Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres
http://rivieres.pourpres.free.fr - http://polars.pourpres.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   Google MapGoogle Map   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Polars Pourpres

Les Larmes Noires sur la Terre- Sandrine Collette
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Jan 20, 2017 9:04 am    Sujet du message: Répondre en citant




Dodger a écrit:


Ottis Toole est totalement raide fan de Sandrine Collette, son 10 n'est ni une surprise, ni un indice réellement objectif de la qualité de ce nouveau livre Razz



Pas tout à fait d'accord avec toi sur un point : c'est vrai qu'il est raide fan de Collette, mais ce n'est pas pour ça qu'il lui avait décerné jusque là des notes forcément mirobolantes : 8/10 pour Il reste la poussière qu'il considérait comme son meilleur roman jusqu'à ces Larmes noires, là où personnellement je trouve qu'elle mérite au moins largement un 9.
Et il n'est d'ailleurs pas non plus du genre à mettre souvent des 10 - c'est le moins qu'on puisse dire - ni même des 9.

En plus, on ne fait pas ce genre de remarque - j'allais dire de "procès" - aux fans de Thilliez, Bernard Minier, Chattam ou tout autre auteur, en leur disant que leurs 9 ou 10/10 ne sont pas "objectifs", donc je ne vois pas pourquoi Ottis Toole aurait droit à ce traitement particulier !

Sinon, pour le reste, les goûts et les couleurs, comme on dit... Wink
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.


Dernière édition par norbert le Ven Fév 03, 2017 4:08 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
chouchou
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 46
Inscrit le: 01 Mar 2014
Messages: 641



MessagePosté le: Mer Fév 01, 2017 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon avis.....
Citation:
La brillance, les lumières de la métropole attisent les rêves. Quand ceux-ci sont déçus la chute est vertigineuse. Car la société en a décidé autrement, un tunnel sombre se profile devant une jeune femme à l’orée de sa vie.

« Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse».

La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.

Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.

Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix? »

Moe de son île imagine sa destinée sous les meilleurs auspices mais le désenchantement sera brutal et rapide. Entre déshérence, errance et voie sans issue elle aboutit dans une cité qui n’en est pas une, la casse, où sont concentrés une frange de la société qui n’a plus voix au chapitre.

Une société qui refoule, qui sélectionne son peuple et les produits d’une décrépitude politique, morale, éthique où parqués dans la périphérie du cœur citadin, les marqués de la vie sont effacés, ont le mépris tatoués sur leur ceinture scapulaire. Cette société qui fait l’économie d’une réflexion moraliste, qui fait l’économie du soutien à autrui par l’insertion mais qui reste dispendieuse dans sa volonté de gentrification assumée et jusqu’auboutiste est une société qui abandonne l’essence même des préceptes, des piliers de la cité. On est aux antipodes des actions, de la volonté d’une association telle que Les Enfants de Don Quichotte et les êtres qui peuplent La Casse vivent d’expédients, de rêves ou de tristes lucidités.

A l’inverse du Car de Harry Crews où des hommes ingèrent des carcasses automobiles, on est aux prises, comme une parabole, à des voitures vouées à la casse qui sont les sarcophages des existences d’êtres humains. De cette descente inexorable, hélicoïdale, d’une génération réprouvée, un régime politique balisé par le repli sur soi, la crainte d’autrui dans ses différences, ses singularités n’octroie plus d’échappatoires, de portes ouvertes.

Sandrine Collette franchit, à mes yeux, une étape dans sa vie de littérateur. Celle de la maturité d’écriture qui magnifie un texte noir, aride et émouvant. J’ai été touché, très touché par son discours sur nos problématiques actuelles et lance une réflexion personnelle de son lectorat face à nos enjeux de société et par quelle politique veut-on les cadrer. L’auteur présente dans la majorité de ses livres une thématique commune qu’est l’enfermement. Dans cet opus, il est oppressant paradoxalement dans cette communauté moribonde, furibonde.

Puissant, émouvant, hypnotique pour sa lecture et le niveau d’écriture !

Chouchou.

_________________
Celui qui affronte les monstres devra veiller à ce que, ce faisant, il ne devienne pas lui-même un monstre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Fév 01, 2017 7:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Chouchou de partager ton avis - très bien écrit, qui plus est - ici.
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Fév 12, 2017 7:42 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique d'Emmanuel Romer sur Pages Noires, le blog Polar de La Croix :

Citation:

Sandrine Collette plus magistrale que jamais


Moe, le personnage principal du dernier roman de l’étonnante Sandrine Collette, et première excellente nouvelle de la « rentrée » littéraire 2017, est une jeune fille des Îles.
Une « sirène venue du Pacifique » avec un joli sourire, un visage « doré de soleil », des « cils rieurs ».
« Elle en a fait espérer du monde, la petite, tout alanguie sur le sable, des heures à contempler la mer, à y glisser son corps sans jamais se lasser, fascinée par le reflet de l’eau, par les marées invisibles, le galbe des vagues .»
Une vie de rêves et d’espoirs jusqu’à ce qu’elle rencontre Rodolphe, le parisien et qu’elle décide, sur un coup de tête de le suivre et d’aménager avec lui.
C’est le début d’une existence de misère et de servitude.


