Parallèlement, Linwood Barclay, en écrivain chevronné, a su dissiper les clichés du genre et dépeindre un maire bien plus complexe et dense qu’attendu, autrefois un parfait salopard, aujourd’hui capable de beaux élans du cœur et ayant des relations ambivalentes avec son fils Glover. Les chapitres, courts et intenses, alternent à merveille, le suspense est maintenu à un excellent niveau et sans le moindre temps mort, et de nombreux épisodes viennent s’ajouter à l’histoire, la rendant encore plus puissante et attractive, comme ces militants dénommés les « Flyovers » ou les agissements de la sécurité intérieure des Etats-Unis alarmés par la mort d’une scientifique lors de l’un de ces accidents d’ascenseur. En outre, le final réserve bien des surprises quant à l’identité du criminel ainsi qu’en ce qui concerne ses motivations, et c’est au terme d’une excellente tension dramatique, dans un building assiégé par un individu prêt à tout pour assouvir sa vengeance, que se bouclera ce roman mémorable.

Linwood Barclay nous enchante une fois de plus avec ce livre nerveux et haletant, au pitch alléchant, et qui se permet en plus de nous gratifier de réparties savoureuses, de beaux moments d’émotion et de ce qui manque parfois aux ouvrages du genre, à savoir une âme. Croyez-moi : vous ne pénètrerez jamais plus dans une cabine d’ascenseur sans un moment d’appréhension.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 47
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 11572
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Jeu Déc 14, 2023 8:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ca fait très longtemps que je n'ai pas lu de livre de ce bon Linwood, il va falloir que je m'y remette !
_________________
« Il vaut mieux cinq mille lecteurs qui ne vous oublieront plus jamais à des centaines de milliers qui vous auront consommé comme une denrée périssable. » Jérôme Leroy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com