Le prince charmant la traite comme une moins que rien, une esclave, lui impose la présence de sa grand-mère.
Une plaie vivante au sens propre comme au figuré, qui l’épie du matin au soir.
Quand Rodolphe sombre dans l’alcool, elle multiplie les petits boulots, sort le soir.

Lorsqu’il commence à la frapper, elle décide de quitter le foyer avec un nourrisson sans nom, silencieux, fruit d’une liaison avec un inconnu.
Dans un premier temps, elle habite chez une connaissance.
Puis cette dernière se lassa et Moe échoue à la Casse, une ville de miséreux survivant dans des carcasses de voitures.


Une existence coupée du monde extérieur avec d’étranges et impitoyables règles.
Pour quitter ce lieu autrement que les pieds devant, il faut rembourser le droit exorbitant d’y être entré…
Moe y rencontre cinq femmes qui l’adoptent et la protège.
Un premier coup de chance. Prémonitoire ?


Ce roman qui devrait comme les précédents (Des noeuds d’acier, Un vent de cendres, Six fourmis blanches, Il reste la poussière) être couronné de nombreux prix, vous scotche sur place.


Bien malin qui peut dire ce que la page suivante vous réserve.
Plus le temps passe, plus Sandrine Collette maitrise son art.
C’est original, noir mais profondément humain.
Moe et son nourrisson silencieux, Ada-La-Vieille, Jaja-La-Guerrière, Marie-Thé-La-Douce, Nini-Peau-De-Chien, La Poule, sont des personnages inoubliables et profondément attachants.



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
thibe
Complice


Age: 40
Inscrit le: 29 Sep 2015
Messages: 174
Localisation: Charleroi

La Ligne Noire

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 8:57 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais apprécié Des nœuds d'acier. J'ai un peu moins aimé Un vent de cendre. J'ai été très déçu par Six fourmis blanches. Du coup, je n'ai pas lu Il reste la poussière...

"Les larmes noires sur la terre" me permettrait-il de me réconcilier? ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 56
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 742
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 9:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

thibe a écrit:
J'avais apprécié Des nœuds d'acier. J'ai un peu moins aimé Un vent de cendre. J'ai été très déçu par Six fourmis blanches. Du coup, je n'ai pas lu Il reste la poussière...


J'ai eu exactement le même ressenti que toi, thibe.
Du coup, j'ai du mal a me lancer dans la lecture d'un de ses nouveaux romans, vu ceux garnissant ma PAL...
_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Fredo
Henry Witkin


Age: 41
Inscrit le: 10 Avr 2004
Messages: 8510
Localisation: Paris

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 10:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pareil. Mais on n'arrête pas de me dire que ces Larmes sont à lire donc ça va peut-être nous réconcilier avec sa plume.
_________________
Frédéric Fontès, News & Chroniques sur www.4decouv.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 11:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

TaiGooBe a écrit:
thibe a écrit:
J'avais apprécié Des nœuds d'acier. J'ai un peu moins aimé Un vent de cendre. J'ai été très déçu par Six fourmis blanches. Du coup, je n'ai pas lu Il reste la poussière...


J'ai eu exactement le même ressenti que toi, thibe.
Du coup, j'ai du mal a me lancer dans la lecture d'un de ses nouveaux romans, vu ceux garnissant ma PAL...



Tu as lu Il reste la poussière, TaiGooBe ?

Il change assez nettement avec ses romans précédents, y compris Six fourmis blanches.

C'est pour ça qu'autant pour Thibe que pour toi, à mon avis il ne faut pas rester sur la déception qu'a pu vous causer Six fourmis blanches, et vraiment essayer de lire soit ces Larmes noires (qui m'attend dans ma pile, je n'ai pas encore pu le lire), soit Il reste la poussière, superbe roman d'atmosphère à la fois âpre (comme son décor époustouflant et les relations entre ses personnages) et lumineux.
Ce n'est pas un thriller, pas plus un roman d'enquête, mais un grand roman noir initiatique aux allures de western (sans indiens et tout le toutim, c'est le cadre de la Patagonie de la fin du XIXe/ début XXe siècle qui donne ce sentiment).
Bref, vraiment à découvrir !


PS : Et si par exemple vous aimez en général les romans Gallmeister, ou si vous avez aimé Dedans ce sont des loups de Stéphane Jolibert, vous aimerez Il reste la poussière. Smile



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
TaiGooBe
Serial Killer : Patrick Bateman


Age: 56
Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 742
Localisation: The Pink City

Le Vol des Cigognes

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 11:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

norbert a écrit:

Tu as lu Il reste la poussière, TaiGooBe ?

Il change assez nettement avec ses romans précédents, y compris Six fourmis blanches.


Non, je ne l'ai pas lu et je ne le lirais probablement pas.
Je suis allé faire un petit tour du côté des votes sur PP et cela ne m'a pas non plus donné un début d'envie d'aller m'ennuyer dans la Pampa Embarassed
_________________
"N'oublie pas que l'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier, tout le reste est litres et ratures." Antoine Blondin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Mer Fév 22, 2017 11:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

TaiGooBe a écrit:
norbert a écrit:

Tu as lu Il reste la poussière, TaiGooBe ?

Il change assez nettement avec ses romans précédents, y compris Six fourmis blanches.


Non, je ne l'ai pas lu et je ne le lirais probablement pas.
Je suis allé faire un petit tour du côté des votes sur PP et cela ne m'a pas non plus donné un début d'envie d'aller m'ennuyer dans la Pampa Embarassed



Ben à ce moment-là, suis le mouvement, zappe-le et embraye sur les Larmes noires, si celui-là t'attire davantage.
_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 35
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1714
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Mer Avr 12, 2017 2:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'avais plus lu S. Colette depuis Des noeuds d'acier, j'ai constaté un grand changement dans le style d'écriture plus mature, plus profond.
Des faits romancés certes, mais qui semblent trés plausibles dans un futur proche : les miséreux parqués dans des casses, une vielle bagnole pour seule habitation, du travail dans les champs pour un salaire misérable, des surveillants implacables, des trafics abominables ... Pourquoi pas ?
C'est dans cet environnement que l'on va suivre Moe, l'enfant, et les cinq femmes qui vont l'accueillir , l'aider à vivre au sein de cette communauté bien à part. La description des lieux est claire, les personnages sont très touchants, impossible de rester insensible. C'est un magnifique roman noir, bouleversant, dramatique, d'une profondeur remarquable.

"Quand tu as tenté ta chance, t'imaginais la France, comme un Eldorado ... Mais les royaumes enchantés sont régis par les lois, et les contes de fées soumis à des quotas. Tes espoirs sont échoués, tes rêves sont enterrés car tu n'étais pas le bienvenu chez nous, non ..."

Je conseille sincèrement à ceux qui boudent Sandrine Colette de tenter cette lecture pour vous réconcilier avec l'auteur et les autres foncez, c'est une pépite !
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Le Juge Wargrave
Ishigami le Dharma


Age: 32
Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 5449
Localisation: Hexagone

Les Rivières Pourpres

MessagePosté le: Jeu Avr 20, 2017 8:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens seulement de comprendre que ce roman a comme base la nouvelle parue il y a près de 3 ans :



Je l'avais bien apprécié.

Quant à ce que tu as écrit Emil', cela me fait penser à une très belle et très touchante chanson de Tété :



On la retrouve sur l'album intitulé L'Air de rien (2001) qui fut pour moi une révélation.
_________________
La vie ne devrait consister qu'à trouver les bons mots au bon moment. (Tété, Emma Stanton, 2003).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Emil'
Serial killer : Jacques Reverdi


Age: 35
Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1714
Localisation: Normandie

Miserere

MessagePosté le: Ven Avr 21, 2017 7:57 am    Sujet du message: Répondre en citant

"Quand tu as tenté ta chance, t'imaginais la France, comme un Eldorado ... Mais les royaumes enchantés sont régis par les lois, et les contes de fées soumis à des quotas. Tes espoirs sont échoués, tes rêves sont enterrés car tu n'étais pas le bienvenu chez nous, non ..."

C'est un extrait d'une chanson aussi, qui ne revenait sans cesse en tête lors de ma lecture

Arrow
_________________
« Si je suis un démon, très bien je suis un démon. C’est de là que je vais partir » Swani Prajmanpad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Ven Mai 12, 2017 9:16 am    Sujet du message: Répondre en citant




>> Sandrine Collette présente son nouveau roman :



_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
norbert
Serial killer : Hannibal Lecter


Age: 40
Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 8600
Localisation: Rhône-Alpes

Le Serment des Limbes

MessagePosté le: Dim Aoû 20, 2017 8:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant




>> La chronique de Pierre Faverolle sur Black Novel :

Citation:

Les Larmes noires sur la terre de Sandrine Collette



Ceux qui ont lu le premier roman de Sandrine Collette sont forcément devenus des fans de son écriture et de ses intrigues.
Avec ce cinquième roman, on se retrouve une nouvelle fois avec une intrigue inédite et des personnages extraordinaires dans une ambiance bien noire et bien violente.


Moe a quitté les îles pour venir s’établir en métropole, et suivre Rodolphe.
C’est une façon pour elle de s’imaginer un avenir, de sortir de la misère.
Mais elle va vite déchanter, subissant les insultes et les maltraitances de la part d’un homme qu’elle connaissait finalement bien mal.
Devenue sa bonne à tout faire, son avenir est bien noir.
Alors qu’il ne la touche plus, elle va tomber enceinte après un bal où elle a rencontré un autre homme, qui ne la reverra plus.
Décidée à garder le bébé, elle mettra au monde un petit garçon, accueilli avec indifférence par Rodolphe.

Elle met de coté chaque monnaie pour fuir avec son petit, et finit par partir, hébergée par une copine.
Elle a bien du mal à trouver du travail et sa copine croit qu’elle ne fait rien de ses journées.
A nouveau, Moe se retrouve à la rue, et trouve refuge aux urgences d’un hôpital.
Au moins est-elle au chaud.
Mais les services sociaux la repère et l’envoie à la Casse.
C’est un endroit où on « stocke » les carcasses de voiture et dans lesquelles vivent des sans-abris.
On leur demande juste de travailler aux champs pour quelques malheureux euros par jour.
Par contre, pour partir, on leur demande 15 000 euros.

Là, Moe apprend les règles.
Chaque personne reçoit un numéro qui représente le numéro de la voiture cabossée.
Moe hérite d’une 306 et découvre ses voisines au nombre de cinq : Poule, Nini, Marie-Thé, Jaja et Ada.
Auprès d’elles, elle va découvre la loyauté, la survie et l’histoire de chacune.
Mais dans un décor apocalyptique tel que celui-là, l’avenir ne peut qu’être noir et dramatique.


Il était une fois … une société créée par des humains qui se déshumanisait.
Ce roman n’est pas un conte de fée.
C’est même un véritable cauchemar que nous propose Sandrine Collette, sous la forme d’un roman d’anticipation.
Après quelques dizaines de pages qui nous présentent la trajectoire de Moe, nous entrons dans la Casse, pour un voyage qui va durer 300 pages.


Ce qui est effarant, c’est l’imagination que déploie Sandrine Collette pour nous plonger dans le quotidien de ces femmes qui vivent de rien, qui mettent en commun le peu de subsistance qu’elles arrivent à se procurer pour survivre.
Chaque scène nous plonge vers un nouvel aspect de cette vie, et nous découvrons cet univers comme si on l’avait devant les yeux.
Entre les températures estivales intenables derrière un pare-brise à l’hiver glacial où il faut se couvrir de couvertures pour supporter les rigueurs des températures négatives, l’entraide est le seul moyen pour s’en sortir.


Cette communauté est formidablement mise en scène par Sandrine Collette, qui a créé pour l’occasion des personnages bien distincts, avec chacune leur propre personnalité et avec chacune leur histoire.
Car chaque femme a ses propres raisons pour être ici, et l’auteure va leur réserver un chapitre de ci de là pour qu’elles se confient.
Nous finirons par toutes les écouter, ressentir ce qu’elles ont ressenti.
Et à chaque paragraphe, nous relèverons la tête de cet univers sombre pour nous révolter.


Car la grande force de Sandrine Collette pour ce roman est d’être restée à coté, refusant de prendre parti, se contenter de regarder ces femmes vivre, avec sa caméra à l’épaule, pour mieux nous faire ressentir l’injustice et la pauvreté de la situation.
Et plus que des larmes, ce sont des sentiments de révolte qui vont nous animer à force de fréquenter ces pauvres femmes.
Ce n’est jamais larmoyant, mais c’est incontestablement noir et sombre, car ce que tous ces personnages vivent, on le prend en pleine gueule.


Au final, je ne sais pas comment vous prendrez ce roman où ses personnages montrent plus d’humanisme que la société qui les a créés.
Personnellement, je me suis juste posé une question : Est-ce là la société que nous avons voulu ?
Rassurons-nous, ceci n’est que de la littérature…

Quoique….


_________________
« Les nouvelles sont à la littérature ce que la dégustation est à la gastronomie. »
Francis Geffard, éditeur, directeur de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jean-Christophe Grangé — Polars Pourpres Index du Forum -> D'autres auteurs de polars et de thrillers à découvrir... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com